Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 11:03

Le roi du Maroc, Mohammed VI, sur les lieux de l'attentat de Marrakech

Mohammed-VI-Marrakech.jpg

 

Maroc - Il s'est notamment rendu sur la place Jamâa El-Fna et dans le café Argana où l'attaque, qui a fait seize morts, s'est produite...

Le roi Mohammed VI du Maroc s'est rendu samedi à Marrakech visée jeudi par un attentat qui a fait 16 morts, dont sept Français, contre un café du coeur touristique de la ville.

Au milieu d'un strict dispositif de sécurité et sous les saluts de centaines d'habitants, il a fait une halte de quelques minutes sur la place Jamâa El-Fna, où s'est produit cette attaque.

Le roi a serré la main de quelques Marocains parmi la foule compacte à proximité du café Argana, qui a été soufflé par l'explosion d'une bombe commandée à distance. Les murs ont été éventrés, et au sol, des débris sont amoncelés sur des flaques de sang séché. Des couronnes et des bouquets de fleurs y ont été déposés samedi matin, en hommage aux victimes.

Mohammed VI est allé constaté les dégâts dans le café, d'où les touristes aimaient admirer la place Jamâa El-Fna, puis s'est brièvement entretenu avec des agents de la police technique et scientifique marocaine, qui continuaient samedi à recueillir des indices.

Cet attentat n'a toujours pas été revendiqué, mais les autorités ont mentionné un procédé qui fait penser aux émules d'Al-Qaïda.

Attaque la plus meurtrière depuis mai 2003

Plusieurs centaines de policiers et d'agents de sécurité avaient été déployés à Marrakech pour cette visite royale.

Le souverain est ensuite allé à l'hôpital Ibn-Tofail, où se trouvent selon l'agence marocaine Map sept blessés, deux Marocains et cinq Français, ainsi qu'à l'hôpital militaire, où deux Néerlandais, deux Français et un Marocain reçoivent des soins.

Selon une source diplomatique française, deux blessés français ont été rapatriés dans leur pays.

Avec 16 morts et 25 blessés, l'attaque de jeudi est la plus meurtrière au Maroc depuis les attentats islamistes de mai 2003 à Casablanca qui avaient tué 33 personnes, ainsi que les 12 kamikazes impliqués.

Touristes pas découragés

L'attentat n'a pas découragé les touristes, qui sont une source de revenus indispensables pour ce pays d'Afrique du nord de 32 millions d'habitants, épargné jusqu'ici par les violences qui secouent la région depuis le début de l'année.

«Il y a eu quelques annulations, mais peu jusqu'à présent, rien de dramatique. Ca se compte par dizaines», a assuré à l'AFP le ministre du Tourisme, Yassir Zénagui.

«C'est très loin de ce qu'on aurait pu penser», a-t-il ajouté, se disant même «surpris».

Un procédé qui fait penser à Al Qaida

Dès jeudi, le roi, qui fait face à des demandes de réformes depuis le début de l'année, avait ordonné une enquête rapide et transparente.

Selon un haut responsable de la sécurité, il n'y a pas eu d'arrestation, mais les déclarations de deux touristes néerlandais ont permis d'établir le portrait-robot d'un suspect.

Il s'agirait d'un Arabe, jeune, bien rasé et aux cheveux longs qui a été vu au café Argana, quelques minutes avant l'attentat.

Le gouvernement marocain a mentionné un procédé qui fait penser à Al-Qaïda et a assuré que «l'hypothèse du kamikaze», avancée dans un premier temps, était désormais «exclue».

Des experts américains, français et espagnols participent à l'enquête sur l'attentat, a indiqué à l'AFP un haut responsable du ministère de l'Intérieur.

Rien ne permet d'affirmer que la France était visée, selon Guéant

Sept des personnes décédées sont de nationalité française, mais le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant a estimé dans Le Journal du Dimanche que «rien ne permet d'affirmer» que la France était visée par l'attentat.

Claude Guéant a souligné qu'«il faut attendre la revendication» pour savoir si Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a organisé l'attentat qui, dit-il, lui «rappelle» ceux de 1995 à Paris.

Par ailleurs, l'organisation non gouvernementale Human Rights Watch (HRW) a appelé les autorités marocaines à ne pas commettre «d'abus graves» sur les éventuels suspects et à ne pas «bloquer» les réformes démocratiques engagées récemment.

Human Rights Watch rappelle avoir dénoncé par le passé «de nombreuses violations des droits humains des suspects de terrorisme au Maroc». L'ONG cite le cas de la répression qui s'est abattue sur des groupes islamistes après les attentats de Casablanca en 2003.

Dimanche, la place Jamâa El-Fna changera de visage: c'est là qu'arrivera le défilé du 1er mai. Le Mouvement du 20 Février, qui revendique des changements politiques au Maroc, sera aux côtés des syndicalistes et des étudiants, à Marrakech, comme dans les autres villes.

Source 20minutes.fr AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires