Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:02

Tourisme en Algérie -  La beauté du pays ne suffit pas

Le tourisme est, pourtant, considéré comme un facteur de très grande importance du développement économique. Les slogans mis en branle par les pouvoirs publics n’ont pas manqué. «Algérie touristique», «Tourisme de qualité», «Sahara, avenir touristique»…, ces écriteaux ne peuvent être assimilés, en effet, qu’à l’expression d’une bonne intention, non suivie d’une politique de développement à moyen et long terme de ce secteur qui fait le bonheur de plusieurs pays à travers le monde.
Comparée aux pays voisins (Maroc et Tunisie), où l’activité touristique est en plein essor, le tourisme dans notre pays, qui dispose pourtant d’un potentiel beaucoup plus important, avance à pas de tortue. Selon des études menées dans ce sens, l’Algérie détient, comparativement à ces deux pays, 30 % de plus en termes de vestiges romains, 40 % de plus en matière de sources thermales, en sus des richesses inestimables concernant le Sahara et les régions montagneuses. Il suffit de voir les centaines de milliers d’Algériens qui vont dans ces pays pour se rendre compte du retard flagrant enregistré en termes de développement touristique. C’est dire que l’Algérie n’arrive non seulement pas à attirer un nombre important de touristes étrangers, mais a échoué même à satisfaire ses propres citoyens. Combien d’Algériens voudraient passer leurs vacances dans les différentes régions du pays, mais en sont dissuadés faute de structures d’accueil et d’offres conformes à leur pouvoir d’achat ? Aujourd’hui, il s’avère que même les jeunes désirant «vadrouiller» dans leur vaste beau pays sont confrontés au problème de manque de structures à des prix raisonnables, alors que durant les années 1970 et 1980, les auberges des jeunes permettaient à une certaine frange de visiter tout le pays. La valorisation des atouts touristiques ne se limite pas aux milliards de dinars injectés dans le cadre des différents programmes de développement de ce créneau mais nécessite, avant tout, d’avoir un plan d’action cohérent. «Ce n’est pas par la construction de grands hôtels qu’on développe le tourisme algérien. Ce secteur est tributaire également de la fluidité de la circulation routière, de la disponibilité de moyens modernes de transport, de la mise en œuvre de programmes d’animation culturelle, l’élaboration d’un plan de communication efficient…Or, à l’heure actuelle, il n’en n’est rien de tout cela. Dans ce secteur, mettre la charrue avant les bœufs ne mène à rien», explique un cadre supérieur dans un organisme public du tourisme, sous le couvert de l’anonymat. «Il est plus que jamais temps de se mettre au travail, en profitant des importantes réserves de change dont dispose le pays. Car l’investissement dans ce secteur assurera une rentabilité pérenne et sans risque aucun. J’estime que si les potentialités sont exploitées convenablement, l’apport du tourisme peut aller, à moyen terme, jusqu’à 15 % du PIB», ajoute notre interlocuteur.

Source Horizons Anis Hani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires