Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 07:27

Qu'est-ce qui les attire en Algérie?

Algerie-attentat.jpg

 

A chacun ses raisons et ses motivations, néanmoins, le ballet des Occidentaux à Alger renseigne sur des intérêts hautement stratégiques.

L'un après l'autre, les Occidentaux atterrissent à Alger, ces derniers temps. Britanniques, Américains, Français et Italiens se bousculent, et de plus en plus, manifestent leur volonté d'approfondir leurs relations bilatérales avec l'Algérie. Les domaines économique, politique et les échanges commerciaux constituent certes les motifs manifestes des hôtes des autorités algériennes, néanmoins le contexte régional, voire international, lors duquel s'effectuent ces visites, font poser aux observateurs avertis moult questionnements quant aux desseins et objectifs de ses rencontres. Certes, à chacun ses raisons et ces motivations, néanmoins, certaines visites renseignent sur des intérêts stratégiques et enjeux hautement sensibles. Donc, ces rencontres officielles ne s'inscrivant nullement dans le cadre de la coopération bilatérale, disons ordinaire. Pour la première puissance mondiale, les USA, et les Britanniques, leurs intérêts pour Alger sont plus ou moins clairs. Consolider et renforcer leur coopération en matière de lutte antiterroriste avec l'Algérie, tout en gardant un pied dans le volet économique, ambition largement et clairement formulée. Des contrats d'achats d'armes, échanges de renseignements, d'expériences en matière de lutte contre le terrorisme et de formation militaire au profit de l'Algérie sont les volets abordés entre les parties algérienne et américaine. Donc, outre les multiples visites de hauts cadres de l'administration américaine qui connaissent un cycle régulier, notons l'arrivée inattendue du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, à Alger, après un froid diplomatique de deux ans, suivi ensuite par d'autres hauts responsables français, dont la dernière en date est celle du secrétaire général de l'UMP, le parti de la majorité présidentielle français, et qui renseigne sur l'intérêt stratégique que suscite Alger aux yeux des Français. Soufflant le chaud et le froid sur ses relations avec Alger, Paris s'est montrée intéressée à les améliorer, voire réclame un statut privilégié auprès des autorités algériennes, s'appuyant sans doute sur l'histoire commune, la communauté algérienne établie en France, les liens culturels, les échanges économiques, mais aussi sa volonté d'approfondir et de renforcer sa coopération avec Alger. Une coopération qui se veut, dit-on, riche et forte dans tous les domaines.
Les récentes déclarations de Jean-Pierre Raffarin, Jean-Pierre Chevènement, Alain Juppé et enfin Jean-François Copé, en sont une preuve. «Les liens unissant la France et l'Algérie sont forts et tirent leurs racines d'une histoire commune, d'où la volonté de la France de renforcer un partenariat riche et durable avec Alger», a indiqué Jean-François Copé, lundi à Alger, lors d'une conférence de presse. Donc, tout porte à croire, à l'évidence, que l'éclaircie tend à durer entre Alger et Paris.
Néanmoins, certains observateurs soutiennent que le bourbier libyen dans lequel la France se trouve plongée jusqu'au cou est à l'origine de ces visites, espérant l'aide et le soutien d'Alger afin de sortir indemne de Libye. Cela d'une part, d'autre part, il y a également l'élection présidentielle en France, où la communauté algérienne, notamment les bi-nationaux, comptent beaucoup et auront à jouer un grand rôle pour départager les futurs candidats à l'Elysée. Or, voilà encore, le ministre italien des Affaires étrangères qui débarque, à son tour, à Alger. Ce dernier qui se trouve depuis hier dans la capitale algérienne, a indiqué qu'il fallait relever les relations bilatérales algéro-italiennes à un niveau stratégique. Toutefois, le dossier libyen, occupera sans nul doute la part du lion quant aux non-dits de la visite, sachant que l'Italie se ressaisit et tend à prendre du recul par rapport aux positions interventionnistes de l'Otan en Libye. Voire, elle se rapproche de la position algérienne, soutenant un règlement politique de la crise libyenne contre le maintien de l'intervention militaire comme solution.

Source L’Expression Kamel Lakhdar-Chaouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires