Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 07:38

D’après le rapport Anima sur les IDE en Méditerranée

commerce-france-algerie.jpg

 

 

 Commerce en Algérie

 

En revanche, la baisse du montant moyen des annonces d’IDE se poursuit et s’accélère : 34,6 millions d’euros par projet au premier semestre 2010, contre 55,7 millions d’euros en 2009 et 87,4 millions d’euros lors de l’année record 2006.
Le montant total des annonces d’IDE demeure ainsi relativement stable par rapport à 2009. 13,6 milliards d’euros au premier semestre 2010, contre 29,6 milliards d’euros en 2009, soit -8%. Les partenariats d’entreprises poursuivent pour leur part leur augmentation avec 246 annonces au premier semestre 2010, contre 302 au total pour l’année 2009 (+63%). «L’année 2010 s’inscrit donc dans la continuité des tendances enregistrées en 2009.

La reprise des décisions d’investissement des entreprises étrangères se confirme au gré des prévisions économiques rassurantes pour les pays MED (4% de croissance pour les pays arabes en 2010 d’après le FMI), mais avec des projets plus petits, moins risqués» relève le document d’Anima.
La situation du Maghreb est plus mitigée, avec +29% en nombre d’annonces d’IDE, mais une baisse de 20% des montants au premier semestre 2010 rapportés à l’année 2009. Ce sont au total 1,7 milliard d’euros qui sont annoncés en un semestre, un chiffre historiquement bas en comparaison du montant annuel moyen depuis 2003 qui s’élève à 8,8 milliards d’euros.

La baisse des montants atteint 60 à 80% pour l’Algérie, la Libye et le Maroc, alors que la Tunisie fait figure d’exception avec des annonces multipliées par 3,5 grâce scolaiau méga- projet de l’émirati Gulf Finance House (GFH), qui se lance dans la construction du Port Financier de Tunis après avoir acquis le terrain dédié en 2009. Sans cette annonce (3 milliards de dollars investis dans les 7 ans à venir), la Tunisie enregistrerait toutefois une baisse analogue à celle de ses voisins maghrébins.

La situation est beaucoup plus contrastée en termes de nombre de projets annoncés : la Tunisie est largement en tête (+76%) ; le Maroc enregistre également de bons chiffres (+29%) et c’est le statu quo pour la Libye.

La baisse est notable en Algérie (- 23%), mais elle est entièrement imputable au secteur énergétique, qui représente le tiers de son portefeuille d’IDE, depuis 2003, tandis que les annonces dans les autres secteurs sont stables par rapport à 2009. Contrairement aux pays maghrébins, le Machreq suit une dynamique encourageante avec +40% en nombre de projets d’IDE et 5,7 milliards d’euros annoncés soit +14% par rapport à l’année 2009.

Les plus fortes hausses concernent le Liban, qui attire au premier semestre 2010 le montant total des annonces de 2009, et la Syrie, qui enregistre des annonces de 2,2 milliards d’euros au premier semestre 2010 contre 0,9 milliard d’euros pour toute l’année 2009, notamment grâce à l’investissement du chinois CNPC, qui rachète les actifs syriens de Shell, et de l’émirati Majid Al Futtaim (MAF) qui lance la construction d’un second centre commercial à Damas.

Les partenariats augmentent également signif icativement dans les pays du Machreq, qui rattrapent ainsi leurs voisins du Maghreb, en attirant un bon tiers du total des projets de partenariats au premier semestre 2010. «Un élément nouveau vient modifier les tendances enregistrées en 2009» souligne Anima.

L’origine des projets d’IDE varie significativement, avec l’arrivée des pays émergents comme nouvel acteur incontournable de l’IDE dans les pays MED. Ils apportent 29% des montants annoncés au premier semestre 2010 (soit 3,9 milliards d’euros), contre 11% en moyenne depuis 2003. La Chine arrive en tête de peloton, avec un portefeuille de projets variés (énergie, distribution, BTP, automobile, eau, etc.) bénéficiant à l’Egypte, Israël, la Syrie et la Turquie.

Les pays émergents bousculent ainsi le palmarès habituel, ravissant la deuxième place aux pays du Golfe. Les entreprises européennes, qui fournissent en moyenne plus de 40% des montants annoncés d’IDE dans la région depuis 2003, et qui ont bien résisté en 2009 avec 54% des flux d’IDE vers MED, n’apportent que 4,1 milliards d’euros au premiers semestre 2010 (30% du total).

Ce repli des européens ne semble cependant pas augurer un désengagement dans la région. Les investisseurs européens sont toujours largement en tête en nombre de projets initiés dans la région, avec 42% du nombre d’annonces d’IDE et la moitié des partenariats au premier semestre 2010.

Les IDE européens sont en moyenne plus modestes que ceux en provenance des pays émergents (22 millions d’euros de montant moyen contre 112 millions d’euros pour les pays émergents au premier semestre 2010), mais offrent un portefeuille plus diversif ié de projets, dont près du quart sont portés par des PME sur la période 2003- 2010, contre moins de 10% pour les pays émergents.

Source Afriquehebdo

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires