Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 06:42

L’Algérie tient en échec l’armada anglaise

(0-0) : Héroïque !

algerie-angleterre.jpg

 

L’équipe nationale a réussi un très bon match nul face aux Anglais. Un point qui fait renaître l’espoir pour la qualification au second tour avec ce dernier match face aux USA, prévu mercredi prochain. Dès le coup d’envoi, Hassan Yebda tente un geste technique face à Gareth Barry et lui glisse un petit pont, qui indique parfaitement l’état d’esprit avec lequel les Verts ont décidé d’aborder cette rencontre (1’). Deux minutes plus tard, c’est au tour de Matmour d’aller inquiéter l’arrière-garde anglaise. Les hommes de Capello réagissent rapidement par Heskey, qui met à profit une mauvaise relance d’un défenseur algérien.

Rooney, dernier possesseur du ballon, n’en fait pas une bonne utilisation en servant dans le dos Lennon déporté sur le côté gauche. Les sujets de Sa Majesté perdent un peu de leur superbe dans les tribunes. De la voix, ils tentent de pousser Gerrard et les autres vers l’avant. Devant la (première) tournure des événements, Capello quitte son banc et harangue ses joueurs. L’équipe d’Algérie commence à lui donner des soucis dans la maîtrise du ballon au milieu de terrain grâce à Boudebouz et Yebda d’une aisance impressionnante. Le premier quart d’heure s’achève par une belle résistance des Verts et un tir mal appuyé de Boudebouz qui va mourir derrière les buts de David James. Les supporters anglais restent sans voix devant la hardiesse et les beaux enchaînements collectifs des Verts. Petit à petit, la peur a changé de camp. Ziani se permet un dribble au milieu de terrain qui élimine, dans un mouchoir de poche, et Gerrad et Lampard (17’).

Les bons enchaînements se succèdent côté algérien. Les Anglais ne savent pas comment prendre ces virevoltants footballeurs algériens. A côté, les journalistes anglais, pleins de suffisance la veille en conférence de presse, sont silencieux. La balade promise tourne aux tourments. La hantise d’un autre échec et le retour précipité à la maison ne les font plus sourire. La tasse de thé promise est dure à faire descendre. Les Fennecs jouent intelligemment en portant le ballon très haut dès sa récupération par l’arrière-garde bien articulée autour du capitaine Antar Yahia. A la 9’, Gerrard s’approche de la cage de M’bolhi, mais son tir est mal cadré. La plus dangereuse action anglaise de la première période survient à la 32’ sur un centre de Lennon mal renvoyé par la défense. Lampard contrôle le cuir et le place sur le côté gauche de M’bolhi qui se détend et arrête le ballon au grand désarroi des supporters anglais et, surtout, de Capello qui ne tient plus sur sa surface technique. Karim Ziani ajoute à son angoisse à la 36’ en crochetant Johnson mais tirant dehors. Le prince Harry venu apporter son soutien aux boys est mal à l’aise sur son siège. Décidément, ces Algériens sont en train de leur gâcher les « vacances » à ses compatriotes. L’action de Lennon conclue par un tir de Barry (39’) ne change rien à l’impuissance des Anglais qui ne savent plus comment prendre cet adversaire qui se défend bien et ne perd pas rapidement le ballon. La première mi-temps s’achève sur le score logique de zéro partout. Compte tenu de la première mi-temps, les Verts ont plus que rempli leur contrat devant l’Angleterre présentée comme un ogre de la compétition.

Les Verts maintiennent le rythme en seconde période

Après la pause-citron, les Anglais reviennent sur le terrain sous les huées des supporters sud-africains déçus par la faible prestation, en première période, des hommes de Capello. Le jeu reprend comme il s’est achevé en première mi-temps. A la 47’ Carragher n’a d’autre choix pour stopper Matmour que de le mettre par terre. Le coup franc tiré par Antar Yahia heurte le dos d’un défenseur adverse et sort en touche. Les Anglais ne savent plus par quel bout prendre cet adversaire à la maîtrise technique au-dessus de la moyenne. A la 50’ les Anglais récupèrent une balle perdue par Ziani et n’arrivent pas à l’exploiter. Rooney, totalement transparent depuis le coup d’envoi, est mal inspiré, il est l’ombre de lui-même. A la 57’ Carragher est obligé de commettre une faute sur Yebda qui le fait tourner en bourrique. Encouragés par cet élan, les Verts vont plus souvent, à leur tour, inquiéter David James. Le jeune Ryad Boudebouz brille de mille feux pour sa première sélection. A la 63’ Capello décide de faire sortir Lennon et de le remplacer par Wright Philip. Il marque ses premiers instants sur le terrain par un dribble sur Belhadj qui le stoppe du côté du point de corner.

Le premier enchaînement anglais est intervenu à la 68’ de jeu où après une succession de passes redoublées, Rooney voit son tir contré en corner. A la 72’ Abdoun remplace Boudebouz et Defoe entre à la place de Heskey. Une minute plus tard, une belle action anglaise à trois, Gerrard, Lennon et Defoe, est enrayée de justesse par Bougherra. Defoe apporte sa fraîcheur et obtient un corner sur sa première tentative offensive. A la 80’ Saâdane procède au remplacement de Ziani par Guedioura pour donner plus de tonus au compartiment du milieu de terrain. A dix minutes de la fin de la partie, Capello joue sa dernière carte, fait sortir un milieu de terrain (Barry) qu’il remplace par Crouch dans l’espoir de trouver l’ouverture. En fin de partie, les Anglais ont, de nouveau, subi la bronca de leurs supporters. C’est le moment où Mesbah remplace Yebda. Beckham sur le banc crache sa rage de vaincre. Les derniers instants de jeu sont pénibles pour les Anglais face à des Algériens qui leur cachent le ballon par des redoublements de passes. Lorsque l’arbitre siffle la fin du match, Capello quitte le banc tête baissée. Sur la physionomie du match, c’est sans nul doute les Anglais qui ont fait la meilleure affaire de la soirée. Ils ont volé un point à une spectaculaire équipe d’Algérie qui a bien réagi après sa défaite de dimanche. « England go home », ont scandé les supporters algériens fous de joie.

Stade Green Point Stadium de Cape Town.

Arbitrage : Ravshan Irmatov (Ouzbékistan), Raphael Ilyasov (Ouzbékistan), Bakhadyr Kochkarov (Kirghizie)

Avertissements: Carragher (58’) (ANG) et Lacen (85’) (Alg)

Algérie : M’Bolhi, Bougherra, Belhadj, Antar Yahia (cap), Halliche, Kadir, Lacen, Yebda (Mesbah 89’), Ziani (Guedioura 80’), Boudebouz (Abdoun 74’), Matmour. Entraîneur : Rabah Saâdane

Angleterre : David James, Johnson, Ashley Cole, Carragher, Terry, Lennon (Wright-Phillips 63’), Gerrard (cap), Lampard, Barry (Crouch 84’), Rooney, Heskey (Defoe 74’) Entraîneur : Fabio Capello.

Rabah Saâdane :« Tenir en échec l’Angleterre est une performance »

«Je suis très satisfait de la prestation de mon équipe et je ne vous cache pas que je m’attendais à cette réaction de mes joueurs, après la défaite face à la Slovénie.

On a vu une belle prestation de l’équipe avec l’émergence de joueurs comme M’bolhi, Kadir et Boudebouz, qui ont donné le plus escompté à notre équipe. Le problème de l’équipe, avant le début du Mondial, c’était le manque de compétition de certains joueurs, qui revenaient de blessures, ce qui s’est répercuté sur le résultat et la prestation du match face aux Slovènes. On avait besoin d’un peu de temps pour que l’équipe trouve ses marques et aujourd’hui, vous venez de voir une équipe qui a fourni une grande prestation, face à une grande équipe anglaise. J’ai toujours eu confiance en mon groupe et je savais qu’il allait nous donner satisfaction. Ça était un très bon match et il ne manquait que les buts. Rien n’empêche que tenir en échec l’Angleterre est une performance.

On est satisfaits du résultat, mais la Coupe du monde n’est pas encore terminée. On ne va pas faire de calcul. Le prochain match face aux USA on va le jouer à fond. Mais d’abord, on va mettre l’accent sur la récupération qui est fondamentale. Ce match face aux USA va être très dur et difficile. Toutes les équipes vont jouer leur survie dans le dernier match du 1er tour. Je m’attends d’ailleurs à un grand match face aux Américains. Je dois juste noter que notre équipe est capable de fournir un grand match et de subitement chuter par la suite, sans aucune explication. Je souhaite donc que l’équipe va montrer son meilleur visage dans le dernier match, avec plus de réalisme et d’efficacité devant. Sur l’ensemble, je reste satisfait de la prestation de toute l’équipe. »

Source El Watan Yazid Ouahib

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires