Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 09:34

Les importations de véhicules automobiles en Algérie ont sensiblement baissé : L’intérêt national avant tout

peugeot algerie

 

Partout, les responsables politiques et les économistes n’ont dans la bouche que le mot rigueur dans la gestion des ressources publiques. Face surtout aux retombées de la mondialisation, chaque  pays défend son pré carré et ses intérêts à tous crins. L’Algérie ne pouvait échapper à cette préoccupation largement partagée. Elle sous tendait l’élaboration et l’adoption de la loi de Finances complémentaire de l’année dernière. L’interdiction des crédits pour  l’importation de véhicules et  l’introduction auparavant de taxes  afin de réguler le marché de l’automobile répondaient à ce souci. Les chiffres n’ont pas tardé à tomber. 131.506 véhicules ont été importés durant le premier semestre 2010, contre 153.292 unités sur la même période en 2009, soit une baisse de 14,21%. Les 31 concessionnaires activant en Algérie ont importé 121.043 véhicules pour un montant de 114,564 milliards DA contre 143.977 véhicules pour un montant de 129,668 milliards DA à la même période en 2009. Une  baisse de 15,93% en terme de nombre de véhicules. Les importations des véhicules par les particuliers ont connu une hausse de 12,32% en terme de nombre, passant à 10.463 unités pour un montant de 14,788 milliards DA au premier semestre 2010 contre 9.315 unités pour 12,566 milliards DA à la même période 2009, ajoute le Cnis. Il faut décrypter cette avalanche de chiffres   et lire ces statistiques du Centre national relevant des Douanes algériennes. L’essentiel est dans la réduction de la  facture des importations des véhicules. Elle  a ainsi reculé à 129,352 milliards DA contre 142,234 milliards DA au cours des six premiers mois 2009. C’est une économie qui  traduit la justesse de la mesure du gouvernement en ce sens que le différentiel estimé à près de 13 milliards de dinars est susceptible d’être réorienté vers des projets d’utilité publique plus avérés.  Persister dans une démarche d’ouverture totale n’aurait servi que les intérêts des fabricants étrangers, autrement des économies étrangères et surtout un secteur à la recherche désespéré de marchés pour écouler ses véhicules. Les deux dernières années, le secteur de l’automobile qui montre depuis des mois des signes de reprise avait connu l’une des plus graves crises  de son histoire. Par une telle politique, notre pays venait à la rescousse d’économie dont la plaie purulente reste le chômage qui peine à descendre au-dessous de 10 %. L’Algérie en se contentant d‘être un marché d’écoulement sans engagement des constructeurs desservait en premier lieu ses intérêts.

Source Horizons - H. Rachid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires