Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:52

Algérie - Libertés politiques, Washington souhaite «un vrai changement»

Obama-Bouteflika.jpg

 

Les Américains restent attentifs à ce qui se passe dans le monde arabe, agité par des révoltes à effet domino. Commentant les résolutions du dernier Conseil des ministres, notamment la levée de l’état d’urgence, le département d’Etat américain a estimé que «la décision du gouvernement algérien de lever l’état d’urgence est positive mais elle doit se traduire par une extension des libertés et un véritable changement».

Ce commentaire a été publié par le porte-parole du département d’Etat américain, Philip Crowley. C’est pour la seconde fois que le département d’Etat américain s’exprime sur les événements qui se déroulent en Algérie. Le 13 février dernier, au lendemain de la marche réprimée de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), Philip Crowley avait réagi par appeler les forces de sécurité algériennes à faire preuve de retenue face aux manifestants.

Si le ton était diplomatique, il n’a pour autant pas laissé indifférent. «Nous réaffirmons notre soutien aux droits universels du peuple algérien, y compris les droits de réunion et d’expression (…)», avait affirmé le diplomate américain. La diplomatie algérienne n’a pas réagi officiellement à cette appréciation américaine de l’interdiction opposée à une manifestation publique et à la répression policière qui s’était abattue sur les manifestants. La réaction est venue plutôt des partis de l’Alliance présidentielle. Ces derniers ont considéré la réaction du département américain comme une ingérence dans les affaires intérieures du pays. La dénonciation n’a pas raté de suivre.

Il est devenu coutumier en Algérie que la réaction à des déclarations ou positions étrangères relativement à la situation politique interne émane de circuits «semi-officiels», tantôt elle est exprimée par des partis intégrés dans les institutions de l’Etat, tel le gouvernement, et tantôt à travers un commentaire d’Algérie presse service (APS).

Mais il reste que le pouvoir algérien est soucieux de son image au niveau international. C’est ainsi que lors de la dernière marche de la CNCD à Alger, les forces anti-émeutes, déployées en grand nombre, se sont gardées de reproduire ouvertement les brutalités comme ce fut le cas lors de la marche du 12 février. Cela étant, le département d’Etat américain, qui semble garder un œil sur le bouillonnement dans cette partie du globe que sont l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, estime que les réponses apportées par le gouvernement algérien aux aspirations populaires restent en deçà des attentes. Selon Philip Crowley, il reste au gouvernement à étendre concrètement les résolutions du dernier Conseil des ministres vers plus de liberté.

Ceci même s’il a estimé que la levée de l’état d’urgence ainsi que le reste des mesures prises en vue de ramener un apaisement sur le front social sont à cataloguer comme des décisions positives.

Source Le Soir d’Algérie Sofiane Aït-Iflis

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires