Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 05:29

Quand l’Algérie s’invite à la présidentielle… française

assemblee nationale

 

Un colloque sur les perspectives de coopération entre la France et l’Algérie s’est ouvert hier à l’Assemblée nationale française, en présence de nombreux experts et invités de marque, apprend-on à travers une dépêche APS.

A l’initiative de l’association France-Algérie et placé sous le thème «L’Algérie et la France au XXIe siècle», ce colloque est articulé autour de plusieurs thèmes animés par des personnalités politiques algériennes et françaises.
Pour le président de l’association France Algérie, Jean-Pierre Chevènement, cette initiative «dessinera le contenu de ce que pourrait être un partenariat de longue durée dans les domaines économique, culturel et diplomatique, qui tienne compte aussi de la dimension humaine de nos relations». «L’Algérie et la France (à) pourront trouver un chemin d’action capable de peser sur les affaires du monde», a-t-il déclaré, à l’ouverture de cette rencontre pluridisciplinaire.
La dimension humaine et sociale de la relation franco-algérienne, particulièrement l’identité des deux sociétés et leur projection dans l’avenir, l’investissement, l’économie, la croissance et l’emploi, l’avenir de la coopération culturelle et scientifique entre l’Algérie et la France, la géopolitique dans la globalisation, l’urbanisme ont été entre autres, les thèmes retenus et qui seront débattus à la faveur de cette rencontre, au cours de laquelle le ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Cherif Rahmani, l’ancien chef du gouvernement Sid-Ahmed Ghozali et l’ancien chef de la diplomatie algérienne Lakhdar Brahimi, animeront des conférences, annonce la dépêche.
Cet évènement intervient juste après l’échec des multiples visites officielles des personnalités françaises à Alger. La dernière en date étant celle de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur. La France de Sarkozy voulant arracher à l’Algérie une relance des négociations sur la révision souhaitée par la France de l’accord de 1968 relatif à la circulation, à l’emploi et au séjour des ressortissants algériens.
Même si Chevènement reste l’un des amis de l’Algérie, l’organisation d’une telle conférence, à proximité des élections françaises, pourrait avoir différentes lectures. La plus essentielle est l’attirance de l’électorat maghrébin en France.
En l’espace d’une année, plusieurs personnalités françaises se sont succédée chez nous pour «prendre la température» en vue d’un rebond auprès de l’électorat maghrébin de France, alors que la compétition s’annonce serrée, particulièrement pour la droite avec la multiplication des candidatures (Bayrou, Morin, Le Pen et autre Dominique de Villepin). Guéant semblait faire entendre que la droite de Sarkozy était dure juste pour contrer la «Marine» en donnant des gages de gentillesse envers les Algériens après les élections. Chevènement semble vouloir démontrer, encore une fois, à la gauche, qu’il a des appuis internationaux. Sa proximité avec un pays comme l’Algérie a son importance et son poids. En contrepartie, il aurait besoin du PS pour assurer des places à ses «potes» aux prochaines élections législatives françaises. Quant à la présence du diplomate algérien Lakhdar Brahimi, elle pourrait être interprétée comme une simple présence de courtoisie et de délicatesse à l’égard de J-P. Chevènement, l’une des rares personnalités françaises à n’avoir jamais changé à l’égard des Arabes.
Source Le Jeune Indépendant S. Méhalla

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires