Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 09:39

Obama officiellement candidat à sa succession en 2012

obama1.jpg

 

Barack Obama a annoncé officiellement lundi sa candidature à un second mandat de quatre ans à la Maison Blanche, mettant le cap sur la présidentielle de novembre 2012 qu'il espère remporter à la faveur du redressement de l'économie américaine.

Barack Obama a annoncé officiellement lundi sa candidature à un second mandat de quatre ans à la Maison Blanche, mettant le cap sur la présidentielle de novembre 2012 qu'il espère remporter à la faveur du redressement de l'économie américaine.

"Aujourd'hui, nous déposons les documents pour lancer notre campagne 2012", a annoncé M. Obama dans une vidéo transmise par courriel à ses partisans.

Barack Obama est entré dans l'histoire en novembre 2008 en devenant le premier Noir élu à la présidence des Etats-Unis. Mais les événements ne l'ont pas épargné depuis son entrée à la Maison Blanche en janvier 2009: crise bancaire et automobile, réforme difficile de l'assurance maladie, guerre en Afghanistan puis tout récemment en Libye.

M. Obama a dû se résoudre à voir ses adversaires républicains remporter les législatives de novembre dernier. Mais les derniers chiffres économiques annoncés vendredi, avec un taux de chômage à son plus bas niveau depuis deux ans, peuvent lui donner bon espoir de l'emporter dans un an et demi.

Sans attendre, Barack Obama a appelé lundi ses partisans à commencer à se mobiliser pour 2012, "bien avant que vienne pour moi l'heure de me lancer vraiment dans la campagne", a-t-il dit.

"J'aurai besoin de vous pour établir notre plan et créer une campagne qui aille plus loin, soit plus concentrée et plus innovante que tout ce que nous avons bâti jusque là", a poursuivi M. Obama, dont la campagne en 2007-2008 s'était appuyée sur internet et les réseaux sociaux pour mobiliser de nombreux volontaires.

Revenant sur ses deux années de présidence, M. Obama a reconnu qu'engager "un changement durable ne serait ni rapide ni facile", un aveu en direction de l'aile gauche de son parti qui lui reproche de n'avoir pas suffisamment transformé le pays.

Assurant que son administration et ses partisans "se battent pour protéger les progrès enregistrés, et en réaliser davantage", M. Obama a souligné que ce serait sa dernière campagne "en tout cas comme candidat": la Constitution américaine limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

M. Obama se rendra mercredi en Pennsylvanie (est) et vendredi dans l'Indiana (nord) pour ses premières interventions publiques hors de Washington en tant que président-candidat, a révélé lundi le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

Mais ce dernier a assuré que cette candidature n'entravait pas le travail quotidien de M. Obama. "Le président n'est pas concentré sur des élections. Il est concentré sur ce pour quoi il a été élu. Il a un travail et il s'y consacre entièrement", a-t-il ajouté, en évoquant la nécessité d'"augmenter la croissance (et) d'augmenter les créations d'emplois".

Sauf coup de théâtre, aucun adversaire de taille ne devrait contester à M. Obama, qui aura 50 ans l'été prochain, l'investiture démocrate à la convention présidentielle de Charlotte (Caroline du Nord, sud-est) début septembre 2012. En revanche, l'incertitude règne sur le nom de son futur adversaire républicain.

Un seul responsable s'est formellement déclaré intéressé, l'ancien gouverneur du Minnesota (nord) Tim Pawlenty. L'ex-président de la Chambre, Newt Gingrich, y réfléchit tandis que l'ancien gouverneur du Massachusetts (nord-est) Mitt Romney, candidat malheureux face à M. McCain en 2008, semble décidé à concourir.

C'est à Chicago, comme en 2007-2008, que M. Obama va installer le quartier général de sa campagne plutôt qu'à Washington, une façon de retrouver le contact avec les militants de base.

Plusieurs "poids lourds" de l'équipe de 2008 ont récemment quitté la Maison Blanche afin de rejoindre la structure de Chicago, épicentre d'une campagne ambitionnant de rassembler jusqu'à un milliard de dollars de contributions.

Source El Watan AFP

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires