Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 10:08
Lamamra appelle le Maroc à la retenue et à la sagesse
algerie maroc 
Pour sa deuxième sortie devant les médias algériens, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a évoqué, ce mardi matin sur les ondes de la Radio Chaîne III, la situation au Sahel «préoccupante, dit-il, et non pas alarmante», car, explique-t-il, le terrorisme a été déjoué et défait, et l’unité nationale du Mali a été préservée. Au Mali, la solution doit être malo-malienne, c’est ce que nous avons toujours préconisé, dit-il, pour développer un consensus national. D’autres étapes doivent être franchies, selon notre ministre. La relation entre le centre et la périphérie dans ces pays les moins avancés est déséquilibrée (équipements collectifs, infrastructures n’atteignant pas la périphérie), c’est un générateur de violences, précise-t-il. Il y a également la relation entre l’unité nationale et la diversité, quelle qu’elle soit. Cette diversité doit être prise en charge. C’est le cas pour le Mali. Ramtane Lamamra a confirmé l’information qu’il a déjà donnée à propos des otages algériens détenus à Gao, selon laquelle nos diplomates sont en vie. L’Algérie fait tout pour les faire revenir chez eux, dit-il. Quant aux prisonniers algériens en Irak, le dossier avance et sera réglé dans un avenir proche, a-t-il assuré. Sur la situation en Tunisie, il a mis en exergue l’aide apportée par l’Algérie pour que ce pays sorte de sa crise. Concernant les relations algéro-marocaines, le ministre fait observer qu’elles ne sont pas «normales» à cause des accès de fièvre dans les médias. Il estime qu’il est possible de les améliorer, mais pour cela, il faut de la retenue, de la sagesse et de la pondération pour aller de l’avant vers des relations privilégiées, dans le cadre du grand projet unitaire maghrébin. Il s’agit de permettre aux Nations unies d’avancer vers l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental. Pour le problème des frontières, il rappelle que les raisons qui ont amené leur fermeture n’ont pas changé. «Les frontières n’ont pas vocation à être fermées», conclut-il sur ce problème. Autre point évoqué, la Syrie qui «a eu raison de prendre sa démarche actuelle», dit-il, et la priorité est à l’arrêt de la guerre et à la tenue de la conférence de Genève 2 pour aider le peuple syrien à s’en sortir. La Ligue arabe devrait s’engager dans cette voie, affirme-t-il. Sur la question du nucléaire, Ramtane Lamamra estime qu’il faut aller vers le désarmement. Le ministre a exposé la position de l’Algérie sur la réforme des Nations unies, en particulier le Conseil de sécurité et sur le droit de veto, ainsi que sur les relations internationales entre les pays développés et le reste de la communauté internationale. Abordant la politique étrangère de l’Algérie, le ministre a fait remarquer qu’«il y a une adaptation aux conditions actuelles qui fait qu’on n’agit pas comme avant, mais du point de vue des fondamentaux, la politique extérieure est la même». Concernant le «Printemps arabe», tout n’est pas bon à dire, souligne-t-il. L’Algérie préfère l’action plutôt que le discours. Les événements nous ont malheureusement donné raison : des transitions pacifiques sur la base de consensus nationaux sont préférables aux prises de pouvoir désordonnées, selon lui. Ramtane Lamamra confirme, enfin, que l’Algérie est de plus en plus écoutée sur la question de la lutte contre le terrorisme.
Source L’Expression Mohamed Touati
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires