Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 08:58

Au hit-parade mondial de la corruption, l'Algérie perd 7 places en passant au 112e rang sur 183.

corruption 2

Les 183 pays concernés par le rapport de Transparency International (TI) relatif à l'indice de perception de la corruption (IPC) pour l'année 2011, rendu public le 1er décembre.

Dans un communiqué, l'Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC) considère que «l'Algérie obtient la très mauvaise note de 2,9 sur 10, la même que celle de l'année dernière, et la 112ème place, reculant de 7 places par rapport au classement de 2010».

Les «sept enquêtes et études» menées par des «organisations internationales indépendantes» convergent toutes «vers les mêmes résultats», assure AACC pour qui la dégringolade de l'Indice de perception de la corruption (IPC) de l'Algérie «pour la 9ème année consécutive» n'est «pas une surprise». Il s'agit du résultat de «l'explosion des affaires de grande corruption», et «l'absence totale de volonté politique» de lutter contre la corruption.

Selon le communiqué de l'AACC, «une note inférieure à 3 sur 10 signifie l'existence d'un haut niveau de corruption au sein des institutions de l'Etat».

L'Association estime que «le pouvoir algérien ne fait pas uniquement semblant de lutter contre la corruption – ce qui ne trompe plus personne –, il s'acharne surtout à combattre les organisations et les militants politiques et associatifs qui dénoncent la corruption et essaient de multiplier les initiatives pour la contrer ».

Parmi les pays de la région, l'Algérie est ex aequo avec l'Egypte (112e place également), mais loin derrière la Tunisie, 73e place avec un IPC de 3,8, et le Maroc, 80e rang, 3,4 d'IPC.

Le premier pays arabe est le Qatar qui se classe au 22e rang avec 7,2, devant les Etats-Unis et la France respectivement 24e et 25e places. Parmi d'autres pays arabes bien classés, il y a : les Emirats Arabes Unis (28e) avec un IPC de 6,8 sur 10 et Bahreïn (46e) et 5,1 en IPC. Oman (50e), Koweït (54e), Jordanie (56e) et Arabie Saoudite (57e), tous avec des IPC inférieurs à 5.

Les six premiers pays sont respectivement la Nouvelle Zélande, le Danemark, la Finlande, la Suède, Singapour et la Norvège, avec des scores d'IPC supérieurs ou égaux à 9 sur 10.

Transparency International estime que les résultats de l'IPC 2011 confirment «une crise de la gouvernance, et les manifestations de l'année 2011, un peu partout dans le monde, témoignent de la colère ressentie contre la corruption dans le monde politique et le secteur public».

«Cette année, nous avons vu la corruption dénoncée sur les banderoles des manifestants, riches ou pauvres. Que ce soit dans l'Europe touchée par la crise de la dette ou dans le monde arabe qui entrent dans une nouvelle ère politique, les dirigeants doivent entendre ces aspirations à de meilleurs gouvernements », a déclaré Huguette Labelle, la Présidente de Transparency International.

Source Le Quotidien d’Oran Mohamed Mehdi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires