Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 11:27

Le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier les « envoyés spéciaux » du président Sarkozy, Claude Guéant et Jean-Claude Levitte.

claude-gueant.jpg

 

Contrairement à leur première visite effectuée au mois de février 2009, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et le conseiller diplomatique du président Sarkozy, Jean-Claude Levitte, ont pu « décrocher » cette fois-ci des entretiens au plus haut niveau. Un signe positif envoyé par Alger pour aplanir les différends politiques qui « empoisonnent » les relations algéro-françaises. Même si aucune indication officielle n’a été communiquée sur le contenu des discussions entre les deux parties, il reste que l’audience, qui s’est déroulée à la résidence d’Etat de Zéralda en présence du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, et du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, atteste bien que l’Algérie « affiche » une volonté d’aller de l’avant et de sortir de « la crispation » qui domine les rapports entre les deux pays.

Un signal que la France guette impatiemment depuis « l’enterrement » du traité d’amitié. Si les autorités algériennes n’ont rien communiqué sur l’objectif de la visite des deux responsables français, du côté français, par contre on assure que la venue de Guéant et Levitte, surnommés respectivement « cardinal de l’Elysée » et « sherpa du Président », a pour objectif de « maintenir le dialogue et le fil de contact » entre les deux pays, a affirmé la conseillère de presse de l’ambassade de France à Alger, Mme Kim-Loan Forgeron, en attendant qu’il y ait des visites au niveau institutionnel où des accords pourraient être signés. « Il est évident que tous les sujets, même ceux qui fâchent, seront abordés », a ajouté Mme Forgeron.

Si sur le plan de la coopération économique les relations « n’ont jamais été affectées » par les malentendus politiques, il n’en demeure pas moins qu’entre Alger et Paris les sujets politiques qui fâchent ne manquent pas et ce n’est sans doute pas la présence de Bouteflika à Nice, à l’occasion du sommet Afrique-France, qui les apaisera, si l’on s’en tient aux déclarations de Sarkozy. « Est-ce qu’il suffit que le président Bouteflika participe au sommet Afrique-France pour que, d’un coup, tout s’éclaire dans la relation entre la France et l’Algérie ? Je crains de ne pas avoir exactement le même optimisme. Il faudra encore du temps », avait-il assuré.

En apparence, les affaires Hasseni, l’inscription de l’Algérie sur la liste des pays à risque et la brûlante question de la mémoire sont les obstacles sur lesquels butent les relations algéro-françaises. Ils sont à l’origine du report de la visite d’Etat en France de Bouteflika, suppose-t-on. Il faut rappeler également que de nombreuses visites de ministres français en Algérie ont été « annulées » sans que l’Algérie ne fournisse de raison. Il est tout à fait clair que les relations entre l’Algérie et la France sont frappées d’un mystère s’il l’on juge du secret qui entoure les visites des responsables français à Alger. Des analystes pensent que les entraves qui empêchent le « réchauffement » des relations entre les deux pays ne se limitent pas aux seules « affaires médiatisées ». La source des blocages est de nature politique plus profonde que les deux pays sont « condamnés » à résoudre.

Source El Watan Hacen Ouali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires