Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 11:04

Souvenir - La nostalgie Mitterrand

Francois-Mitterrand.jpg

Le caveau familial où l'ancien président de la République a été enterré. Des roses rouges y sont fréquemment déposées.

 

Ce matin à Jarnac en Charente, la famille socialiste se réunit pour les 15 ans de la disparition de François Mitterrand. La maison natale de l'ancien président est ouverte au public. Le décor n'a pas changé.

Donner « du temps au temps », disait-il. François Mitterrand a disparu il y a quinze ans. Les socialistes lui rendent hommage aujourd'hui à Jarnac en Charente. Jamais pèlerinage en terre mitterrandienne n'aura été aussi suivi.

Aux côtés de la famille Mitterrand, dont Mazarine, les deux candidates potentielles à la présidentielle Martine Aubry et Ségolène Royal, l'ancien ministre Jack Lang, l'homme d'affaires Pierre Bergé sont annoncés… Le temps aurait-il estompé les querelles, gommé les zones d'ombre pour souligner l'essentiel ?

«On laisse les petites histoires»

À l'aube de la présidentielle, le PS se tourne vers l'homme qui a porté la gauche au pouvoir en 1981. « La cérémonie d'aujourd'hui sera importante », assure Jérôme Royer, le maire socialiste de Jarnac, qui évoque la « fidélité » des amis de François Mitterrand. « Je suis frappé par cette ferveur », dit-il. « Maintenant, on entre dans la grande Histoire. On laisse de côté les petites histoires, les travers, les intrigues, et on s'attache aux valeurs républicaines transmises par le personnage ».

Le maire de Jarnac, on l'aura compris, fait partie des fidèles. François Mitterrand, il l'a toujours connu. Les familles Royer et Mitterrand étaient voisines et amies. Le père de François Mitterrand, ancien chef de gare, était devenu un industriel du vinaigre, tandis que Louis Royer faisait négoce de cognac.

Le cognac coule à Jarnac. Cette petite ville de pierre blanche s'est bâtie le long de la Charente, où les comptoirs et les chais des grandes maisons de négoce sont installés. On aperçoit d'abord le navire amiral de la maison Courvoisier. Puis, sur les quais, les maisons Royer, Hire, Tiffon. C'est le quartier des Grands Maisons, où les demeures des négociants ont l'allure de petits châteaux.

Près de là, rue Abel-Guy, se trouve la maison natale de François Mitterrand, cédée à la mairie de Jarnac en 2005. Bâtisse cossue. Sans plus. Les volets ont été repeints en gris clair, la pierre restaurée. L'intérieur est resté figé. Le décor n'a quasiment pas bougé depuis le début du XIXe siècle. Un salon rose, une cuisine sombre meublée d'un lourd vaisselier breton en bois noir sculpté. François Mitterrand avait apposé un petit crucifix sur le mur auquel avait l'habitude de s'adosser sa mère. Lui s'asseyait en face.

Sa chambre d'enfant

La tapisserie de sa petite chambre d'enfant a été changée à l'identique : le motif du papier est de couleur bleue, avec des dessins d'oiseaux. Une autre chambre, où l'ancien président se reposait, donne sur la tonnelle du jardin.

« L'odeur de poussière, d'humidité, de salpêtre, de bois, de plâtre est la même » : François Mitterrand respirait ici le parfum de son enfance.

« Il ne passait pas trois mois sans revenir à Jarnac », assure Jérôme Royer, le maire. François Mitterrand rendait visite à sa sœur, Colette Landry, restée dans la maison familiale. Il se promenait quai de l'Orangerie, humant l'odeur des tilleuls, puis se rendait à la librairie Pillot goûter un peu de culture.

« Quelques mois avant sa mort, François Mitterrand a été aperçu empruntant le chemin des convois mortuaires, depuis la place du château jusqu'à l'église et au cimetière », rapporte Jérôme Boyer. « Nous ne pensions pas que l'ancien président se ferait enterrer à Jarnac. Après, nous avons eu l'impression qu'il avait choisi le moment de sa mort, et organisé ses obsèques ».

La dernière demeure de l'ancien président socialiste se trouve dans le cimetière de Jarnac. À l'entrée, les tombes horizontales des protestants. Dans l'aile gauche, les caveaux verticaux des catholiques, dont la sépulture de François Mitterrand, régulièrement fleurie de roses rouges.

Christine Dolimont, la fleuriste de Jarnac, a préparé les gerbes qui seront déposées ce matin au cimetière de Jarnac. Elle renouvelle régulièrement son stock de roses rouges. « Surtout l'été », précise la fleuriste.

En vacances sur le littoral atlantique, les nostalgiques de François Mitterrand font le pèlerinage à Jarnac. La maison natale, le musée et le cimetière sont signalés par des petits panneaux. Des cars amènent les visiteurs depuis la gare d'Angoulême. Environ 20 000 personnes se rendent au cimetière chaque année ; 8 000 dans la maison de la rue Abel-Guy.

Henri Emmanuelli, député des Landes, a signé le livre d'or ; ainsi que Martin Malvy, le président de la Région Midi-Pyrénées. Ségolène Royal, la présidente de Poitou-Charentes, n'aurait pas encore visité la maison natale de François Mitterrrand. Ce qu'elle fera aujourd'hui. Avec un discours.

Les socialistes viennent-ils à Jarnac pour y trouver les forces de l'esprit ? Se ressourcer, comme le faisait l'ancien président, au sein de la famille républicaine ?

En 1981, François Mitterrand brisait la « croyance » d'une droite installée pour l'éternité. Trente ans plus tard, les socialistes aimeraient lui emboîter le pas .

Le chiffre : 8

janvier 1996. François Mitterrand disparaissait à l'âge de 79 ans. Cela fait quinze ans. Au mois de mai, les socialistes célébreront une autre date : le 10 mai 1981, François Mitterrand était élu président de la République.

« Mon père avait une vision humaniste de la politique qui se nourrissait de culture. Il accordait toujours du temps à la culture».

Mazarine Pingeot, fille de François Mitterrand, écrivain.

Témoignage

«Dans la lignée des souverains»

Jean Lacouture, Journaliste, historien, auteur d'une biographie « Mitterrand, une histoire de Français » (Seuil)

Que reste-t-il aujourd'hui de François Mitterrand et des années durant lesquelles il a exercé le pouvoir ?

Il reste deux choses fondamentales : l'installation durable de la gauche au pouvoir alors qu'elle n'avait pas gouverné depuis 1958, et une impulsion donnée à la construction de l'Europe.

Qu'est ce qui explique que l'image de Mitterrand soit encore aussi forte quinze ans après sa disparition, alors que son parcours a été souvent controversé ?

Mitterrand s'inscrit dans la lignée des grands souverains. C'est un personnage qui ressemble à la fois quelque peu à Louis XI, à Mazarin et enfin à François Ier par son goût pour les arts. Il se situe dans l'histoire de France parmi les hommes avisés, riches en références culturelles et habiles dans l'art de gouverner. C'est un grand artiste de la politique quels que soient ses échecs et ses incongruités. Il fait partie des hommes qui ont le plus marqué la France du XXe siècle sur le plan politique avec Clémenceau, de Gaulle et Mendès France.

Vous qui avez rencontré François Mitterrand à plusieurs reprises, y compris dans le cadre privé, qu'est-ce qui vous a le plus étonné chez lui ?

Pour moi, le plus étonnant chez Mitterrand a été le côté solennel qu'il a donné à sa marche lorsqu'il est entré au Panthéon à l'occasion de son investiture en 1981. Ce goût du faste dans le cadre national du Panthéon m'a paru curieux de la part de ce provincial élu par la gauche.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires