Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 08:24

L’inquiétude des experts – Des avis divergents

reserves de change en dollars

Selon l’analyse boursière que nous a livrée Noureddine Legheliel, analyste auprès de la banque suédoise Carnegie, les bons du Trésor ont même pris très légèrement de la valeur en augmentant de 0,37 point, tandis que les intérêts sont passés de 2,56% vendredi à 2,49% aujourd’hui.

Les Credit Default Swap (CDS), principal indicateur de solvabilité, se sont, de leur côté, stabilisés. Quant à la monnaie américaine, elle semble plutôt bien résister face à l’euro. Le krach des titres obligataires n’a donc pas eu lieu. Cela n’empêche pas l’analyste boursier de lever certaines ambiguïtés à propos de tout ce qui se dit actuellement sur la gestion des réserves de changes.
Les inquiétudes autour d’une éventuelle dévalorisation des placements de l’Algérie à cause d’un glissement du dollar ont d’ailleurs été balayées par le financier, qui a insisté sur le fait que les bons du Trésor acquis depuis 5 ans ont pris 20% de valeur. Ce qui couvre, selon ce spécialiste, largement la perte de change du dollar. Il ajoute qu’il ne faut pas trop se laisser impressionner par les prévisions alarmistes de la presse financière internationale sur la base desquelles «nos économistes évoquent la perte de la valeur de nos placements».

Néanmoins, l’économiste auprès de la Banque mondiale M’hamed Hamidouche ne partage pas totalement cet optimisme. S’il confirme que les titres acquis depuis 2008 ont pris de la valeur, les T-Bonds acquis au début des années 2000 ont subi des pertes du fait de la crise économique mondiale. Il estime également qu’il ne faut pas s’attarder sur les évolutions ponctuelles des cours mais les suivre dans leur globalité, sur une longue période. L’expert auprès de la BM préconise de s’intéresser à «la nature exacte» des placements sur laquelle la Banque d’Algérie entretien le secret le plus absolu. M. Hamidouche fait remarquer dans ce sens qu’il y a différents bons du Trésor.

Ainsi, dans le segment des obligations à coupon zéro qui ouvre droit à une rémunération annuelle en plus de la récupération du capital à échéance, il faut différencier entre les placements à court terme et ceux à moyen et long terme. Il explique ainsi que les placements à court terme sont sujets à de fortes spéculations, contrairement à ceux à moyen et long terme. L’économiste explique aussi que le problème qui se pose avec les bons du Trésor américain est que leur rémunération dépend des conditions du marché. Ainsi, le taux d’intérêt sur les obligations émises en 2001-2002 est passé de 3,5% à 0,75% aujourd’hui, en dessous du taux d’inflation. Ce qui est considéré comme un rendement négatif. Quant à la possibilité de perdre ses réserves de changes, M. Hamidouche minimise le risque, sans toutefois l’exclure.

La Banque d’Algérie entretient l’opacité

M. Hamidouche explique que si la Banque d’Algérie garde les titres qu’elle a acquis jusqu’au terme de l’emprunt, elle pourra récupérer son capital, ce qui semble être le cas aujourd’hui puisque l’Algérie dispose d’immenses liquidités. Cependant, si jamais le pays était confronté à un problème de liquidités et qu’il soit contraint de vendre les bons du Trésor qu’il détient avant terme aux conditions du marché, il expose les réserves de changes au risque de dévaluation. Et c’est là que l’expert interpelle la Banque d’Algérie et l’exhorte à s’expliquer sur de nombreux aspects liés à la nature des placements. Il s’agit en premier lieu de s’interroger à propos de la sensibilité des titres acquis, sachant qu’à une sensibilité de 5%, un titre obligataire perd 5 points de sa valeur sur le marché à chaque fois que le taux d’intérêt augmente d’un point.

L’expert évoque la durabilité, laquelle reflète le délai de retour sur l’investissement des placements effectués. Enfin, M. Hamidouche s’interroge si la Banque d’Algérie a pensé à une stratégie d’immunisation lors de l’achat des obligations. L’opacité entretenue par la Banque d’Algérie autour de toutes les questions qui concernent la gestion des réserves de changes dérange au plus haut point l’économiste.

Il a d’ailleurs considéré que le meilleur modèle de gestion des réserves est celui de la Norvège, lequel se caractérise par sa transparence. Le fonds souverain norvégien est doté d’un comité d’investissement représentant les élus pour prendre les décisions stratégiques. Il publie un rapport annuel pour rendre compte de toutes les opérations engagées et de leur rendement et transmet un compte rendu trimestriel au Parlement.

Cette opacité est également vivement critiquée par Abderrahmane Mebtoul, qui estime que le silence de la Banque d’Algérie alimente bon nombre de supputations. Il rappelle ainsi que si certaines sources donnent la structure des réserves à 45% en dollars, 45% en euros, 5% en yens et 5% en livres sterling, d’autres les donnent à 80% en dollars. Cela a contribué à créer la confusion autour du montant des réserves de changes. Ainsi, quand certaines analyses les estiment à 173,63 milliards de dollars, le bulletin de la Banque d’Algérie pour le mois de juillet donne un différentiel de 13 milliards de dollars sans les réserves en or et de 10,8 milliards de dollars en incluant les réserves en or, estimées 173,6 tonnes.

Les principaux acteurs de la question se sont d’ailleurs écartés eux-mêmes du débat. Du côté de la Banque d’Algérie, on nous répond stoïquement qu’on suit l’évolution de la situation et que si la Banque centrale voit qu’il faut intervenir, elle interviendra. Une affirmation plutôt laconique au vu des enjeux en place. D’ailleurs, le gouverneur de la Banque d’Algérie se refuse à tout commentaire. Une réticence à s’exprimer en tant que premier responsable de l’autorité monétaire qui ne reflète, malheureusement, que la soumission de l’institution financière au bon vouloir du discours politique.

Tandis que le monde entier multiplie les réunions d’urgence pour faire face à la crise, au ministère des Finances, on nous rappelle bien poliment que le ministre est très occupé à suivre les auditions ramadhanesques à El Mouradia. A méditer…

Source El Watan Melissa Roumadi

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires