Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 19:55

Nicole Bricq à Alger pour «vendre» l’attractivité de la France

Nicole Bricq

A la conquête de nouveaux marchés permettant à la France, à moyen terme, de renforcer son offre commerciale et de rétablir sa balance commerciale, notamment en ces temps de crise économique, Nicole Bricq, ministre française du Commerce extérieur, sera cette semaine à Alger puis à Oran. Avec un renfort composé d'une cinquantaine de PME sélectionnées, elle tentera de séduire le marché national et ainsi «vendre» l'attractivité de la France.

«Le développement de l'Algérie, dans toutes ses dimensions, est aussi dans l'intérêt de la France». M. Raffarin ne croit pas si bien dire, et pour cause, l'Algérie demeure, pour la France dont le secteur de l'industrie est en panne, le marché le plus convoité dans la région de l'Afrique du Nord. Pour cela de bien jolies dénominations seront trouvées : Co-localisation industrielle,  promotion des échanges franco-algériens, commerciaux surtout, transfert de savoir-faire… Avec une économie au plus mal, la France est certes entrée, pour la deuxième fois depuis 2009, en récession au 1er trimestre 2013. Pourtant, Mme Bricq se déclarera «raisonnablement confiante» pour le commerce extérieur français pour l'année 2013, s'engageant ainsi à augmenter le potentiel d'exportations françaises pour atteindre l'équilibre de la balance commerciale en 2017. Un optimisme qu'elle aura puisé justement dans la géostratégie commerciale, évoquée par son département en direction de 47 pays, et dont l'Algérie en fait bien évidemment partie. En fait, l'équation trouvée est que, outre l'examen des segments de marchés, ladite géostratégie couple l'offre commerciale française avec les demandes des pays. Ce qui lui permettra d'optimiser ses exportations.  «La France est bien placée pour répondre à ces attentes qui renvoient aux valeurs et au modèle de société qu'elle cherche à promouvoir, aux compétences et au savoir-faire des entreprises françaises, à l'imagination technologique et à la créativité de ses entrepreneurs. La France est aussi bien placée en matière de qualité et de prix», avait-elle déclaré. Avec une feuille de route tracée, essentiellement autour de quatre domaines : «Mieux se nourrir», «Mieux se soigner» «Mieux communiquer» et enfin «Mieux vivre en ville», Mme Bricq aura identifié les secteurs les plus porteurs des marchés ciblés, dont le marché algérien. Et c'est donc avec l'ensemble de ces atouts que Mme Bricq arrivera en Algérie pour «promouvoir les échanges bilatéraux et notamment l'investissement des PME».  Sauf que, force est de constater que c'est plutôt le volet commercial qui prendra le dessus sur celui de l'investissement réel créateur d'emplois et autres valeurs ajoutées. Et pour cause, même si l'Algérie est la 3e destination mondiale hors OCDE des entreprises françaises, et la première pour l'ensemble du continent africain, et parallèlement la France est le premier partenaire de l'Algérie, avec 6,4 Mds d'euros d'exportations, et les échanges commerciaux entre les deux pays ont enregistré un record en 2012 avec 10,3 Mds d'euros, il n'en demeure pas moins qu'entre 2005 et 2011, le nombre de PME françaises travaillant en Algérie a chuté de 40%. Il est évident que ces milliards d'euros sont beaucoup plus générés par les échanges commerciaux que par des investissements productifs et producteurs d'emplois et de savoir-faire, signes de véritable partenariat gagnant-gagnant.

Lancement des travaux du 1er comité mixte économique

Ceci étant, faudra-t-il s'attendre alors à ce que ce 2e Forum de partenariat France-Algérie qui se tiendra à Alger les 28 et 29 mai à l'hôtel El Aurassi, vienne traduire concrètement la déclaration sur les partenariats industriels productifs signée entre les deux gouvernements lors de la visite du Président français en Algérie en décembre dernier.

Ainsi, durant cette visite placée sous le signe de la co-localisation au service du commerce extérieur et du développement des partenariats entre l'Algérie et la France, Mme Bricq, avant de lancer les travaux du 1er comité mixte économique franco-algérien, prendra part au 2e forum de partenariat algéro-français organisé, en collaboration «étroite» avec le ministère de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, l'ANDPME (Agence nationale de développement de la petite et moyenne entreprise, (les Chambres de commerce et d'industrie (CCI), les associations patronales, et les Bourses, par l'Agence française pour le développement international des entreprises, Ubifrance-Algérie. En effet, après celui de mai 2011, pas moins 200 PME françaises et algériennes prendront part à cet événement afin de développer conjointement des projets industriels et commerciaux bénéficiant à la création d'emplois dans les deux pays, selon le concept de co-localisation, fortement défendu par la ministre française du Commerce extérieur. Par ailleurs, outre de rencontrer de hauts responsables, après une visite du pavillon français à la Foire internationale d'Alger, la ministre se rendra à Oran où elle visitera également le pavillon français du salon Pollutec dédié aux technologies de la gestion de l'eau et de l'environnement et qui rassemble plus de 300 exposants.

Source Le Jour d’Algérie Lynda N.B.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires