Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 05:41

Les Femmes et la connaissance de l’avenir
genie-dans-une-fiole.jpg

Drogue - Toutes les femmes ou presque raffolent de ce genre de prédiction au point que l’une d’elles en a fait sa tasse de thé.

 

On dit que les jeux de hasard sont des drogues, particulièrement pour ceux qui ont pris l’habitude de miser de grosses sommes toutes les semaines sur des canassons qui ne rentrent jamais et de gratter presque tous les jours sur des tickets qui ne rapportent généralement pas grand-chose.
Il y a cependant une autre drogue, plus discrète, moins avouable qui touche plus spécialement les femmes : la connaissance de l’avenir.
Toutes ou presque raffolent de ce genre de prédiction au point que l’une d’elles en a fait sa tasse de thé. Et lorsqu’elle ne consulte pas une voyante, cette jeune et élégante femme qui habite aujourd’hui un quartier populeux d’Alger, est littéralement malade et se plaint de maux de tête toute la journée.
A force de consulter les «chouaffate» pour un oui ou pour un non ou pour n’importe quel motif, elles finissent par les connaître toutes. Elles savent leurs adresses, leurs tarifs et même les jours où elles sont le mieux inspirées et les mieux lunées.
Elle est incollable sur le sujet.
Mais toutes ses consultations coûtent cher. Pour protéger l’addiction à ce type de «stupéfiant» elle demandera une mise en congé de longue durée à l’établissement où elle travaillait et donnera des cours particuliers chez elle pour enfants riches.
Lassée au bout du compte d’entendre quasiment la même chose et la même litanie à une nuance près sur ce qu’elle doit attendre du futur, elle poussera légèrement sur le champignon pour, cette fois, infléchir le destin.
Des collègues et des amies, toutes aussi mordues qu’elle de voyance, lui conseilleront une série de talebs capables, selon elles, de «liquéfier les rochers», tant les éléments de la nature leur obéissent et se font tout petits face à leur science.
Là encore, les uns et les autres se révéleront de vulgaire charlatans et des bonimenteurs sans scrupules jusqu’au jour où une infirmière, une amie d‘enfance qu’elle avait totalement oubliée, lui indique une autre manière de peser sur le destin : la fiole des morgues. Selon cette paramédicale, l’eau qui lave les morts est discrètement récupérée et vendue à l’extérieur à 5 000 DA le flacon…
Cette eau, d’après de vieilles croyances démoniaques, aurait des vertus bizarres, entre autres de rendre muets vos ennemis et sans aucun pouvoir vos envieux.

Source Infosoir Abdenour Fayçal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires