Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 03:56

Un hiver difficile attend les Algériens

000000 chutes-neiges-algerie

 

Après une longue attente, qui a suscité l'inquiétude des agriculteurs et des services de l'hydraulique, les précipitations seront de retour la semaine prochaine. Elles toucheront selon le site Nord américain des prévisions météo, tout le Nord du pays, et ce, à partir de dimanche soir.

Les températures chuteront sensiblement dans toutes les régions situées au nord du Sahara jusqu'à la mer. Elles se situeront entre 2 et 8°C dans les régions côtières entre dimanche et mercredi. Et entre -2 à 4°C dans les hauteurs et les hauts plateaux. Des flocons de neige sont attendus sur les localités dont la hauteur dépasse 300 mètres, et ce, pour la journée lundi. Pour la journée du mardi, la neige descendra au dessous de 200 mètres. Du coup, la prudence est recommandée pour les automobilistes notamment pour les poids lourds qui sont à l'origine de la majorité des accidents de la route lors des intempéries. Pour leur part, les régions côtières connaitront entre dimanche et vendredi, de fortes pluies notamment au Centre. Ces perturbations sont dues à la dépression qui s'installera progressivement sur le nord du pays, à partir de la journée de samedi. Le soleil ne sera de retour qu’à partir de vendredi soir prochain. Notons que le mois de décembre dernier, les services météorologique algériens ont enregistré de très faible précipitations, ce qui a semé le doute et l'inquiétude au sein des agriculteurs qui craignent une sécheresse qui compromettra leur récolte. 

Si cette information est en mesure de redonner espoir aux agriculteurs, elle suscite toutefois beaucoup d'appréhensions parmi les citoyens. Le scénario de l'hiver dernier continue d'ailleurs à hanter les esprits et a semé la panique parmi les résidents que ce soit des villes ou des régions rurales. Dans certaines localités, l'on commençait d'ores et déjà à faire des stocks de bonbonnes de gaz et de produits alimentaires. Malgré les assurances des autorités publiques quant à une meilleure alimentation des populations, ces dernières restent marquées par les séquelles de la tempête de neige qu'a connue le pays et ayant isolé des milliers de familles. Cette année, les autorités publiques ont tenu à ouvrir de nouveaux centres enfûteurs afin de répondre à la demande grandissante en gaz butane et ont mobilisé des moyens pour faciliter l'ouverture des rues et l'acheminement des vivres en cas de besoin. Mais le risque est encore plus important. Et pour cause, c'est la sécurité des populations qui est en danger en cas de grandes chutes de pluies ou longues précipitations. En fait, malgré le classement de plusieurs zones comme inondables et l'identification du danger guettant les habitants, rien n'a été encore fait pour préserver la vie des résidents. Hormis les quelques opérations menées ça et là, le problème reste encore posé avec acuité. D'ailleurs à chaque pluie, l'on enregistre des morts, des inondations des effondrements et plusieurs routes bloquées à travers le territoire national. Va-t-on assister, cette année encore, à des scènes similaires ? Tout donne à le croire, à moins que la fatalité du destin en décide autrement !   

Source Les Débats Rachid Chihab

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires