Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 07:10

Des milliers de mineurs  dans l’univers criminel

violences algerie

Les statistiques de la Gendarmerie nationale indiquent une forte implication, de plus en plus inquiétante, des mineurs dans les délits appelés «crimes mineurs».

En 2011, 6 421 mineurs, auteurs de plusieurs délits, ont été interpellés par les gendarmes, à travers le pays, dont 3 140 de sexe féminin et 3 281 de sexe masculin, rapporte une étude faite par la GN. Cette étude est très intéressante dans la mesure où on peut citer à titre d’exemple l’implication, très significative, des mineurs dans l’émigration clandestine ou «harga». 187 enfants de moins de 18 ans, dont 6 filles, ont tenté de regagner l’autre rive de la Méditerranée en utilisant des barques de fortune.

Le rapport de la Gendarmerie nationale a dévoilé hier beaucoup de chiffres et de constats. Si on prend par exemple les vols perpétrés par les mineurs, le rapport parle de 894 mineurs auteurs de vols, dont 27 filles. En ce qui concerne le trafic et la consommation de drogue, on note l’implication de 103 enfants, dont une fille. Pour les homicides volontaires, 21 mineurs ont été interpellés, accusés dans des affaires de meurtres, et 15 autres pour avoir immolé par le feu leurs victimes. En matière de cambriolage, le rapport de la Gendarmerie nationale parle de l’implication de 33 mineurs «cambrioleurs», dont 3 de sexe féminin. Les coups et blessures volontaires (CBV) occupent la première place des actes commis par les mineurs et où on note l’implication de 696 enfants, dont 40 de sexe féminin. Par ailleurs, il est important de signaler un autre fait inquiétant. Présentement, la délinquance juvénile est recensée dans les 48 wilayas du pays. Le plus grand taux d’affaires traitées par les éléments de la Gendarmerie nationale concerne Alger, avec 260 affaires impliquant des mineurs, suivie de Sétif avec 199 cas élucidés, Tipaza où 189 délits ont été commis par des mineurs. Toutefois, la ville d’El Tarf s’est démarquée dans la mesure où les gendarmes ont procédé à l’arrestation de 81 filles mineures, auteurs de plusieurs délits, notamment des vols suivis d’agressions. Par ailleurs, au cours de l’année 2011 les éléments de la Gendarmerie nationale ont procédé à l’arrestation de 3 284 mineurs pour implication dans un certain nombre d’irrégularités, en particulier le vol (887 cas) coups et blessures intentionnels  (656 cas) et 151 ont été arrêtés pour destruction et de sabotage.

L’effet «boomerang», 351 mineurs victimes de violence

Si en 2011 les gendarmes ont procédé à l’interpellation de plus de 6 400 mineurs, auteurs de différents délits, 351 autres enfants, dont 111 de sexe féminin, ont été victimes de violence durant la même période. La ville de Mila est classée première en matière de violence contre les enfants avec 83 affaires traitées, suivie d’Alger avec 72 affaires et Batna avec 23 cas. Il est à retenir que  parmi les actes de violence portés contre ces mineurs, on note l’assassinat de cinq mineurs. Il y a également les coups et violences volontaires dont ont été victimes 133 enfants, dont 16 filles. 160 affaires d’incitation à la débauche et prostitution, engendrant l’implication de 160 mineurs, dont 65 de sexe féminin, ont été enregistrées par les gendarmes. Il est intéressant de souligner que l’ensemble des criminels qui sont derrière ces actes de violences contre les mineurs ont tous été arrêtés. Le phénomène de la délinquance juvénile conduit à un impact négatif sur l’évolution de la société. Les mineurs entrent dans le monde de la criminalité à un âge précoce, pour devenir de dangereux criminels, souvent en l’absence de responsabilité et d’une prise de conscience des parents.  Ces mineurs criminels peuvent être victimes de plusieurs formes de violences. Cette violence sur les enfants  se manifeste par l’usage de la force d’un adulte à travers tout acte ou omission mettant en danger la vie, la sécurité, l’intégrité, la santé et les risques physiques, sexuels, mentaux et psychologiques. Selon les experts et les psychologues, plusieurs classes de violence contre les enfants sont à retenir. D’abord, il y a plusieurs types en fonction de la nature de l’agression du praticien et leurs conséquences. Il y a, par exemple, la violence physique,  sexuelle, psychologique (insultes, intimidation, humiliation, le ridicule, etc.), tout comme la négligence (mauvais traitements et défaut de fournir des soins appropriés, etc.).

Les gendarmes au chevet des «mineurs criminels»

Face à cette montée inquiétante de la délinquance juvénile, et afin de protéger les enfants de moins de 18 ans devenus «mineurs criminels», les gendarmes participent aujourd’hui à la prévention des événements et assurent la réinsertion de ces mineurs égarés. Le but est de remettre ces enfants sur les rails  en les réinsérant dans leurs familles et en dirigeant ceux qui sont devenus toxicomanes vers les cliniques spécialisées en leur assurant un traitement psychiatrique. Beaucoup parmi ces enfants ont été placés sous surveillance avec des soins de santé et psychologiques appropriés. D’autre part, plusieurs opérations de sensibilisation ont été menées l’année dernière par les gendarmes, ciblant les 48 wilayas du pays. Mieux, des réunions dans les écoles rurales et celles situées dans les milieux urbains ont été organisées, entre les gendarmes et les écoliers, en guise de prévention et de sensibilisation. Un grand travail de coordination est mené avec les associations de parents d’élèves dans de nombreux secteurs, à travers des journées portes ouvertes organisées par les gendarmes. Cela sans oublier la présence et le déploiement des unités et des éléments de la Gendarmerie nationale à travers le territoire national. La programmation d’études et analyses sur la réalité de la propagation de la criminalité des mineurs a permis aux gendarmes d’établir un rapport exhaustif. Il faut donc anticiper sur le crime avec à la clé des descentes et opérations coup-de-poing contre les milieux du mal qui ciblent les mineurs. Ces procédures ont permis une réduction de la criminalité.

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires