Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 07:11

France 24 en arabe aspire à concurrencer Al Djazeera, BBC Arabic et Al Arabiya

France-24.jpg

France 24 en arabe commencera à diffuser à partir de demain 11h en non- stop. Son but est de concurrencer les autres chaînes d’information continue.

France 24, chaîne d’information continue appartenant à la Société audiovisuelle extérieure de France, diffusera en arabe et  en non-stop à partir de demain. «C’est, pour nous, un bond en avant dont nous sommes particulièrement fiers. Nous estimons important qu’une chaîne française s’exprime dans une des grandes langues. Une langue parlée par plus de 300 millions de locuteurs», a déclaré hier, lors d’une conférence de presse à l’hôtel Sofitel à Alger, Christine Ockrent, directrice générale déléguée de France 24. Alger a été choisie comme première étape pour faire cette annonce.

Christine Ockrent a rappelé qu’Alain De Pouzilhac, président-directeur général de l’audiovisuel extérieur de France, et Nahida Nakad, responsable du pôle arabophone de la même société, s’étaient déplacés en Algérie le printemps dernier pour annoncer le passage à dix heures de diffusion du canal arabe de France 24, qui diffuse également en anglais et en français. «Alger est toujours pour nous la première étape dès qu’il s’agit de vous parler de France 24», a appuyé Christine Ockrent. Selon elle, la chaîne ne diffusera pas des programmes destinés au public algérien. «Aujourd’hui, dans le monde entier, les gens partagent les mêmes centres d’intérêt. Des gens qui ont envie de débattre sur les réseaux sociaux et dans les forums de discussion. Les télévisions ne peuvent plus imposer leurs programmes comme il y a 20 ou 30 ans. Il y a des choix », a-t-elle expliqué.

Des Algériens seront, selon elle, invités à des débats d’intérêt général. «Des débats basés sur des critères et des valeurs que sont les nôtres en tant que Français et Européens. Nous confrontons des points de vue qu’il s’agisse du statut de la femme, de la santé publique ou de microcrédits», a-t-elle relevé. D’après Christine Ockrent, France 24, qui revendique «un regard français» sur l’actualité mondiale, totalise 17% de téléspectateurs parmi les décideurs maghrébins. France 24 a des correspondants à Rabat et à Alger, mais pas à Tunis, Tripoli ou Nouakchott. France 24 s’appuie aussi sur les réseaux des correspondants de Radio France internationale (RFI) et Monté Carlo Doualiya qui sont sous la même tutelle, l’Audiovisuel extérieur de France. 

«Mais nous avons sur le terrain des pigistes. Nous avons aussi cette liberté de faire exprimer sur nos antennes des gens qui peuvent trouver des difficultés à parler dans leur pays. D’où l’intérêt de la chaîne d’apporter une liberté de débat. Il y a beaucoup d’endroits où la liberté d’expression est entravée», a souligné Christine Ockrent qui est également membre du conseil d’administration de Reporters sans frontières (RSF). Kamel Zaït, correspondant de France 24 arabe à Alger depuis une année, a déclaré que la chaîne couvre tous les événements.

«Nous ne faisons pas dans la surenchère. Nous voulons être raisonnables», a-t-il dit. Ahmed Tazir, ancien correspondant de France 24, vient de quitter la chaîne faute d’accréditation officielle des autorités algériennes. Des autorités qui lui reprochaient d’être trop critique. Pour Christine Ockrent, Ahmed Tazir a démissionné après son chagrin au lendemain du décès d’un de ses amis dans un accident de voiture. «S’agissant des difficultés des journalistes à se faire accréditer, vous en connaissez davantage la complexité», a dit sans trop de détails la responsable de France 24.

Interrogée sur l’audience de la chaîne en Algérie et au Maghreb, elle a évité de détailler, soulignant qu’il n’existe pas de mesures d’audience en Algérie. Pour rappel, France 24, qui aspire à être une CNN à la française, a commencé à diffuser le 6 décembre 2006. Elle souhaite bousculer l’audience partagée par Al Jazeera, Al Arabiya, BBC arabic, Russia Today, Euronews, CNN et Deutesche Welle. Au Maghreb, la présence de la tunisienne Nessma TV et la marocaine Medi 1 Sat complique davantage la concurrence. Les chaînes publiques, à l’image de l’ENTV, sont hors champ.

Source El Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires