Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 09:05

La 5e réunion du Conseil d’association entre l’Algérie et l’UE, qui s’est tenue hier à Luxembourg, a occulté la question des droits de l’homme.UE.jpg

 

 

Les organisations des droits de l’homme se sont fait un devoir de rappeler aux deux parties leur engagement pris en matière de respect des principes démocratiques. Ainsi, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a réitéré « ses vives préoccupations » quant à la situation des droits de l’homme en Algérie. La FIDH a saisi l’opportunité de la tenue de la 5e réunion du Conseil d’association Algérie-UE pour rappeler aux deux parties (Algérie et UE) leurs engagements. Dans une lettre ouverte adressée aux ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’UE ainsi qu’à la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, la FIDH a dressé un tableau des plus sombres de la situation des droits de l’homme en Algérie. La lettre signée également par l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), la LADDH et Collectif des familles de disparus en Algérie a passé en revue les violations massives.

« Répression des mouvements de protestation sociale et obstacles à la liberté syndicale, atteinte aux libertés d’association et de réunion pacifique des organisations de défense des droits de l’homme, le droit à la liberté d’association qui n’est toujours pas garanti en Algérie ainsi que la situation préoccupante des droits des femmes », sont autant de mauvais points distribués au pouvoir algérien. Les rédacteurs de la lettre ont évoqué, par ailleurs, le processus de réconciliation nationale qui a « consacré l’impunité ». Un déni du droit à la vérité et à la justice, selon les organisations signataires de ce texte. Sur le plan économique et social, la lettre adressée à l’UE a décrit un contexte algérien fait de « misère économique et social d’un peuple vivant dans un pays doté de richesses et de ressources naturelles considérables ». Une situation due à « une corruption généralisée et à l’inégale répartition des richesses qui a engendré un climat social tendu, sur fond de restriction continuelle des libertés syndicales, associatives et de toute autre liberté individuelle et collective ». Les organisations des droits de l’homme ont estimé que tout mouvement démocratique et initiateur de changement et d’égalité « est immédiatement étouffé ». Le document a rappelé au passage que l’Algérie vit sous état d’urgence depuis 1992, estimant que son maintien « est contraire à la Constitution algérienne ».

Source El Watan Hacen Ouali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires