Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 05:19

Halilhodzic explique tout

Vahid Halilhodzic

Le sélectionneur national lors de sa conférénce de presse d'hier

Au cas par cas, le sélectionneur national a expliqué tout ce qui entoure la sélection nationale en ce moment.

Les cas de Boudebouz, Laïfaoui, Asselah, Halliche, Fabre, Tedjar, Metref, Meghni, les joueurs évoluant au Golfe, le bilan du stage de Marcoussis, le prochain match des Verts contre la Tanzanie et le groupe de l'Algérie pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014, tels ont été les points décortiqués hier par le coach de l'équipe nationale de football, Vahid Halilhodzic, qui a tenu hier une conférence de presse au complexe olympique du 5 juillet.
D'abord, l'actualité l'oblige. Le cas de Ryad Boudebouz qui s'est absenté du stage de Marcoussis, a eu sa part de lion lors de ce rendez-vous avec la presse. Halilhodzic a laissé entendre qu'il ne s'agit pas de sanction contre le joueur. «Je ne l'ai pas convoqué au départ pour le match contre la Tanzanie, car dans ma tête il était blessé.
Et c'est sur la base de cette idée de blessure que je ne l'ai pas mis sur la liste que j'ai établie dans l'immédiat. Seulement, poursuit le coach des Verts, J'ai été vraiment surpris et étonné de le voir rejouer trois jours seulement après la fin du stage. Malgré tout, pour ma part, il n, y a vraiment pas de quoi en faire une affaire. J'ai discuté avec son président, son entraîneur et son médecin, mais là, je dois discuter avec lui pour éclaircir la situation». Poursuivant dans ce même ordre d'idées, Halilhodzic n'a pas omis de préciser que tous les joueurs sont sommés de respecter le règlement intérieur. «Il y a bel et bien un règlement intérieur qu'on se doit de respecter et d'appliquer. Un joueur blessé ou pas doit nécessairement se présenter à un stage. S'il est blessé, alors là, il doit nécessairement être ausculté par le médecin de la sélection nationale.» Le coach des Verts a toujours évité d'évoquer la moindre sanction.
«Le championnat du Qatar n'est pas pire que celui en Algérie»
Dressant le bilan succinct du stage de Marcoussis, le coach national se déclare «satisfait du travail effectué par les joueurs. Ils ont été bien réceptifs et nous avons beaucoup discuté. Je note même ces critiques des attaquants envers les joueurs du milieu de terrain qui n'arrivent pas à les alimenter par des balles. Et je note également avec satisfaction le fait que les joueurs du milieu ont accepté sportivement ces critiques. Les joueurs se sont bien appliqué durant le stage et j'estime qu'ils ont bien reçu mon message, ce qui est essentiel». A une question relative aux joueurs évoluant dans les pays du Golfe, Vahid Halilhodzic remarque d'abord que «le championnat du Qatar n'est pas pire que celui en Algérie». Et de faire remarquer: «Dans ce championnat qatari, il y a bien de grands joueurs brésiliens et autres. Maintenant, à titulariser un joueur évoluant dans les pays du Golfe, tout dépendra de sa forme. S'il est bon, il joue, s'il ne l'est pas il ne jouera pas, c'est aussi simple que cela», explique-t-il. Parlant du cas de Meghni, le coach Vahid, remarque que «c'est un cas spécial», avant d'expliquer: «Il n'est pas en forme dans la mesure où cela fait longtemps qu'il n'a pas joué. Il vient de reprendre et l'on se doit de l'aider. Il a besoin de 6 mois ou une année pour être au top. Je vais donc l'aider et l'accompagner dans ces moments difficiles d'autant que c'est un joueur dont j'ai vraiment besoin. S'il peut jouer 10 minutes pleines, eh bien on le fera jouer. Je ne vais pas vous dire qu'il va être titulaire à part entière». Concernant le cas de Laïfaoui et Asselah, qui n'ont pas rejoint Marcoussis pour cause de manque de visa Schengen, le coach des Verts a évité d'impliquer la Faf, se contentant juste de dire: «Ces deux éléments ne sont pas encore compétitifs. De plus, un stage est une chose et un match contre la Tanzanie en est une autre». Le cas Fabre est résumé par Halilhodzic en ces termes: «Il a reçu sa convocation en retard et il a rejoint le groupe tout de même.
Il a expliqué devant tout le monde les causes de son retard et il a donc intégré le groupe le plus normalement du monde. Il a même joué 30 minutes dans le match d'application».
«Tedjar et Metref peuvent nous être utiles»
En d'autres termes, il n'a pas été choisi pour le match de la Tanzanie pour la simple raison que Halilhodzic lui a préfèré les trois autres gardiens de but. Interrogé sur la convocation des joueurs, Metref et Tedjar, qui n'ont pas effectué le stage de Marcoussis, l'entraîneur national a répondu: «Lemouchia est suspendu, alors que Guedioura est blessé, et Lacen ne joue pas encore. Je ne connais pas ces deux joueurs et ce sont mes adjoints qui me les ont conseillés. Nous avons besoin d'un milieu de terrain, nous les avons donc convoqués. Maintenant, remarque-t-il, il se peut que nous nous soyons trompés, mais ils sont là». Evoquant le prochain match des Verts contre la Tanzanie, Vahid Halihodzic annonce: «J'ai eu une idée de la Tanzanie après avoir visionné son match contre l'Algérie. Nous allons les superviser une nouvelle fois, mais dans un match qu'elle a disputé à l'extérieur car le jeu n'est pas le même. L'expérience que j'ai vécue en Côte d'Ivoire me permet de dire que les sélections africaines n'ont pas le même rendement lorsqu'ils évoluent à domicile ou à l'extérieur, ce qui veut dire que pour le prochain match, nous allons rencontrer une autre Tanzanie que celle du match aller». A propos des joueurs Abdoun et Ghilès, coach Vahid répond simplement que «la porte de l'équipe nationale est toujours ouverte. D'ailleurs, je connais bien Abdoun. Nous allons voir l'évolution des joueurs dans les prochains jours et la porte de l'équipe n'est pas du tout fermé.»Evoquant son futur plan de travail, le coach Vahid annonce: «D'ici le mois de décembre prochain, je serai fixé sur une liste de 28 joueurs, dont trois gardiens de buts, sur laquelle je miserai lors des prochaines échéances, à savoir les éliminatoires de la CAN 2013 et le mondial 2014». Ainsi, le coach a tenu à préciser: «le travail continuera dans ce registre, jusqu'à l'établissement d'une liste de 28 joueurs sur lesquels je me baserai pour les prochains challenge». D'autre part, le sélectionneur national assure que la prospection se poursuivra aussi bien en Algérie qu'ailleurs et notamment dans les différents championnats d'Europe. D'ailleurs, il y a trois joueurs qui jouent en Europe et qui sont actuellement en équipe olympique, que nous allons convoquer avec certains joueurs locaux. Parlant des infrastructures, l'entraîneur national, Vahid Halilhodzic, a déclaré qu'il a supervisé les stades du 5-juillet, de Rouiba et de Blida et qu'il n'a pas encore tranché sur son choix. Par contre, «le centre de Sidi Moussa, est bon pour le stage de l'équipe nationale bien qu'il y ait encore des travaux. Nous avons demandé quelques retouches à effectuer, mais il est opérationnel», estime l'entraîneur de l'équipe nationale de football.

Source L’Expression Saïd Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires