Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 06:54

Listes de candidatures, l'autre danger pour les partis

election participation

 

Les «locales» auront lieu le 29 novembre prochain. Le corps électoral a été officiellement convoqué pour élire ses nouveaux représentants communaux et au niveau des wilayas.
Et c'est le deuxième scrutin qui se déroulera après la révision de la loi organique relative au régime électoral qui oblige désormais les partis en lice dans les élections locales à obtenir au moins 7% des suffrages exprimés pour pouvoir accéder à la répartition des sièges. A priori, les 47 formations politiques agréées seront sur les starting-blocks pour la course aux 1.541 APC et 48 APW mises en jeu, et essayer de convaincre les 21.664.345 électeurs qui devront les départager. Du côté des pronostics, le FLN est le favori logique de ces élections locales au regard de sa déferlante lors des législatives du 10 mai dernier, mais aussi parce qu'il est celui qui a récolté le plus de sièges lors des locales de 2007. Rappelons qu'il s'est classé à la première place avec 4.201 sièges, suivi du RND (3.426) et le FNA (1.578). Pourtant, ce podium risque d'être chamboulé avec notamment l'interrogation qui plane sur le parti de Moussa Touati, victime d'une tentative de redressement sans oublier les défections qui ont touché le MSP. L'autre point d'interrogation persiste autour de la position du RCD qui, rappelons-le, avait boycotté les dernières législatives. Depuis la démission de son chef de file, Saïd Saadi, le Rassemblement pour la culture et la démocratie a disparu des écrans. Le FFS, malgré une fronde interne, et le PT de Louisa Hanoune devront confirmer leurs scores de mai 2012, tout comme le Mouvement populaire algérien. Du côté des inconnus et des éventuelles surprises, elles peuvent survenir du plus médiatique des sept nouveaux partis politiques qui, depuis le 16 août dernier, ont été autorisés à tenir leurs congrès constitutifs. En effet, la scène politique attend de voir le comportement du Tajmou' Amel Jazaïr, le TAJ de Amar Ghoul, le dissident du MSP et ex-ministre des Travaux publics. Le parti cherche à ratisser large en déclarant ses portes ouvertes aux dissidents d'autres formations politiques en crise. Et nombre d'observateurs de la scène politique nationale lui prédisent un avenir à la RND. C'est tout dire. Ce rendez-vous électoral a sonné la fin des vacances des états-majors partisans et l'une des premières priorités des grosses cylindrées, FLN et RND en tête, reste la confection des listes de candidatures qui a fait couler beaucoup d'encre pour les législatives. Pour sa part, le RND a adopté les programmes d'action de sa commission nationale de préparation des élections locales lors d'une réunion du bureau national du parti présidée par son secrétaire général, Ahmed Ouyahia. De son côté, le FLN a indiqué qu'il œuvrait à associer tous ses militants à l'élaboration des listes des candidats aux prochaines élections des Assemblées populaires communales et de wilaya. Une promesse qui en rappelle une autre et qui a failli mener le parti vers l'implosion. «Des commissions de candidatures seront créées au niveau des kasmas et des mouhafadhate du parti», a déclaré son secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem. Pour le Front des forces socialistes, qui lui aussi n'a pas été épargné par des remous internes, il a réaffirmé son intention de se présenter dans toutes les wilayas du pays. Son premier secrétaire, Ali Laskri, a précisé que le conseil national extraordinaire du parti, tenu en juillet dernier, a défini les critères de candidature.
L'ANR a, quant à lui, appelé à présenter des «listes communes», expliquant que la nouvelle loi électorale est «défavorable aux partis nouvellement agréés». La loi organique relative au régime électoral stipule dans son article 66 que «les sièges à pourvoir sont répartis entre les listes proportionnellement au nombre de suffrages obtenus par chacune d'elles avec application de la règle du plus fort reste». Toutefois, précise le texte de loi, «les listes qui n'ont pas obtenu 7% des suffrages exprimés ne sont pas admises à la répartition des sièges».

Source Le Quotidien d’Oran Moncef Wafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires