Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 08:51

Le consul général de France à Alger l'affirme

Michel-Dejaegher.jpg

 

«80% des demandes de visas sont acceptées» Les raisons du refus sont expliquées par le risque de se maintenir illégalement en France ou par l'absence de justificatif des ressources financières durant le séjour.

Quelque 120.255 visas ont été délivrés par les services consulaires français aux Algériens. C'est le chiffre avancé hier par Michel Dejaegher, consul général de France à Alger en présence de l'ambassadeur, Xavier Driencourt, et ce lors d'une conférence de presse coanimée à Alger. Avec plus de détails, M. Dejaegher a affirmé qu'à lui seul le consulat d'Alger a accordé 72.955 visas durant les dix premiers mois. Quant aux autres services d'Oran et Annaba, le nombre de visas délivrés est respectivement de 24.000 et 23.300. Le consul général de France à Alger a affirmé que le taux de refus, jusqu'au 31 octobre dernier, est de 21,7%. M. Dejaegher s'est réjoui d'avoir participé à faire baisser le taux de refus. Comparativement à la même période de l'année précédente, le taux était de 27,8%. Ce qui laisse entendre que près de 80% des demandes ont reçu une réponse favorable. Se voulant très précis, il annonce que sur 100 demandes, 78 ont été validées. Justifiant les raisons du refus, il affirme que cela est dû d'abord, au risque de se maintenir illégalement sur le territoire français. L'autre motif évoqué est relatif à l'absence de justificatif des ressources financières pour couvrir le séjour des demandeurs une fois en France. Quant aux visas d'études, le même conférencier dévoile que 3567 ont été attribués contre 3.823 en 2010. Cette année, les services consulaires français à Alger ont reçu 104.751 demandes de visas, a-t-il encore ajouté. Les demandes connaissent une hausse significative d'une année à une autre. A cette occasion, les Français prévoient une baisse dans la délivrance de visas avec l'introduction de la biométrie. Le traitement des dossiers nécessitera plus de temps vu que les procédures ne sont pas les mêmes que celles en vigueur. Actuellement, environ 600 demandes sont reçues chaque jour. Or, avec l'introduction de la biométrie, les mêmes services auront une capacité d'accueil que de 480 dossiers/jours. La lenteur dans le dépôt de dossiers aura incontestablement un effet sur le traitement de la demande, les délais et le taux de délivrance. Il n'est pas écarté de voir le taux d'octroi de visas diminuer avec ce nouveau système. En réalité, les chiffres avancés concernent, dans beaucoup plus de cas, les demandes de renouvellement. Les demandeurs pour la première fois ont moins de chance que «les gens de confiance» déjà testés. Ces derniers sont ceux qui sont revenus après la fin de leurs missions. Dans un autre registre, M. Dejaegher affirme que des pics dans la demande sont enregistrés dans des périodes de vacances ou de fin d'année.
Le conférencier affirme que les mois de juillet, mars et décembre connaissent une forte demande de visas allant jusqu'à 14.000 par mois, alors que la moyenne mensuelle est de l'ordre de 8000 dossiers déposés dans les locaux de Visasfrance. Le consul général de France à Alger a annoncé que des facilitations, pour certaines catégories de demandeurs, sont en cours. Cela concerne les fonctions libérales et autres commerçants et chefs d'entreprise.
Enfin, M. Dejaegher a dévoilé qu'une procédure est en train d'être mise en place pour permettre aux demandeurs de visas ayant déposé des dossiers non complets d'être remboursés à condition que cela intervienne avant la fin des procédures de dépôt du dossier. Autrement dit, une fois que le demandeur est informé des pièces manquant dans son dossier, il aura le droit de repasser à la caisse pour se faire rembourser les frais de visas.

Source L’Expression Tahar Fattani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires