Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 08:23
Tayeb Louh redonne le sourire aux retraités

«Une mesure exceptionnelle» pour les retraités

retraites-algeriens.jpg

Trois groupes de travail sont à pied d'oeuvre. L'annulation ou l'amendement de l'article 87 bis sera l'amorce d'une nouvelle politique salariale.

Bonne nouvelle pour les retraités qui étaient déçus des résultats de la dernières tripartite. Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh a annoncé, jeudi dernier à Alger, qu'une «mesure exceptionnelle sera prochainement prise pour revaloriser les allocations et pensions de retraite». Le ministre qui intervenait lors de l'installation de groupes de travail issus de la dernière tripartite a indiqué que le Gouvernement préparait «une mesure exceptionnelle» pour la revalorisation des allocations et pensions de retraite ajoutant que cette mesure serait prochainement tranchée. Cette mesure exceptionnelle «sera prise en charge par le budget de l'Etat» pour l'amélioration du pouvoir d'achat de cette catégorie, a précisé M.Louh. Enfin, le ministre a rappelé certaines mesures prises précédemment en matière de revalorisation exceptionnelle de ces pensions. Voilà donc une annonce qui va réellement redonner le sourire à cette catégorie de citoyens qui ont trimé durant toute une vie pour que vivent dignement leurs enfants.
«Le temps est venu pour annuler ou amender l'article 87 bis qui bloque le développement de la politique salariale dans le pays. Au-delà de l'existence de ce même article, c'est la définition exacte du Snmg qui pose aussi problème à la mise en place d'un salaire de base capable de répondre aux aspirations des travailleurs algériens». C'est ce qu'a également souligné jeudi M.Louh dans une conférence de presse qu'il a animée au siège de son ministère à Alger.
S'exprimant en marge de la cérémonie d'installation des trois groupes de travail issus de la 14e tripartite de septembre, Tayeb Louh est revenu longuement sur ce qui attend ces groupes de travail dont celui chargé de l'étude et de l'évaluation du pacte national économique et social. Le deuxième groupe concerne l'examen des possibilités d'augmenter les ressources de la branche des retraites afin d'assurer la pérennité du système national de retraite et de la prise en charge durable de ses obligations envers les retraités. Le troisième groupe se concentrera sur l'évaluation des incidences de la suppression de l'article 87 bis de la loi 90-11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail et la préparation de sa prise en charge dans la prochaine révision du Code du travail. La mise en place de l'article 87 bis en 1994 n'était pas une erreur du gouvernement mais les conséquences d'une crise économique et politique qu'a connue le pays pendant de longues années, selon le ministre du Travail. L'Algérie retrouve son équilibre et sa stabilité politique et le changement de cet article 87 bis, qui représentait un obstacle majeur à toute volonté d'instaurer une véritable politique nationale salariale capable de répondre au pouvoir d'achat des travailleurs algériens, est inéluctable.
La situation des retraités a eu la part du lion dans l'intervention du ministre. Tout les pays du monde souffrent de ce déséquilibre des caisses des retraites, a-t-il ajouté pour justifier le recours de l'Etat à la Caisse des retraites pour répondre aux situations d'urgence, a-t-il souligné. Par ailleurs, un budget exceptionnel a été alloué à la Caisse des retraitées afin d'améliorer le pouvoir d'achat des 2 millions de retraités algériens. Ce budget, qui était de 2% en 2006 à partir des revenus pétroliers, a augmenté à 3% dans la loi de finances 2012, conformément aux recommandations du Président Abdelaziz Bouteflika.
L'augmentation des pensions de retraite prendra effet à partir de la mise en oeuvre de la loi de finances 2012. «La clarification des situations, qui ont conduit le pays dans une crise économique et politique sans précédent, est une nécessité accrue pour éviter le retour à la case départ du malheur national», a rappelé M.Louh.
De son côté, Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l'Ugta, n'a pas mâché ses mots pour dénoncer les responsables de manipulations politiques qui profitent des lacunes sociales pour semer le doute et le désespoir parmi les larges couches ouvrières. «Nous avons revendiqué un Snmg de 20.000 DA et nous avons obtenu 18.000 DA. C'est 20% d'augmentation pour tous les travailleurs», dit-il. Selon Sidi Saïd, dès qu'il y aura suppression de l'article 87 bis, l'Ugta rebondira sur l'augmentation des salaires. Quant à la réaction du patronat par rapport aux augmentations des salaires, Boualem Merakchi, de la Confédération algérienne du patronat (CAP), estime que la tripartite a bien agi en augmentant le Snmg à 18.000 DA.

Source L’Expression Amar Chekar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires