Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 23:28

La destination Tunisie demeure la plus prisée par le touriste algérien, sachant que le pays hôte a su entretenir son image.

tunisie-2.jpg

 

Les agences de voyages en Algérie surfent sur la vague des vacances. Elles savent pertinemment que cette saison estivale sera courte, alors la recette est la même pour attirer des clients : faire rêver et susciter l’envie de partir sous d’autres cieux par les brochures, mais aussi par les sites web. Les destinations qui ont la cote sont toujours identiques. Il y a bien sûr la traditionnelle Tunisie qui se veut être une terre de sérénité et se présente comme la plus accessible des destinations. Il n’y a pas de visa et les autorités tunisiennes ont su de tout temps séduire. Les tour-opérateurs algériens s’arrachent la destination et même le Ramadhan est devenu un argument de vente. Le prix d’une semaine de vacances commence à partir de 16 000 DA (320 DT). Il convient parfaitement à une famille au revenu moyen. D’après les estimations de certains agents interviewés, la Tunisie accapare 92% des réservations programmées des Algériens.

Les Tunisiens ont aussi réussi à mieux vendre leur image car les autorités en charge du secteur ont compris les enjeux : le tourisme mondial a subi des mutations importantes ces dernières années. D’abord, le profil du touriste a beaucoup évolué : ses attentes, ses désirs, sa façon de consommer son voyage, ses méthodes en matière de choix des voyages ont radicalement changé. Meilleure illustration de ce changement majeur : un touriste partage aujourd’hui ses expériences de voyage sur Internet et 75% des touristes choisissent leurs destinations de vacances via la Toile. Le deuxième changement se rapporte à la cartographie du tourisme dans le bassin méditerranéen. Les destinations concurrentes de la Tunisie (Turquie, Maroc, Egypte, Chypre) sont devenues de plus en plus agressives, avec à la clef des budgets de promotion trois fois plus importants.

La destination Maroc arrive progressivement. En attendant, après Agadir son unique et historique station « pieds dans l’eau », le pays s’est enrichi d’une deuxième grande station balnéaire, la seule prévue sur la côte méditerranéenne : Saïdia. Dès 2001, le tourisme devenait une priorité nationale dans ce pays.

Depuis 2003 et surtout depuis décembre 2006 et l’ouverture du ciel, le Maroc a pratiquement doublé le nombre de vols internationaux en passant de 560 à 1026 fréquences hebdomadaires. Dans le même temps, son trafic est passé de 5,2 à 11 millions de passagers (2008). Pour les plus nantis des Algériens, l’Europe est une bonne destination de vacances. Les plus chanceux sont les hommes d’affaires, les chefs d’entreprise et les cadres qui peuvent bénéficier du visa Schengen entre 6 mois et une année. Ils partent en France (Paris, Marseille, Toulouse) et d’autres échouent sur les côtes de l’Espagne (Alicante et Barcelone). L’Egypte est devenue hors-circuit depuis la tension entre les deux pays. Les Algériens préfèrent Air Algérie à Egypt Air et ne se rendent au pays des Pharaons que dans le cadre professionnel. Il y a une autre catégorie d’Algériens qui se contenteront de petites échappées à Béjaïa ou Jijel à l’est, et Oran et Tlemcen à l’ouest. Ils ne peuvent pas faire trop de sacrifices surtout à la veille du Ramadhan et à quelques semaines de la rentrée. Bronzer et profiter de la mer est déjà pour eux une belle consolation.

Source El Watan Kamel Benelkadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires