Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 09:00

La promesse / Gerets : «Nous prendrons notre revanche»

maroc algerie

 

Le sélectionneur de l’équipe nationale marocaine de football, Eric Gerets a déclaré hier que la formation qu’il alignera face à l’Algérie aura un aspect plus offensif et sera dotée d’un mental solide pour prendre la revanche du match aller. «L'équipe qui sera alignée devrait avoir un aspect plus offensif, sans oublier la préparation mentale», a déclaré le technicien belge dans une conférence de presse donnée au nouveau stade de Marrakech à quatre jours de la rencontre décisive face à l’Algérie. Il a ajouté que plusieurs professionnels «sont encouragés mentalement pour avoir contribué au maintien de leurs équipes dans les divisions supérieures de leurs championnats respectifs». Evoquant la tactique à suivre face à l’Algérie, le sélectionneur marocain a indiqué qu’il allait trancher cette question mercredi. «Le système de jeu à adopter et le onze de départ à aligner seront décidés mercredi», a-t-il dit en précisant qu’il allait «soigner dans les jours suivants les détails techniques et travailler davantage sur le côté mental». S’agissant du problème des blessés dans l’équipe marocaine, Gerets a affirmé que les absents «ne devraient pas poser de problème dans le compartiment offensif, vu que davantage d'attaquants ont été convoqués cette fois-ci, ce qui offre des solutions multiples en cas d'imprévu».

La décision - Les entraînements du Maroc à huis clos

Le sélectionneur de l’équipe nationale marocaine de football, Eric Gerets a imposé le huis clos aux entraînements de la sélection du Maroc en regroupement depuis, jeudi dernier, à Marrakech en prévision du match face à l’Algérie. La sélection marocaine au complet après l’intégration au groupe, lundi des joueurs locaux du Wydad Casablanca et du Moghrèb de Fès ayant pris part durant le week-end aux compétitions africaines, a entamé mardi la deuxième phase de préparation au derby maghrébin, souligne-t-on. Des instructions strictes ont été données pour que le huis clos soit respecté, précise-t-on de même source, signalant qu’une délégation de journalistes sportifs algériens voulant effectuer un reportage sur le nouveau stade de Marrakech, inauguré en janvier 2011, a été empêchée d’entrer. Sur le plan technico-tactique, le journal Akhbar Al-Yaoum a rapporté qu’Eric Gerets a privilégié lors de la séance d’entraînement de dimanche dernier la dynamisation de la défense marocaine en demandant à ses protégés, notamment à Mehdi Benatia, d’organiser ce secteur et de couvrir tous les couloirs vides. Le technicien belge a également mis en place un système basé sur de passes courtes vers les côtés et vers le milieu pour construire le jeu à partir de l’arrière afin d’obliger les joueurs algériens à quitter la défense.

La défection

Forfait de Berrabeh

Le milieu de terrain du WAC de Casablanca, Mohammed Berrabeh, a été contraint de déclarer forfait à l’occasion du match face à la sélection algérienne, samedi prochain. Ainsi, après les absences confirmées d'Ahmed Kantari, de Mounir El Hamdaoui et de Mehdi Carcela, c'est au tour de l'ancien pensionnaire du MC Oujda de jeter l'éponge pour ce derby maghrébin, a indiqué le site officiel de la FRMF. Pour rappel, Berrabeh qui avait été retenu dans la liste finale d'Eric Gerets, est entré en cours de match qui avait opposé samedi dernier au Caire le WAC à la formation tanzanienne de Simba. Il faut signaler aussi que le frère cadet de l'international marocain, Abdelmoula Berrabeh a également déclaré forfait avec l'équipe olympique pour son match face au Congo.

L’incertitude - Les Lions prient pour Basser

Le défenseur de la sélection marocaine, Chrétien Basser est incertain, a annoncé hier à Marrakech le médecin de l'équipe, Abderrazak Hifti. Le sociétaire de l'AS Nancy Lorraine souffre d’une légère blessure au niveau de la cuisse et ne s’entraîne pas avec ses camarades, a précisé le Dr Hitfi lors de la conférence de presse du sélectionneur du Maroc, Eric Gerets. Il a fait savoir que Basser a senti une douleur au niveau de la cuisse gauche lors du dernier match et il s'est avéré, après examens médicaux, qu'il «ne serait pas apte et qu'une imagerie à résonance magnétique (IRM) sera effectuée pour en avoir le coeur net». La défense marocaine a déjà enregistré les forfaits d’Ahmed Kantari et Rachid Soulaimani, rappelle-t-on.

A guichets fermés

La vente des billets tourne à l’émeute !

l Les billets d'entrée au nouveau stade de Marrakech pour assister à la rencontre entre le Maroc et l’Algérie, prévue ce samedi 4 juin à partir de 21h ont été épuisés. La Fédération Royale Marocaine de Football a annoncé en fin d’après-midi que les tickets d’entrée au stade pour le derby maghrébin, mis en vente depuis dimanche, au compte-gouttes, dans 17 villes marocaines, ont été totalement liquidés hormis ceux consacrés aux Marocains résidents à l’Etranger. Près de 40 000 billets ont été mis à disposition des supporters marocains au niveau de 18 points de vente à travers le Maroc. Cependant, c’est le désordre total qui règne, les supporters ayant les pires difficultés du monde à se procurer le précieux sésame. A Marrakech, le stade a été envahi par des milliers de personnes désireuses d’acheter les billets du match. A leur grand désarroi, et malgré des heures et des heures d’attente, aucun d’eux n’a pu se procurer les billets. L’un d’eux s’indigne de la situation : «On a attendu les billets depuis 5h30 du matin ! C’est une honte !
A partir de 9h, plusieurs personnes sont sorties du stade avec des carnets de billets», s’est-il exclamé. A Casablanca, même son de cloche puisqu’une grande pagaille prédomine dans les principaux points de vente. Par ailleurs, le marché noir semble battre bat son plein. Un supporter mécontent assure que les prix des places ont été multipliés par dix, passant de 30 à 300 dirhams (28 euros). Par ailleurs, les billets de 150 dirhams seraient désormais revendus à 1 500 dirhams (près de 150 euros !). Mieux encore, des dizaines de supporters ont protesté devant le siège de la Fédération royale marocaine de football, réclamant eux aussi des billets pour la rencontre.

La convoitise

El-Hamdaoui intéresse Tottenham

Annoncé sur le départ pour la Turquie, l’international marocain, Mounir El Hamdaoui intéresserait également Tottenham Hotspurs, qualifié pour la prochaine Europa League. C’est le très sérieux quotidien néerlandais Algemeen Dagblad qui révèle que le club londonien serait très intéressé par les services du meilleur buteur de l’Ajax Amsterdam cette saison, et qu’il se serait même déjà renseigné sur les conditions d'un éventuel transfert. Les dirigeants de l’Ajax seraient également en négociation avancée avec le club turc de Trabzonspor, qualifié pour la Ligue des Champions, qui a récemment augmenté son offre à 4,5 millions d’euros pour recruter le Marocain.

La première

El Kaoutari : «Impatient de jouer ce match»

Fraîchement convoqué pour prendre part à la rencontre face à l’Algérie, le défenseur marocain, Abdelhamid El-Kaoutari a évoqué plusieurs points, tels que le chaleureux accueil par les autres joueurs avant de laisser filer un petit mot sur la rencontre. «Je suis très content d’être là. Maintenant j’y suis. Donc maintenant va falloir bosser toute cette semaine d’entraînement pour être prés ce week-end face à l’Algérie. Je suis très fier de mon pays. Il y a un très bon état esprit, un très bon groupe, on s’entend tous très bien. On m’a bien accueilli donc vraiment rien à dire là-dessus. Un très bon staff, un très bon entraîneur, l’entourage rien à dire».
El-Kaoutari rappelle qu’«on est là pour gagner ce match face l’Algérie. On est impatient de jouer ce match».

Le vœu

Taarabt : «Ce sera une grande fête»

Adel Taarabt estime que son équipe est prête pour le match crucial du 4 juin prochain. «Toutes les équipes qui composent notre groupe sont à quatre points, malgré notre défaite en Algérie. Maintenant, on sait que si l’on veut se qualifier à la phase finale de la CAN, il faudra gagner à la maison. On a cœur pour le faire devant notre public». Abordant sa condition physique, l’attaquant marocain n’hésite pas à affirmer qu’il est un peu fatigué. «On a envie que ça se finisse bien, surtout pour moi puisque j’ai terminé la saison sur une très bonne note. On a été champion et puis, c’est vrai qu’on a envie d’aller en vacances l’esprit tranquille. Mais se sacrifier pour son pays est un devoir. Cela fait deux semaines que je suis ici et j’ai hâte de jouer ce match. Je me concentre que sur l’équipe nationale après c’est sur qu’on m’annonce un peu partout, mais je me consacre sur le Maroc après on verra où je vais atterrir. Je demande aux supporters d’être derrière nous comme ils l’ont toujours fait et Inch’Allah nous fêterons notre victoire samedi prochain».

Source Infosoir
Le Pèlerin

Coopération économique Algérie-France

Des contrats qui illustrent une nouvelle alliance

Le premier forum de partenariat Algérie-France constitue peut-être le départ d’une nouvelle étape dans les relations économiques entre les deux pays.

Si les Algériens ont toujours reproché, à juste titre d’ailleurs, l’orientation des investissements français vers l’aspect commercial uniquement, le principe d’un marché acquis faisait en sorte que la frilosité du côté français semblait avoir de beaux jours. Il y a un peu plus de dix ans, les autorités françaises se justifiaient par le fait qu’elles ne pouvaient pas «ordonner» aux entreprises de diriger leurs investissements vers un marché plutôt qu’un autre.
Les effets de la concurrence et de la mondialisation ont remis les pendules à l’heure. Et du côté français, on a pris conscience qu’à l’allure où vont les choses, le marché algérien pouvait sérieusement échapper aux entreprises françaises. Lors de la première journée du forum, le secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, a révélé que la part française du marché algérien était passée de 25% à 15% en 20 ans.

Une analyse des activités des partenaires potentiels qui investissent en Algérie montre que, si rien n’est fait, cette part pourrait encore davantage reculer en très peu de temps. La Chine et la Turquie sont les plus actifs et Pierre Lellouche ne l’a pas caché en déclarant : «La Chine nous talonne», «on a subi une érosion» et «le mythe de la chasse gardée est terminée» à propos du marché algérien.
Cette prise de conscience est venue au moment même où les autorités algériennes ont décidé de privilégier «l’ouverture du marché» à l’investissement productif pour sortir de la dépendance des exportations des hydrocarbures. Le retard pris dans les négociations de certains projets et les nouvelles mesures prises par les autorités algériennes concernant les investissements ont amené les deux pays à entamer un dialogue. Le ton a été donné au mois de septembre 2010 par l’ancienne secrétaire d’Etat au commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, alors en visite de deux jours en Algérie.

Les Français acceptent la formule gagnant-gagnant

Le message que la secrétaire d’Etat est venue transmettre aux autorités d’Alger était simple et clair. La France a l’intention de coopérer avec l’Algérie sur le long terme, même avec les nouvelles mesures prises par le gouvernement algérien concernant l’investissement étranger en Algérie. «Nous voulons investir en Algérie sur le long terme» avait déclaré Anne-Marie Idrac. «Ce que disent les Algériens est légitime», avait-elle ajouté à propos de la stratégie de développement qui vise à substituer la production nationale aux importations et à mettre en place un tissu industriel pour préparer l’après-pétrole. «Produire sur place ce qui est importé, c’est possible avec une relation gagnant-gagnant», avait indiqué la secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur. Quelques jours auparavant, Nicolas Sarkozy nomme l’ancien Premier ministre, Jean-Claude Raffarin, «Monsieur Algérie» pour faire avancer le dialogue.
La première visite de Raffarin a eu lieu au mois de novembre 2010. Il rencontre à cette occasion celui qui sera son vis-à-vis du côté algérien, le ministre de l’Industrie, Mohamed Benmeradi.
Les fruits du travail effectué depuis plusieurs mois, y compris lors de visites faites des deux côtés de la Méditerranée, sont visibles maintenant.
Plusieurs projets ont abouti ou en passe d’aboutir car les discussions portent sur la configuration.

L’usine Renault sera réalisée

Le projet qui doit intéresser le plus est celui de Renault. Le principe de l’usine de fabrication d’automobiles est acquis. Les négociations portent sur la configuration du projet de 150 000 véhicules avec un investissement de 1 milliard d’euros. Le principe de 50% d’intégration aurait été obtenu. Les discussions portent surtout sur l’aspect commercial. Le 16 mars 2011, Alstom et Ferrovial créent Cital, une unité d’assemblage et de maintenance de rames de tramway. La construction de l’usine doit démarrer à la fin de l’année 2011 et la première rame sera livrée à la fin 2013. Cital est détenue à 51% par Ferrovial et l’Entreprise du métro d’Alger et à 49% par Alstom. L’investissement serait de 25 millions d’euros.
Sanofi-Aventis a confirmé mardi la construction d’une nouvelle usine de production au sein du technopole de Sidi Abdellah. L’accord de l’Agence nationale de développement de l’investissement a été obtenu au mois de février. L’investissement sera de 6,6 milliards de dinars (63 millions d’euros). L’assureur français AXA a signé mardi l’accord de partenariat pour s’installer en Algérie. La nouvelle société sera détenue à 49% par AXA et les 51% restants par la BEA et le Fonds d’investissement national. Le capital social est fixé à 2 milliards de dinars pour l’assurance dommage et à 1 milliard de dinars pour l’assurance vie. Le fabricant de verre Saint Gobain, qui avait obtenu la privatisation de Alver au mois de novembre 2007 par le CPE, a concrétisé cette privatisation par un accord. Le dossier du métro a été débloqué et il sera livré le 31 octobre prochain.

En plus du projet de Renault, deux autres dossiers importants devraient aboutir dans les prochains mois.
Pour le projet de vapocraqueur d’éthane de Total-Sonatrach, le problème se situe au niveau des réserves de l’éthane disponibles à Arzew pour toute la durée du projet. Une étude a été lancée par Sonatrach pour chercher de l’éthane dans une autre zone de production et le projet risque encore d’être réévalué. Mais il doit démarrer à moyen terme avec un investissement d’environ 5 milliards d’euros. Concernant le partenariat entre Lafarge et le groupement Gica, les négociations se poursuivent encore et elles seraient en bonne voie. Le forum qui a été décidé pour rapprocher les PME des deux pays a, semble-t-il, été une réussite.
Les organisateurs ont réussi à réunir les dirigeants de 668 PME. Près de 4300 rendez-vous bilatéraux ont pu avoir lieu durant les deux jours et il faut s’attendre à des accords à l’avenir.

Source El Watan Liès Sahar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires