Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 06:04

Des problèmes à traiter en urgence

upm2.jpg

 

Certaines préoccupations de nos émigrés, comme l’éducation, le rapatriement des corps et les sans-papiers, seront prises en charge à court terme.

C’est ce qu’a déclaré hier Halim Attallah, secrétaire d’Etat chargé de la communauté algérienne établie à l’étranger, à l’issue de sa réunion avec la commission des affaires étrangères et de la coopération et de la communauté de l’APN, consacrée à la présentation des différentes actions entreprises à l’égard de notre communauté à l’étranger, ainsi que les observations et les suggestions faites à ce sujet. «Nous en sommes à une réflexion sur une politique du gouvernement en direction de notre communauté à l’étranger», a-t-il affirmé en précisant que cette politique comporte des objectifs à long terme et d’autres à court terme.

Concernant les objectifs tracés à court terme, le représentant du gouvernement a fait savoir qu’il s’agit des «demandes pressantes» exprimées par nos émigrés, à l’instar de l’apprentissage de nos deux langues nationales, à savoir l’arabe et tamazight, le rapatriement des corps en cas de décès, et le problème des harragas privés de droits élémentaires faute de papiers.

A ce propos, il a affirmé que son département a signé une convention avec le département de la formation professionnelle pour accueillir cette catégorie de nos citoyens. Quant aux objectifs que le gouvernement envisage à long terme, M. Attallah a indiqué qu’ils seront définis après l’achèvement des sessions de réflexion qui sont en train de se faire au niveau de nos consulats à l’étranger ou celles programmées aux universités d’été prochainement.

«Nous allons engager un cycle de consultations préalable et nécessaire à la définition d’une vision globale de la part du gouvernement», a-t-il ajouté en soulignant l’importance de donner des messages de confiance en direction de notre communauté à l’étranger. Par ailleurs, les députés, notamment ceux qui représentent les différentes régions où se trouvent nos émigrés à travers le monde, ont exposé au secrétaire d’Etat chargé de la communauté établie à l’étranger, les multiples problèmes dont ils souffrent, notamment après la dissolution de l’Amicale des immigrés qui s’occupait auparavant de leurs préoccupations. Dans cette optique, ils ont plaidé pour la création d’un conseil consultatif pour mieux organiser les affaires de notre communauté à l’étranger. Cette initiative a été retenue, a affirmé M. Attallah.

Source Infosoir Djamal Djenane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires