Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 04:47

Des tisserands, des fabricants de babouches, des maçons et des charpentiers…

les-morisques.jpg

 

Les morisques ont beaucoup apporté à l’Algérie des XVIe et XVIIe siècles. Une journée d’étude à Tlemcen nous a fait voyager dans le temps.

Au XVIIe siècle, les morisques et les juifs dominaient le commerce extérieur à Alger. Les morisques musulmans, qui avaient fui les conversions forcées au christianisme par les rois catholiques après l’effondrement de la dynastie andalouse, avaient grandement contribué à la construction des villes au Maghreb, particulièrement en Algérie. Les rois catholiques n’avaient pas respecté l’accord signé en 1492 avec le dernier souverain de Grenade, Abou Abdallah. Ces rois recevaient «la bénédiction» de l’archevêque de Tolède, Francisco Jiminez De Cisneros. L’architecte Samia Chergui, directrice de la nouvelle Ecole nationale du patrimoine, est revenue en détail sur l’apport des morisques dans des villes comme Alger, Ténès, Cherchell et Blida.

Elle a présenté, mercredi au Musée de l’art et d’histoire de Tlemcen, une communication sur cette question encore peu connue, à la faveur des journées d’étude «Confluences historiques entre Al Andalus et les royaumes maghrébins de l’Algérie», organisées par le département Expositions de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique». «Les morisques avaient eu un effet positif sur l’essor urbain de plusieurs villes. Ils avaient fondé Koléa et doté Alger de structures hydrauliques impressionnantes. A partir de 1519, les morisques participaient avec les Ottomans à bâtir des stratégies militaires pour défendre Alger des attaques maritimes», a souligné Samia Chergui. Selon elle, plus de 25 000 morisques étaient établis à Alger au début du XVIIe siècle.

Ils avaient souffert au début faute d’emplois en raison, entre autres, de l’arrivée de captifs chrétiens. «Vers 1571, les morisques étaient assimilés aux beldis, citadins de souche, Algérois. Ils avaient pu accéder à des fonctions importantes grâce à leur statut de lettrés. Ils avaient été chargés de gérer les biens habous», a indiqué la conférencière. Le quartier Tagarins d’Alger doit son nom aux «Tagarinos», une population venue d’Espagne s’installer dans cette partie ouest de la ville blanche.

Un passé commun

D’après Samia Chergui, un sixième des maisons d’Alger était occupé par les morisques. Parmi eux, il y avait des charpentiers et des maçons qui allaient prendre part à l’effort d’édification. «Ils intervenaient comme des maîtres maçons. On peut retrouver cela dans les cahiers de chantiers de l’époque. Les morisques dominaient le métier de tisserand. Ils excellaient dans la couture de soie. Ils étaient fabricants de babouches et des parfumeurs aussi. A partir du XVIIIe siècle, l’intégration des morisques était presque définitive. Il y avait une communauté qui s’appelait “jamaât el andalous“, qui était une institution habous», a encore relevé Samia Chergui.

Le jeune consul général d’Espagne, José Manuel Rodriguez, a, dans une brève intervention, souligné l’attachement de l’Espagne à son passé musulman : «Cette sensibilité n’existe pas en dehors du monde arabo-musulman. Ce passé commun, cet héritage commun, nous en sommes très fiers. Cette histoire commune est un acquis. Il faut aller plus loin.» Il a plaidé pour le renforcement des relations bilatérales dans tous les domaines. «Et l’échange culturel, du fait de notre passé commun, est la pierre angulaire de notre relation.

L’échange culturel dépasse en importance l’échange politique et économique», a ajouté le diplomate. Il a estimé que les projets tels que celui des journées d’étude de Tlemcen, marquées par une présence d’universitaires et d’experts espagnols, doivent être encouragés dans le futur. «Cela va créer un tissu d’échanges qui ne sera pas détruit.» Fouad Ghomari, de l’université de Tlemcen, a appelé, de son côté, à multiplier les échanges académiques entre l’Algérie et l’Espagne : «Nous sommes prêts à accueillir des universitaires espagnols pour assurer des cours, notamment à la faculté d’architecture. Nous pensons aussi à lancer des chantiers écoles communs.» D’après lui, il y a encore beaucoup de choses à découvrir à la cité mérénide d’El Mansourah de Tlemcen.

Source  El Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires