Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 05:09

Algérie - Oran. Institut Cervantès - Wassila Tamzali présente La burqa comme excuse

Wassyla Tamzali

 

Face au débat sur la burqa, ou voile intégral, qui préoccupe la société française, et, par extension, toute l’Europe, l’avis d’une femme qui se revendique d’«une éducation algérienne» est là pour nous éclairer.

Cependant, ce qui rend Wassila Tamzali «une femme en colère», ce n’est pas tant les avis de la classe politique hésitant entre le pour et le contre, mais l’attitude envers ce problème de l’intelligentsia en général et de certains intellectuels de gauche en particulier, avec lesquels elle partage les valeurs universelles de progrès (toujours en construction) héritées du siècle des lumières, des idéaux de la Révolution française, de l’utopie marxiste, des luttes anticoloniales, mais aussi des bouleversements de mai 68 et les mouvements singuliers qu’ils ont engendré, tel le féminisme. C’est de cette confrontation qu’elle a eue avec ses pairs «occidentaux», particulièrement tolérants envers «ce déni de la femme», qu’elle est venue, samedi dernier, débattre à Oran, à l’initiative de l’Institut Cervantès.

La rencontre a été organisée à l’occasion de la sortie de son livre en langue espagnole, intitulé El Burka Como Excusa (La burqa comme excuse) chez Saga Editorial, un ouvrage plus détaillé que sa version française commandée auparavant par les éditions Chèvrefeuille étoilé et ayant pour titre Burqa ? Son intervention renvoie à ses livres où le développement et l’analyse de cette problématique sont plus nuancés, mais son idée est que «le glissement vers le culturel et le religieux masque les vrais problèmes, qui, eux, sont de nature politique, tels le racisme, l’intégration, etc.» Au nom du «relativisme culturel», les intellectuels adoptent, selon elle, des attitudes tolérantes et finissent par accepter ce qu’eux-mêmes admettent comme étant un déni de liberté pour les femmes. Derrière la burqa, ou voile intégral, se cache en réalité tout un projet de société et des ramifications politiques et idéologiques en totale contradiction avec le progrès.

Condition inhumaine

«Quand les premières images de la burqa sont apparues en Afghanistan, tout le monde s’en est ému, mais quand le phénomène a débarqué en France et en Europe, l’attitude a changé tout d’un coup, mais c’est peut-être pour des considérations électoralistes», s’étonne Wassila Tamzali, qui propose le retour à l’analyse politique face à ce glissement opéré vers le culturel et le cultuel. Argument à l’appui, elle remet en cause l’idée selon laquelle le port ou pas du voile dépend du choix de la personne et s’inscrit donc dans le registre des libertés individuelles. Il y a des cas où ni la notion de choix ni celle de liberté ne sont pertinentes et elle met en avant la notion de consentement en donnant l’exemple de la polygamie. «Une femme peut consentir, même librement, à devenir la deuxième épouse d’un homme déjà marié, mais là, ce ne sont ni les critères de choix ni ceux de la liberté qui entrent en jeu», indique-t-elle, en rappelant que la polygamie est interdite en France, et que, se référant à Claude Levi Strauss, l’interdit est l’un des éléments qui fondent les sociétés humaines.

Ayant travaillé pendant de longues années avec l’Unesco sur la condition féminine, Wassila Tamzali avance qu’actuellement en Algérie, environ 65% des femmes portent le voile et que le taux de polygamie est passé de moins de 0,3% en 1962 à plus de 5% aujourd’hui. «Nos rêves ne se sont pas accomplis», déplore-t-elle, en référence aux idéaux pour lesquels ceux et celles de sa génération ont milité à l’aube de l’indépendance. «Nous avons, poursuit-elle, négligé les luttes singulières au détriment du développement, de l’alphabétisation, etc.» Elle constate aujourd’hui que «le vocabulaire marxiste, le concept de lutte des classes et les aspirations vers la liberté, au sens politique du terme, ont disparu et on ne parle plus que de culture, de religion et, pour ce dernier cas, ce sont plutôt les aspects comportementalistes qui sont mis en avant au lieu de la spiritualité.»

La condition féminine a, selon elle, une place centrale dans le politique et ceux qui visent l’enfermement de la femme projettent en réalité d’avoir une mainmise et un contrôle sur la société pour la pérennisation de leur pouvoir. C’est notamment le cas cité des régimes qui se sont éternisés après la décolonisation opérée à la deuxième moitié du siècle dernier, mais l’espoir viendra peut-être de Tunisie avec l’élection d’une constituante qui accorde la parité aux femmes, une avancée spectaculaire. Mais le combat n’est pas uniquement juridique en décrétant l’égalité, car pour Wassila Tamzali, pour qui «l’histoire est en train de se remettre en marche», il ne peut y avoir de liberté sans liberté de conscience.

Source El Watan Djamel Benachour

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires