Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 08:06

132 « oui » pour la Palestine ?

Mahmoud-Abbas-ONU.jpg

 

Evénement historique à New York. L’Assemblée générale des Nations unies décidera, aujourd’hui, date anniversaire de la partition de la Palestine en 1947, si elle va accorder à l’« entité observatrice » qu’est la Palestine depuis le 9 décembre 1988, un statut d’Etat observateur non membre.

Sur les 193 pays membres des Nations unies, la majorité, « au moins 132 pays » dit-on, votera « oui ». Pour donner une chance au processus de paix et à la solution à deux Etats indépendants, expliquent ceux qui ont osé « résister » aux pressions américaines, britanniques et israéliennes. Selon plusieurs analystes, le « oui » d’aujourd’hui de la communauté internationale à ce texte qui appelle aussi « à une reprise des négociations pour parvenir à « un règlement pacifique » avec l’établissement d’un Etat de Palestine « vivant aux côtés d’Israël en paix et en sécurité, sur la base des frontières d’avant-1967 », pourrait ouvrir la voie à de sérieuses négociations de paix au Proche-Orient et donner à l’Autorité palestinienne, outre une victoire diplomatique majeure, le moyen d’accéder à la Cour pénale internationale pour y mener une guerre juridique contre l’Etat israélien. Le 3 avril 2012, le procureur de la CPI a indiqué que l’octroi de ce statut d’Etat non membre lèverait l’indétermination actuelle sur le statut international de la Palestine et servirait de base à la compétence de la Cour. La Palestine, qui a accepté, le 22 janvier 2009, la juridiction de la CPI, deviendrait par conséquent adhérente au Statut de Rome. Seule la date d’entrée en vigueur de cette compétence reste à déterminer, expliquent les juristes. Autrement dit, cette adhésion aurait pour effet de rendre responsables devant la CPI les dirigeants israéliens pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » commis à Ghaza et Al-Qods et les conséquences du « mur de la honte » érigé en juillet 2004. L’adhésion au Statut de Rome aurait donc pour effet de rendre responsables devant la CPI les dirigeants israéliens.

Washington et Tel-Aviv menacent
Selon le département d’Etat américain, si la résolution passe, il ne faudra pas « compter sur une réponse favorable du Congrès » sur le déblocage de 200 millions de dollars d’aide promis par Washington. Israël menace de prendre des mesures de rétorsion, dont le blocage des taxes perçues pour le compte de l’Autorité palestinienne, la réduction du nombre de permis de travail pour les Palestiniens, voire l’abrogation des accords de paix d’Oslo de 1993. Le filet de sécurité de la Ligue arabe, 100 millions de dollars par mois en cas de sanctions financières israéliennes et américaines, sera-t-il suffisant ? En attendant le « oui » annoncé, l’Autorité palestinienne met le bémol dans son discours. « Nous ne nous précipiterons pas pour adhérer à la Cour pénale internationale », déclare Riyad Mansour, l’observateur palestinien à l’ONU. La raison ? Abbas, qui espère voir prochainement le Conseil de sécurité donner une suite favorable à son demande d’une reconnaissance pleine et entière d’un Etat palestinien comme membre à part entière de l’ONU qu’il a déposée en septembre 2011, sait que la communauté internationale ne pourra plus tolérer la poursuite de la colonisation et de l’occupation d’un Etat reconnu officiellement comme observateur au sein de l’ONU.

Source La Tribune Djamel B.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires