Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 06:17

Algérie - Un train touristique qui va sillonner Oran : Revoilà « Bouyouyou »

oran-bouyouyou.jpg

Bouyouyou », c’est le nom du train de tourisme que de jeunes mécaniciens et ingénieurs ont conçu pour pourvoir Oran d’un service de transport touristique, à l’instar de bien d’autres villes méditerranéennes.

Ce train à pneumatiques, qui roule donc sur le bitume et non pas sur des rails, tire son nom d’un train à vapeur qui a cessé de siffler en 1949 après avoir longtemps relié Oran à la commune thermale de Hammam Bouhadjar (Aïn Témouchent) sur 70 km. Selon le maître de ce projet touristique et de loisirs, Mounir Ghoul, sa mise en service n’attend que l’autorisation des services compétents. Randonneurs, estivants et autres vacanciers pourront dès lors (peut-être dès cet été) l’emprunter à destination des différentes zones touristiques et plages dont regorge la capitale de l’Ouest. Aujourd’hui, la simple évocation du nom de ce train provoque invariablement un rictus de nostalgie sur les visages des anciens d’Oran. « Jeunes et pleins d’énergie, nous nous précipitions en groupes compacts vers la gare pour entendre le doux vacarme que faisait ce train », se remémore l’un d’eux. L’attachement pour ce train, on le retrouve jusque dans les qasidate des vieux cheikhs et des chansons rai, rappelle un guide touristique.

Si le train à vapeur faisait le spectacle à une certaine époque, le train touristique fait, lui, l’événement chaque fois qu’il est présenté au Palais des expositions d’Oran à l’occasion de différentes manifestations culturelles et touristiques. La curiosité a poussé certains visiteurs à monter dans ce prototype de couleur blanche, composé de deux wagons de 40 sièges chacun et orné, à l’intérieur, d’images de monuments historiques et archéologiques d’Oran. Le toit découvert permet, en plus, aux passagers de mieux tirer profit des charmes de la nature et de l’agglomération d’Oran. Ce moyen de locomotion et d’agrément, conçu selon les normes établies dans les domaines du transport et du tourisme, roule à une vitesse de 25 km/h et s’adapte à toutes sortes de déplacements dans et autour de la ville.

Il peut également circuler dans les parcs, les plages et autres sites, précise le promoteur de cette initiative unique en son genre dans la wilaya, et qui pense que ce nouveau moyen de transport aidera à l’animation des différents événements que vit Oran (festivals, conférences, floralies...) ainsi que le transport des touristes vers leurs lieux de résidence et de séjour ou vers les ports et aéroports par le biais de partenariats avec les agences de voyages et les tours operators. Le propriétaire du train envisage, une fois qu’il aura obtenu les autorisations nécessaires, de mettre en circulation un total de cinq trains touristiques pouvant générer une vingtaine d’emplois. Trois de ces véhicules seront réservés, promet-il, aux nécessiteux comme les locataires des établissements sociaux, l’enfance assistée et les cancéreux du centre Misserghine qui pourront ainsi bénéficier de visites guidées gratuites avec le précieux concours de différents sponsors. Avec ce train très spécial, Oran pourra alors espérer la réhabilitation d’autres moyens de locomotion touristiques tels que les calèches et leurs chevaux dont l’agréable son sur les pavés de la ville résonne toujours dans les mémoires nostalgiques de l’impérissable « bon vieux temps ».

Source El Watan Zine Cherfaoui

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires