Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 09:48

Bernard Kouchner est-il bienvenu à Alger?

boutelika-kouchner.jpg

Bernard Kouchner lors d'une précédente visite

 

Que dira-t-il à la génération de l’indépendance qu’il va rencontrer à chaque escale de son déplacement en Algérie?

Après la pluie, est-ce le beau temps? Les relations entre l’Algérie et la France ont essuyé des tempêtes et des orages continus ces deux dernières années. Mais ces derniers jours l’on assiste à un discours tout à fait différent de la part des officiels français.
Un discours qui verse dans le sens du rapprochement entre les deux pays. Mardi, à partir de New York, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a évoqué avec son homologue algérien, Mourad Medelci, son souhait d’effectuer une prochaine visite à Alger.
M.Kouchner a dit son souhait d’effectuer une visite «plus politique» dans les prochaines semaines. Comprendre par l’expression «plus politique», le souhait de Kouchner d’aborder des questions de fond ou même les dossiers qui fâchent. Kouchner ne parlera pas d’économie, une question laissée à la secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, qui a fait état, lundi, d’une «nouvelle étape» dans les relations franco-algériennes à l’occasion d’une visite de deux jours à Alger. Elle avait insisté sur la «volonté du gouvernement français et des entreprises françaises de développer les investissements en s’inscrivant complètement dans la logique» de développement et de partenariat définis par le gouvernement algérien.
Le souhait de Kouchner de se rendre à Alger soulève tout de même quelques interrogations. Pourquoi ce subit regain d’intérêt pour notre pays chez un ministre connu pour ses déclarations provocantes à l’égard de l’Algérie. En février, le ministre français des Affaires étrangères, avait expliqué la tension franco-algérienne par la présence au pouvoir de «la génération de l’indépendance». «Ce sera peut-être, selon lui, plus simple après le départ de cette génération», un départ qui ne se fera pas dans quelques semaines, délai fixé par Kouchner pour se rendre à Alger. Que dira Kouchner à la génération de l’indépendance qu’il va rencontrer à chaque escale de son déplacement en Algérie? Les informations en provenance de New York font état de discussions menées entre les deux diplomates (Kouchner et Medelci) autour de la situation au Sahel. La partie française a souligné la forte coopération de l’Algérie. «Nous avons parlé du Sahel», souligne le chef de la diplomatie française, évoquant la volonté des Algériens de «conforter» un état-major déjà existant et constitué des cinq pays du Sahel, qui devrait, selon le ministre français, se réunir dans les prochaines semaines. Selon son porte-parole Bernard Valero, M.Kouchner a évoqué la question sécuritaire et souligné avec M.Medelci «la nécessité de renforcer la coopération régionale».
Il a reconnu «la contribution de l’Algérie à l’effort collectif» dans la région du Sahel. Les deux ministres «se sont accordés à souligner la densité, la qualité et la dynamique de progrès entre les deux pays», et «se sont accordés à travailler ensemble à la poursuite de l’approfondissement de ces relations», selon M.Valero.
La France souhaite l’aide de l’Algérie pour résoudre le problème de ses 5 ressortissants pris en otages au Mali, mais continue de faire la sourde oreille à la demande des autorités algériennes de supprimer le pays de sa liste noire. La réplique de Kouchner fut catégorique et loin d’être diplomatique: «Les Algériens sont choqués, et c’est vrai qu’ils se battent courageusement contre El Qaîda. Mais nous appliquons des règles de sécurité», des règles que Paris n’a pas hésité à transgresser en faisant pression sur le gouvernement malien en février dernier pour la libération de quatre islamistes d’Al Qaîda détenus dans les prisons maliennes. C’était la condition pour que soit libéré Pierre Camatte, otage français détenu depuis fin novembre par l’organisation terroriste. La désignation de Kouchner à la tête de la diplomatie française n’a pas joué en faveur d’un rapprochement entre les deux pays. Des observateurs l’ont pointé du doigt, le mettant en cause dans ce climat électrique qui règne entre les deux pays. Un climat que même la présence du président Abdelaziz Bouteflika au Sommet France-Afrique n’a pu apaiser. Ce coup-ci «le dérapage» a été commis par le président français lui-même. Rappelons que Sarkozy a déclaré quelques heures après la clôture du sommet.
«Dire qu’il suffit que l’Algérie participe au sommet pour que tout s’éclaire dans la relation entre la France et l’Algérie, je ne serais pas aussi optimiste», a-t-il déclaré. Pour lui «il faudra encore du temps. J’ai dû moi-même m’y résoudre». Rappelons enfin que l’ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, a été chargé au début du mois par le président Nicolas Sarkozy de faciliter et de développer le partenariat économique.
Du côté algérien, selon des sources diplomatiques, le choix est fait sur la personne du vice-Premier ministre, M.Yazid Zerhouni, pour gérer ce dossier.

Source L’Expression Achira Mammeri

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires