Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 07:29

Les "conseils" du FMI

La-directrice-generale-du-FMI.jpg

La directrice générale du FMI

 

Le partenariat économique entre l'Algérie et le FMI, «ne peut être que fécond», a souligné Mme Lagarde.

Elle n'est pas venu prendre, mais apprendre. C'est ce qui pourrait être le mot d'ordre de la visite de trois jours en Algérie, de la directrice générale du FMI. Même si Christine Lagarde a loué les avancées de l'Algérie en termes de gestion des recettes pétrolières et d'équilibres macroéconomiques, elle n'a pas manqué de tirer la sonnette d'alarme, concernant l'inadéquation entre le taux de croissance et le taux d'inflation. Lors d'une conférence de presse animée, jeudi, à la résidence Djenane El-Mithaq à Alger, Lagarde a affirmé que l'Algérie doit limiter les dépenses courantes de l'Etat afin de juguler l'inflation, qui a atteint près de 9% en 2012, son plus haut niveau depuis 15 ans, a estimé, jeudi à Alger la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. «La maîtrise de l'inflation exigera le bon dosage de mesures. Heureusement, des initiatives allant dans le bon sens ont déjà été prises, que ce soit dans le budget de cette année ou la décision, en mai dernier, de resserrer la politique monétaire», a déclaré la patronne du Fonds monétaire international. Mais «d'autres décisions seront nécessaires. Je pense en particulier à un nouveau resserrement de la politique monétaire, mais aussi à la nécessité de résister à toute nouvelle pression tendant à une augmentation des dépenses courantes de l'Etat», a ajouté Mme Lagarde qui a conclu une visite de trois jours en Algérie Une éventuelle persistance de l'inflation risque «de compromettre la croissance et, avec elle, la création si essentielle des emplois.
Les personnes déjà vulnérables sont celles qui souffriront le plus si l'inflation n'est pas maîtrisée», a-t-elle dit. Lagarde, a appelé les autorités algériennes à oeuvrer davantage pour améliorer l'environnement des affaires économique du pays. La règle des 49/51% imposée par la politique économique du pays ne doit pas poser de problème, notamment pour les grands secteurs de l'économie du pays, indique Mme Lagarde. «Je ne suis pas personnellement convaincue de la nécessité d'avoir un actionnariat partagé entre des investisseurs publics algériens et des investisseurs directs étrangers», a-t-elle ajouté. «Nous nous contentons d'observer ce qui se passe ailleurs dans le monde et il y a très peu de pays à ce jour qui maintiennent une règle des 49/51% tous secteurs confondus», a-t-elle ajouté. Le FMI, indique Mme Lagarde «oeuvrera à convaincre les investisseurs étrangers, afin de faire confiance aux autorités algériennes, qui sont engagées dans un chantier de réformes économiques réconfortant», soulignera-t-elle.
«L'Algérie possède un potentiel humain et des richesses naturelles énormes, qui lui permettent de répondre aux besoins. Mais, il faut aller dans le sens de l'allègement des procédures d'investissements local et étranger», affirme la conférencière. Cette dernière, flanquée de Karim Djoudi, ministre des Finances et Mohamed Laksaci, gouverneur de la Banque d'Algérie, a, d'emblée, tenu à remercier l'Algérie qui a accordé un prêt de 5 milliards de dollars au FMI. «Le FMI est solvable», dit-elle pour répondre à une question portant sur le partenariat entre l'Algérie et le Fonds monétaire international. Fort de son réseau de plus de 180 pays, la directrice générale du FMI a promis que l'aide du FMI consiste, avant tout, à partager son expérience et savoir-faire avec l'Algérie qui a très bien tiré son épingle du jeu dans un contexte de crises financière, économique et politique internationales très difficiles, selon Mme Lagarde. 
Cette dernière a également plaidé pour développer davantage le secteur privé. Elle a appelé à des réformes «plus vastes», en particulier pour faciliter la création et la gestion d'entreprises. L'encouragement des opérateurs économiques nationaux et internationaux qui désirent investirent en Algérie, est une nécessité accrue, afin de lutter contre le chômage grandissant et le spectre de l'inflation qui menace les économies de tous les pays, mais à condition de préparer un environnement économique et financier favorable, recommande Mme Lagarde. Répondant au sujet de l'alternative qui devra remplacer les hydrocarbures, dont l'Algérie tire la part du lion de son économie, la patronne du FMI a préconisé plusieurs secteurs d'activités productives, à commencer par l'agroalimentaire, les produits pharmaceutiques, la pétrochimie, les énergies renouvelables et plus. Le partenariat économique entre l'Algérie et le FMI, «ne peut être que fécond pour les deux parties», a souligné Mme Lagarde, sans pour autant rappeler que le FMI n'a pas ménagé l'Algérie quand les caisses du pays étaient vides.

Source L'Expression Amar Chekar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires