Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 08:41

Algérie - À cause d'une décision de justice - Des émeutes éclatent à Souk Ahras

emeute-souk-arhas.jpg

 

Des barricades ont été dressées par les manifestants au niveau de plusieurs rues de la ville paralysant du coup la circulation. Des slogans hostiles à la justice ont été scandés par des jeunes en furie.

Des dizaines de jeunes des quartiers du centre-ville de Souk Ahras se sont regroupés de manière spontanée pour exprimer leur solidarité avec la famille Guendouz, en grève de la faim depuis dimanche dernier, pour protester contre une grave dérive judiciaire commise par la cour de Guelma (voir notre édition de lundi). Hier, des barricades ont été dressées par les manifestants à partir de 10 h au niveau des rues Frantz Fanon, Pasteur et Sainte-Monique, paralysant, du coup, la circulation pendant plus de 30 minutes.

Des pneus et des objets enflammés étaient déposés sur la chaussée au moment de notre arrivée sur les lieux. Des slogans hostiles à la justice ont été scandés par les jeunes en furie. «Aâdala Taâ El Bey» (justice corrompue), «Haouzou Taâ Essarka» (renvoyez les voleurs), et autres propos préjudiciables. D’autres ont dénoncé le mutisme des pouvoirs publics, les députés et sénateurs qui ont brillé par leur absence. A 11 h, le nombre des manifestants a dépassé les 200, et le mouvement a failli déborder. L’arrivée du chef de la sûreté de la wilaya et du P/APC de Souk Ahras au milieu d’un impressionnant cordon de sécurité, a réussi, momentanément, à apaiser les esprits. Mais les manifestants ont juré de recourir à des regroupements périodiques jusqu’à ce que soit revue la peine infligée, à tort, d’après eux, aux deux frères Guendouz. Le premier responsable de la sûreté a promis, de son côté, d’aviser les concernés.

Après quatre jours de jeûne, Rachid Guendouz, le père des deux victimes, a été évacué par les services de la Protection civile, en présence du même responsable, au service des urgences dans un état jugé inquiétant. Hormis le sérum, le sexagénaire gréviste refuse de renoncer à la grève qu’il compte «couronner» par le suicide. A rappeler que la cour de Guelma avait condamné Slimane et El Hachemi à une peine de dix ans de prison ferme pour une rixe où la partie plaignante a officiellement chargé son avocat d’annoncer, lors du procès, le retrait de la plainte. Mieux encore, la famille de la victime soutient les Guendouz dans toutes leurs démarches pour faire valoir leurs droits.

Source El Watan Abderrahmane Djafri

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires