Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 05:32
Deux stations d'épuration seront réalisées  

Oued-Soumam.jpg

 

La station d'épuration de la ville de Sidi Aïch traitera quelque 10.000 mètres cubes par jour d'eaux usées déversées par 65.000 habitants.

Le projet de réalisation et d'exploitation de la station d'épuration des eaux usées de la ville de Sidi Aïch vient d'être confié par l'Office national de l'assainissement (ONA), un établissement public national à caractère industriel et commercial. Un autre avis d'appel d'offres est lancé pour un projet similaire pour la ville d'Akbou. Deux importants projets qui n'ont de valeur que d'illustrer la volonté des pouvoirs publics d'améliorer la situation hydrique au niveau de l'oued Soummam, un véritable réceptacle des millions de litres d'eau usées provenant, pas seulement des habitations, mais également des unités industrielles implantées sur les deux rives de cet oued.
La station d'épuration de la ville de Sidi Aïch traitera quelque 10.000 mètres cubes par jour d'eaux usées déversées par 65.000 habitants. Elle coûtera au Trésor public une enveloppe de 150 milliards de centimes. Le projet a été confié à un groupement d'entreprises algéro-espagnol. La deuxième station d'épuration qui sera implantée à Akbou coûtera plus chère, soit 200 milliards. D'une capacité de traitement de 16.000 mètres cubes par jour, cette station prendra en charge les déchets liquides de 10.000 habitants.
Ces grands ouvrages ont pour objet de protéger les nappes phréatiques de la région de la pollution, épurer les eaux de l'oued Soummam pour produire une eau potable et irriguer des dizaines de milliers d'hectares de terres agricoles et des cultures dans toute la région qui en a grandement besoin avec la réduction des débits d'eau des puits dans la région depuis quelques années suite à la sécheresse qui traverse la vallée de la Soummam. Ces deux projets s'ajoutent aux deux stations déjà réhabilitées. Il s'agit de celle du chef-lieu de wilaya et celle d'Aokas.
La station d'épuration de Sidi Ali Labhar, dans la commune de Béjaïa, sera mise en service vers le début du 2e trimestre de l'année en cours. La ville de Béjaïa souffre, faut-il le noter, d'un problème de pollution hydrique important, eu égard à la densité de sa population et l'implantation des usines de production qui génèrent des quantités importantes d'eaux usées. D'autres localités comme la commune littorale de Souk El Tenine et la commune de Tazmalt sont également concernées. La gestion des déchets solides et liquides au niveau de la wilaya de Béjaïa est un impératif de l'heure qui nécessite des budgets énormes et des investissements à la mesure de ce problème. C'est une urgence pour parer à la dégradation de l'environnement et le cadre de vie dans lesquels évolue la population, qui risque gros, avec la pollution ambiante qui touche l'eau, la terre et l'atmosphère.
Les plages du littoral bedjaouï et les différentes rivières sont touchées de plein fouet par les déversements des déchets liquides industriels des zones d'activité qui y sont implantées à proximité. Les eaux usées ménagères qui débouchent dans les rivières et le littoral à travers les réseaux d'assainissement de toutes les localités s'ajoutent pour expliquer toute l'urgence de la situation. Ces stations d'épuration arrivent donc à point nommé pour y remédier.
Il reste à savoir si ces projets ne seront pas retardés. Connaissant la manière dont sont menés les projets d'utilité publique à Béjaïa, le risque est réel à moins que les nouvelles assemblées décident de s'impliquer fortement pour lever les obstacles qui peuvent se dresser sur le chemin de leur concrétisation.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires