Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 13:25

Aragon : Que serais-je sans toi ?

ferrat aragon

 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre.

Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant.

Que cette heure arrêtée au cadran de la montre.

Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

 

J'ai tout appris de toi sur les choses humaines.

Et j'ai vu désormais le monde à ta façon.

J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines

Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines.

Comme au passant qui chante, on reprend sa chanson.

J'ai tout appris de toi jusqu'au sens de frisson.

 

J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne.

Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu

Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne.

Tu m'as pris par la main, dans cet enfer moderne

Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux.

Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

 

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes.

N'est-ce pas un sanglot que la déconvenue

Une corde brisée aux doigts du guitariste

Et pourtant je vous dis que le bonheur existe.

Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.

Terre, terre, voici ses rades inconnues.

 

Poème de Louis Aragon

Chanté par Jean Ferrat

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bon Noël 24/12/2010 14:23



Ce poème qui réunit ces deux poètes est admirable ! il apporte en cette fin d'année


un peu d'amour ! de douceur .....nous vous remercions pour cette belle pensée qui


 sera un grand réconfort pour certains d'entre nous qui sont dans la solitude.


Nous vous souhaitons d'heureuses fêtes .


Bien amicalement.



Le Pèlerin 24/12/2010 16:22



Bonjour Bon Noël,


J'ai pensé que ce poème ferait "Tilt" chez certains....Ne me serais je pas trompé?


Si ce texte et cette chanson ont apporté un peu de réconfort chez certains telle est ma
plus belle récompense


Je vous souhaite un très joyeux Noël


Je penserai au Lecteur que vous êtes ce soir au seuil de Noël et vous souhaite de passer
cette belle fête au mieux en pensant également à votre Correspondant


Cordialement,


Le Pèlerin


 



misterinfo 24/12/2010 10:28



OFFRE EXCEPTIONNELLE : 


 


Vous pouvez gagner jusqu’à 500 € de publicité pour votre blog ou votre site * + 0,01 € / click ( sur le lien présenté après candidature ) ** + référencement sur les partenaires de mon site :
http://mister-info.e-monsite.com/  ***


 


Pour toute autre information concernant notre jeu-concours, vous pouvez vous renseignez auprès de la société: misterinfo@ymail.com .


 


BONNE CHANCE !!!


 


Jeu-concours gratuit sans obligation d’achat. 


 


* Selon votre score et l’argent récolté grâce à vos clicks. 1 € récolté = 1€ de publicité


** Le lien comportant un portail « Linkbucks » permettra donc de savoir le nombre de click ( ayant clické sur « skip this add » .


*** Aucune demande de participation financière sur vos gains récoltés pour cela.


 



Le Pèlerin 27/12/2010 17:00



Bonsoir


Certains de mes lecteurs jugent qu'il y a déjà trop de publicité


Alors en ajouter pour gagner quatre cacahuètes de plus, ne m'intéresse guère


Merci toutefois pour votre proposition.


Cordialement,


Le Pèlerin