Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 07:43

1500 malades mentaux errent dans l'insécurité

enfants agresses sexuellement-copie-2

 

Abandonnés par leurs familles, privés d'une prise en charge des équipes du SAMU, et délaissés par les services de sécurité, quelque 1500 malades mentaux errent, sans aucune surveillance, dans les rues d'Alger, dans un froid des plus glaciaux et ce, à quelques jours de l'hiver.

Conséquences: une femme souffrant de troubles psychiques a été violée, récemment, à Bachjarrah par trois personnes inconnues, alors qu'à la place Audin, en plein cœur d'Alger, un fou d'une quarantaine d'années avait tenté d'agresser des étudiantes à l'aide de son couteau, créant, par cet acte, une véritable panique sur ce lieu. Pis, un malade mental s'est fait tabasser par des jeunes dans le quartier populaire de Bab El Oued, au moment où, ce dernier avait tenté de voler une baguette de pain. Est-il inconcevable de se pencher sur cette catégorie se société ?

Il y a cinq jours seulement une personne souffrant de troubles psychiques avait tenté d'agresser, à l'aide d'une arme blanche, des étudiantes, en attente du Cous à la place Maurice Audin.  Soudain, la personne souffrant de troubles psychiques, âgée d'une quarantaine d'années, s'est attaquée aux jeunes étudiantes, créant par ce fait une véritable panique parmi les étudiantes. Ces dernières,sentant le danger, avaient pris la fuite, tout en criant, tandis que le fou courrait derrière elles pour tenter d'attraper l'une de ces étudiantes. Malheureusement, au cours de cette tentative d'agression, aucune présence d’éléments de la police n'a été constatée sur les lieux. Pis, les passants qui étaient présents au moment de l'agression n'avaient même pas oser intervenir pour tenter de maîtriser l’agresseur. Du coup, le fou s'est retrouvé seul face à ses victimes. Ce n'est qu'au bout de quelques dizaines de minutes après que, des policiers sont intervenus pour arrêter l'assaillant en état de troubles psychiques tout en conduisant ce dernier vers un lieu où il sera pris en charge par un service médical. Trois jours après (soit hier), le même fou est revenu dans le même lieu où il avait tenté d'utiliser son couteau contre les étudiantes, ce qui pose vraiment beaucoup de questions sur la façon dont ces personnes souffrant de troubles psychiques sont prises en charge au niveau des services concernés. Ils sont au nombre de 1500 à Alger, ces malades mentaux, qui errent malheureusement sans qu'aucun service concerné ne lesprenne en charge. Pis encore, des malades mentaux sexagénaires livrés à leur triste sort, sillonnent les rues d'Alger durant les nuits, dans un froid glacial et, surtout, dans une période où la sécurité est moins assurée pour ces derniers. Du coup, cette catégorie de la société est livrée à une insécurité, alors qu'en principe, ils devraient être pris en charge par des équipes du Samu, ou dans les établissements spécialisés. Il est bon de rappeler, dans ce contexte, cette agression dont une femme malade mentale avait fait l'objet, il y'a quelques semaines, dans le quartier de Bachjarrah, par trois personnes inconnues, qui malheureusement avaient violé cette dernière sans un état d'âme. Face à cette situation, il est grand temps, aujourd'hui, de penser à de nouvelles mesures pour sauvegarder ces malades, de les protéger devant les viols, les agressions et surtout de leur offrir un lieu sûr pour les soigner et pourquoi pas de tenter de leur redonner une seconde vie meilleure.        

Source Les Débats  Lotfi Itou

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires