Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 08:12

La E9 bloquée à Ax-les-Thermes

Chantier-E9-Ax.jpg

 

Il manque encore 6 millions d'euros pour terminer la déviation d'Ax. Le conseil général de l'Ariège a accepté ce financement, mais sous conditions. La préfecture de région s'en tient aux engagements du gouvernement.

Faute d'accord entre le conseil général de l'Ariège et l'État, pour le bouclage financier des travaux d'Ax-les-Thermes, l'avancement du chantier pourrait connaître un surcoût, et dix-huit mois de retard supplémentaires.

L'avertissement de la préfecture de Région a été mis en ligne au début du mois de février, sur son site internet. Alors que, dans notre département, le président Bonrepaux expliquait qu'il négocie avec l'État sur un échéancier précis d'avancement du dossier de l'E9, le préfet de Région, lui, adoptait un ton nettement moins conciliant (1). Dans ce texte, la préfecture de Région rappelle tout d'abord que l'E9 figure dans l'avant-projet consolidé du schéma national des infrastructures de transports. Elle explique également que les acquisitions foncières pour les sections Tarascon-Sinsat et la déviation sont très avancées (respectivement 50 et 95 %) et se poursuivent. Elle souligne aussi qu'un crédit d'études de 500 000 € a été débloqué, en juillet dernier, pour « un aménagement progressif de l'itinéraire », à la demande de l'ancienne ministre de l'écologie.

les promesses de la ministre Et que Nathalie Kosciusko-Morizet a demandé au préfet de région « de poursuivre les acquisitions foncières » : « La ministre confirme sa volonté d'aménager cet axe

[…] , après la réalisation de la déviation d'Ax-les-Thermes, par les déviations de Sinsat, Mérens-les-Vals et Tarascon », indique en conclusion la préfecture de Région. Et de prévenir : « Faute d'accord du conseil général sur sa participation (6M€, ndlr), malgré les engagements réitérés de la ministre, la convention spécifique du plan de modernisation des itinéraires ne peut être signée. Ceci a conduit à l'arrêt du chantier depuis le 27 mai 2011[…] Si la convention n'est pas signée avant la fin du mois de mars, les travaux ne pourront pas reprendre en 2 012. Le risque est clair : dix-huit mois d'interruption du chantier ». Pour sa part, le président Augustin Bonrepaux n'en démord pas : tout accord financier avec l'État devra se faire selon un échéancier précis. C'est le sens de la délibération adoptée en octobre dernier par les élus ariégeois : d'accord pour une participation financière, mais « étalée dans le temps ». les craintes ariégeoises Elle devra se faire selon « un calendrier précis d'achèvement des travaux sur la déviation d'Ax-les-Thermes, mais aussi à l'engagement des travaux de la déviation de Bouan-Sinsat, à l'acquisition des emprises nécessaires à la déviation de Tarascon et de Quié, et enfin à l'engagement de la procédure de déclaration d'utilité publique de la déviation de Méréns ». En clair, le conseil général de l'Ariège veut que les engagements du ministre soient couchés noir sur blanc et ne se limitent pas à de simples promesses. Et l'inquiétude peut se comprendre : le schéma national des infrastructures de transports ne compte pas l'E9 dans ses priorités, et prévoit, pour la nationale 20, en Ariège « éventuellement une mise à 2X2 voies complète, à terme, de cet itinéraire routier, en passant toutefois par des phases d'aménagement intermédiaires, moins ambitieuses ». Pas franchement rassurant, on en conviendra.

Depuis, la préfecture de Région ne fait plus de commentaire sur ce dossier, respectant les obligations du devoir de réserve, mais confirme les propos de son communiqué du mois de février.

Du retard qui coûte cher

L'interruption des travaux aura des conséquences sur leur coût final: les mesures conservatoires qui vont être prises pour éviter tout risque de dégradation ou de pollution (45.000 m3 de terrassement sont en attente d'être ré-utilisés pour la chaussée) sont estimés à 250.000€, au minimum, par la préfecture de région. L'interruption pourrait aussi avoir des conséquences négatives pour les travaux déjà réalisés: reprise de la couche de roulement, risques de dégradation des terrassements...

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires