Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 08:31

Ould Abbès courtise les 6 500 spécialistes installés en France

sante hypertension

 C’est une véritable saignée dans le secteur de la santé. Près de 6 500 médecins spécialistes formés en Algérie sont actuellement installés en France. Le chiffre a été avancé hier par le ministre de la santé, Djamel Ould Abbès, à l’occasion de la signature, hier à Alger, d’un accord dans le domaine de la santé entre l’Algérie et la France. Ledit accord a été signé conjointement entre le ministre algérien et la Secrétaire d’Etat française, chargé de la santé, Mme Nora Berra. Ould Abbès, qui a regretté ce départ massif vers l’étranger de nos médecins, a affirmé que «ce sujet épineux est l’un des points abordés avec son homologue française». «Des mesures incitatives à leur égard seront prises afin de faire profiter le pays de l’expérience de notre diaspora. Aujourd’hui, il y a un manque dramatique en matière de médecins spécialistes que le service civil que nous avons adopté n’a pas pu régler», dit-t-il. Le ministre, qui a donné un petit aperçu du secteur de la santé en Algérie, a relevé certaines difficultés liées notamment à la couverture sanitaire dans le sud algérien, compte tenu de la superficie du pays et la distance qui sépare une wilaya d’une autre. Au sujet du manque de médecins, le ministre n’a pas manqué de faire un clin d’œil à Madame Berra, qui représente un pays où 65 00 médecins sont d’origine algérienne. Les domaines de coopération porteront sur la création d’une agence de biomédecine, le traitement du cancer et enfin la formation de formateurs dans le domaine de la santé. Le partenariat entre l’Algérie et la France dans le domaine de la santé, notamment en matière de lutte contre le cancer et de la formation, vient de se renforcer. Ceci fait suite à la visite de travail de trois jours à partir du 16 février, du ministre de la Santé  Djamel Ould Abbès, à Paris, à l’invitation de Nora Berra. En effet, cette visite est destinée à l’affermissement des relations entre les deux pays dans le domaine de la santé et de l’industrie du médicament ainsi qu’à l’encouragement des investissements français dans ce secteur. Le ministre a exposé, devant des professionnels français de la santé, le plan national de lutte contre le cancer, lancé par l’Algérie depuis deux ans. Ce plan vise à réaliser quinze centres anti-cancer (CAC), dont la moitié est déjà opérationnelle, et un institut national du cancer de dimension africaine, en cours de réalisation à Oran. A ce propos, Ould Abbès a annoncé la tenue d’une rencontre entre les experts dans la lutte contre le cancer des deux pays, en mars prochain à Oran, pour finaliser un protocole d’accord dans ce domaine, notamment dans le cadre de la formation. Cette visite a pour but de jeter les passerelles entre les différentes institutions médicales tant qu’il existe une grande homologie entre les deux systèmes de santé, de plus le modèle est le même. Il est à noter que plus de 43 000 nouveaux cas de cancer sont recensés annuellement en Algérie, dont plus de 19 000 chez les hommes et plus de 22 000 chez les femmes. Pour lutter contre cette pathologie, une enveloppe de 21 milliards de dinars a été réservée cette année, a affirmé le ministre. Par contre en France, environ 365 000 nouveaux cas de cancer ont été recensés en 2011. L‘Inca, créé en 2004, est doté d’un budget de 160 millions d’euros par an, dont 60 millions réservés à la recherche. Les deux responsables ont mis l’accent sur la nécessité d’établir un calendrier pour la mise en exécution de l’accord de coopération qu’ils viennent de signer.  

Source Le Jour d’Algérie Salim Naït Mouloud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires