Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 10:12

Algérie - Tipasa : La promotion de la femme toujours d’actualité
promotion de la femme

La femme a démontré son efficacité en investissant quasiment l’ensemble des secteurs d’activités économiques.
Il ne peut y avoir un développement pérenne dans une nation sans l’implication effective de l’élément féminin. C’est ce qui ressort, en substance, des idées soulevées lors du forum de discussion autour de l’égalité des chances et des droits tenu au cours de l’après midi d’hier à la Munatec de Tipasa.
Ce rendez-vous placé sous le haut patronage du président de la République et qui a notamment regroupé des acteurs du mouvement associatif local ainsi que les responsables de la wilaya à leur tête le wali, a été l’occasion pour Mme Saâdia Nouara Djaffar, ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition féminine de retracer lors de son intervention les contours des acquis consolidant la position de la femme dans la société algérienne et ce corrélativement à l’amendement partiel de la loi fondamentale décidée par le président de la République.
Ainsi, soutient le membre du gouvernement, les nouvelles dispositions, contenues particulièrement dans l’article 33 bis de la constitution actuelle, consacrent explicitement et davantage le rôle de la femme dans la construction de l’Etat, et ce par son implication dans tous les secteurs à commencer par la sphère politique où elle a désormais accès plus qu’auparavant à des postes de responsabilité et de représentativité. Cependant, indique à titre indicatif, Mme Saâdia Nouara Djaffar, la composante actuelle de l’Assemblée Populaire Nationale, dont le mandat a débuté en 2007, compte seulement 7,75% de femmes parlementaires, soit 30 députées. Cette proportion, selon elle, ne reflète aucunement les capacités et la place de la femme qui est sienne dans la société, d’autant plus qu’elle a démontré son efficacité en investissant quasiment l’ensemble des secteurs d’activités économiques, notamment.Pour que cette inégalité, puisque elle en est une, soit assainie définitivement, la ministre déléguée a rassuré les participantes qu’une fois la loi organique fixant les mécanismes d’application de l’article 33 bis de la constitution mise en vigueur, la femme conquerra sa véritable place dans l’échiquier national politique. En attendant ces mécanismes juridiques, les femmes doivent, selon elle, s’impliquer de plus en plus et s’insérer particulièrement dans les champs politiques et associatifs locaux.
 Pour faciliter cette «intégration locale» il a été recommandé la participation de tous les acteurs locaux.
Sur ce registre, le membre du gouvernement ajoutera que le conseil national de la femme et de la famille, installé en 2007, garantit de par son champ d’action, l’intégration de la femme sur le plan local. 
Ce qui constitue en effet une autre garantie à cette frange de la société. Pour sa part, une des participantes à ce forum a qualifié l’introduction de l’article 33 bis dans la constitution comme «un signal fort» qui requiert au retour davantage d’implication de l’élément féminin dans la gestion et la participation au développement du pays à travers tous les secteurs d’activités.
Source Horizons Amirouche Lebbal.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires