Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 07:31

«Je quitte si ça continue ainsi»

halilhodzic premiere liste

 

Le sélectionneur national souhaite poursuivre son aventure avec les Verts tout en dénonçant certains obstacles auxquels il fait face.

Son avenir et ses objectifs avec les Verts, les joueurs locaux, la domiciliation du match face au Mali et la retraite annoncée par certains internationaux, ce sont autant de sujets sur lesquels, le sélectionneur national, Vahid Halillodzic, a apporté des explications. D'emblée, l'entraîneur bosnien a affirmé que, malgré les nombreuses propositions qu'il reçoit quotidiennement, il souhaite poursuivre son aventure avec les Verts tout en dénonçant certains obstacles auxquels il fait face. Sans aller par quatre chemins, le coach national affirme être convoité par plusieurs clubs et sélections dont certains dirigeants lui ont fait des propositions très alléchantes sur le plan financier. Sans le dire ouvertement, Vahid fait référence au Qatar qui lui aurait proposé un salaire trois fois plus que celui qu'il touche en Algérie. «Chaque jour je reçois des offres de clubs et sélections de l'étranger. Certains d'entre elles sont très alléchantes sur le plan financier, puisqu'elles sont nettement meilleures, comparativement à ce que je touche ici, mais je veux aller au bout de mon contrat», a-t-il déclaré. Cette affirmation cache une envie de claquer la porte à tout moment. Il laisse le suspens planer, lorsqu'il affirme que la grande ambition qu'il a pour poursuivre avec les Verts peut être faussée. «Certes, mon envie est grande pour continuer ma mission avec les Verts, mais parfois je suis outré par certains comportements, qui font, que mon message ne passe pas de la manière souhaitée. Si ça continue comme ça, je risque d'opter pour la solution la plus facile», a-t-il averti, faisant allusion à son probable départ.

«Je veux tout gagner»

Abordant les trois prochains matchs qui attendent les Verts en juin prochain pour les qualifications au Mondial 2014 et la Coupe d'Afrique des nations 2013 (CAN-2013), Halillodzic s'est montré gourmand. «Je veux tout gagner», ambitionne-t-il. «Les trois matchs qui nous attendent en juin seront un tournant dans les qualifications aux deux rendez-vous mondial et africain. Je pense en particulier aux rencontres face au Rwanda (à Blida) et au Mali (probablement à Bamako), qu'on doit gagner pour prendre une option sur la qualification au Mondial», a-t-il indiqué. Cette ambition peut être gâchée, vu les nombreuses blessures enregistrées au sein de son effectif. L'ancien sélectionneur de la Côte d'Ivoire reconnaît qu'il va aborder ses rencontres sous de mauvais auspices. «C'est la première fois, dans ma carrière d'entraîneur, que je me retrouve en face d'une situation aussi délicate», a-t-il commenté. Et n'a pas caché son embarras pour composer les 11 rentrants face au Niger. «J'avais prévu de disputer ce match avec deux équipes différentes, afin de permettre à tout le monde d'y prendre part, mais les nombreuses blessures, notamment du côté des joueurs locaux, ont faussé mes calculs», s'est-il plaint. Malgré tous ces aléas, Halilhodzic, fidèle à sa réputation d'un entraîneur «qui ne recule devant rien» selon ses dires, continue à placer la barre très haut. «Certes, je serai handicapé par ces nombreuses défections, mais cela ne me pousse nullement à revoir mes ambitions à la baisse. J'ai déjà fixé comme objectif avec les joueurs de gagner tous nos matchs, y compris celui de samedi contre le Niger, amical soit-il», a t-il martelé.

Les locaux avertis

Une fois de plus, l'entraîneur national n'a pas été tendre envers les joueurs locaux. Il a réitéré pour la énième fois sa «déception» envers les locaux. «On me reproche toujours d'être critique envers les joueurs évoluant dans le championnat algérien, mais cette fois-ci, je ne peux m'empêcher de leur en vouloir encore, en raison de leur manque de sérieux et de professionnalisme», a déclaré le technicien bosnien, lors d'une conférence de presse tenue au stade Mustapha Tchaker de Blida. «J'ai programmé le stage de Bouchaoui (Alger) spécialement pour les joueurs du cru, mais grande fut ma déception quand la plupart d'entre eux se sont présentés traînant des blessures, alors qu'ils sont loin de répondre à nos exigences sur le plan physique, a-t-il ajouté. Halilhodzic s'est montré, notamment «déçu» par le gardien de but Fawzi Chaouchi, et le meneur de jeu Abdelmoumen Djabou, sur lesquels il misait énormément, mais qu'il ne peut les utiliser à présent. «Je n'ai raté aucune occasion pour discuter avec Chaouchi et le sensibiliser, en vain. Il reste toujours le même. Je pense que la seule solution pour lui éviter de passer à côté d'une grande carrière, c'est de le transférer à l'étranger, tellement il a beaucoup de problèmes ici», a t-il estimé. «Djabou, lui, est le meilleur joueur actuellement en Algérie, mais je découvre aujourd'hui qu'il traîne une blessure depuis une année, et qu'en dépit de cela, il continue à jouer ses matchs normalement. C'est vraiment grave», s'est-il exclamé.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires