Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 11:04

«La mort de Ben Laden va charrier avec elle d’autres actes terroristes plus spectaculaires que les précédents et ouvrira d’autres fronts d’action.»

ben_laden.jpg

Ben Laden est mort, mais le réseau d’Al Qaïda l’est-il pour autant? Cette question taraude l’esprit de bon nombre d’experts et de spécialistes de la lutte antiterroriste. «La victoire contre Al Qaïda n’est pas aussi sûre ou remportée», avertit le directeur de la CIA, Leon Panetta, dans un communiqué rendu public hier. Bien au contraire, il a assuré que des attentats spectaculaires sont prévisibles. «Il est presque certain que des terroristes vont tenter de venger Oussama Ben Laden», a-t-il mis en garde, avant d’appeler les ressortissants américains, établis à l’étranger, à la prudence. La même réaction a été manifestée par l’Union européenne. Le coordinateur de la lutte antiterroriste de l’UE, Gilles de Kerchove, a estimé, hier, qu’il fallait rester vigilant, car a-t-il soutenu, après la mort d’Oussama Ben Laden, le symbole allait probablement continuer d’inspirer des terroristes. Dans le même sillage, le Pr. M’hend Berkouk, directeur du Centre de recherche sécuritaire et stratégique (Crss) et expert consultant au Global Center Terrorism Coopération aux Etats-Unis d’Amérique a indiqué que la mort de Ben Laden n’est pas synonyme de la disparition d’Al Qaïda. Car, la mort de Ben Laden va charrier avec elle d’autres actes terroristes plus spectaculaires que les précédents.

«Les groupes et réseaux terroristes actifs ou dormants vont certainement réagir et frapper, dans les plus brefs délais, pour montrer à l’opinion mondiale qu’Al Qaïda est toujours là», a soutenu M.Berkouk.

Selon l’expert, certes Ben Laden représente un symbole pour les réseaux terroristes, mais ils fonctionnent avec un mode opérationnel autonome. A ce titre, l’organisation terroriste Aqmi, activant au Maghreb, notamment au Sahel, est complètement indépendante d’Al Qaïda. Cela est valable, selon lui, aussi bien sur le plan organisationnel que d’action. De fait, le Pr. M’hend Berkouk a relevé que les cibles visées dans ses actions par l’organisation Aqmi ne sont pas les mêmes que celles d’Al Qaïda. «Les alliances entres les différentes organisations terroristes sont plutôt d’ordre idéologique», a fait remarquer le directeur du Centre de recherche sécuritaire et stratégique, avant de relever qu’Al Qaïda et d’autres organisations terroristes affiliées à cette dernière fonctionnent selon les modes opérationnels de la défense occidentale. Donc, il y a une autonomie d’action, a-t-il souligné. Par ailleurs, l’expert en questions sécuritaires internationales a averti quant aux risques de voir Al Qaïda changer de plan d’action et ouvrir, par voie de conséquence, d’autres foyers. Les régions instables sont, selon lui, les plus ciblées. Ainsi, il a prévenu que la prolifération des armes, en quantité et en qualité, dans le Maghreb et les zones du Sous-Maghreb, après le conflit libyen, peut réactiver l’organisation Aqmi et prendre les devants de la scène du terrorisme mondial. Cela a été prévu et souligné par des spécialistes.

«Le Sahel serait, à l’évidence, le nouveau foyer du terrorisme international», a indiqué le consultant au Global Center Terrorism Coopération aux Etats-Unis, estimant, par ailleurs, que l’Algérie qui n’a pas cessé d’appeler à la lutte contre le terrorisme au Sahel, mais aussi de prévenir contre ses risques aussi bien à moyen terme qu’à long terme ne s’est pas trompée. Donc, Aqmi serait en mesure de réactiver ses réseaux et faire de la région du Sahel un nouveau foyer pour le terrorisme international, d’autant plus que toutes les conditions lui permettant d’agir y sont réunies. Et d’ajouter sur un autre plan que la mort de Ben Laden constitue également un gage pour la réélection de Barack Obama. C’est dire qu’il s’agit là d’un véritable exploit pour l’administration d’Obama. Cependant, Slimane Medjahed, ex-conseiller auprès des services de la Sécurité nationale a précisé, quant à lui, que le terrorisme n’est pas activé pour des raisons de politique interne, mais pour des raisons externes. Néanmoins, il a fait savoir que la mort de Ben Laden pourrait constituer un coup fatal pour l’organisation terroriste Al Qaïda. Selon lui, il se pourrait qu’il y ait naissance d’une guerre interne au sein d’Al Qaïda, notamment autour de la succession à Ben Laden à la tête d’Al Qaïda. Formel, Slimane Medjahed a indiqué que la mort de Ben Laden va entraîner plus d’actes terroristes à travers le monde, mais aussi plus de problème à l’intérieur d’Al Qaïda. Tandis que du côté de Salim Berkouk, enseignant en sciences politiques et relations internationales à l’Université d’Alger, l’interrogation qui se pose maintenant n’est pas nécessairement la mort de Ben Laden, mais cette rapidité de l’annonce portant sur sa mort. «Je pense que cette annonce sert beaucoup plus à encourager les forces de l’Otan plongées dans le chaos afghan», a-t-il expliqué, ajoutant que la mort de Ben Laden n’entraîne pas nécessairement la fin d’Al Qaïda.

Source L’Expression Kamel Lakhdar-Chaouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires