Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 02:49

Amar Ghoul inquiète la classe politique

Amar Ghoul 

Il a déjà le mérite, avant même la création de son parti, de secouer la classe politique.

Hier c'était Mme Hanoune qui accusait son projet «de parti insolite». Pour elle, il est «absurde» de croire qu'un seul parti puisse «rassembler les nationalistes, les islamistes, les démocrates, les libéraux et les socialistes». Les partis de l'Alliance verte (MSP, En Nahda et El Islah) ont été tout retournés par «l'effet Ghoul». A ce jour, ils n'ont pas fini de se tenir le ventre. Que s'est-il passé et vers quel projet politique se dirige l'ancien ministre des Travaux publics? Aux dernières législatives, les partis de l'Alliance verte étaient assommés par leur défaite au décompte final sauf à Alger où ils ont décroché la moitié des sièges. Leur tête de liste pour la capitale était Amar Ghoul. C'est à lui et lui seul que revient la victoire des 13 sièges sur 37. Pourquoi? Il a un charisme spécifiquement algérien! A le voir avec une rare ténacité sillonner les chantiers de l'autoroute qui traverse le pays d'Est en Ouest, les Algériens ont commencé à s'intéresser à lui.

Un «islamiste» qui s'investit totalement à son travail, un «islamiste» d'une redoutable compétence, un ministre «islamiste» qui fait trembler même les experts étrangers par ses ultimatums, un «islamiste» toujours bien mis dans son costume cravate, un «islamiste» qui parle la langue du peuple, tantôt en arabe tantôt en français, tout cela a fait en sorte que la majorité des Algériens se sont retrouvés dans cet «islamisme»-là. Ghoul est docteur en génie nucléaire, diplôme qu'il a décroché en France. La précision était nécessaire pour ne pas confondre avec les douteux «douctours» qui fleurissent çà et là chez nous. Ghoul est aussi docteur d'Etat en génie mécanique. Ce bardé de diplômes, musulman comme l'ensemble des Algériens, adhère au Hamas dirigé à l'époque par feu Mahfoud Nahnah surnommé «l'alpaga» pour le costume cravate qu'il portait bien. Tout comme Amar Ghoul. Nahnah avait le don de rassurer. Il avait le sourire facile. Il donnait de lui l'image de l'homme qui ne se prenait pas la tête. D'où son succès auprès de l'électorat algérien et la place qu'il a réussi à donner à son parti malgré la présence du FIS qui avait le vent en poupe à l'époque, faut-il le rappeler. Son amour pour la patrie et son nationalisme lui faisaient rejeter tous les extrémismes qui n'existent pas dans les «gènes» des Algériens. Il était de la trempe de Cheikh Bouslimani, un de ses adjoints, qui a refusé de servir de caution aux extrémistes qui lui demandaient une fetwa pour légitimer leurs exactions. Il en est mort assassiné. Tout indique que Ghoul est de cette lignée-là. De Bouslimani. De Nahnah. Les craintes de Mme Hanoune ne sont pas justifiées. Tout le peuple algérien est historiquement musulman. Il est tolérant comme le lui prescrit sa religion. La tolérance est la base même de la démocratie.

L'Algérien est pour une politique sociale sans le socialisme. Sans l'idéologie. Une politique très compatible donc avec les libéraux. La démarche de Amar Ghoul, si elle se confirme, de créer un parti rassembleur n'a rien «d'absurde» et risque même d'étonner plus d'un par l'ampleur que peut prendre une telle formation politique. Ce que demande Ghoul à ceux qui voudront le rejoindre est «d'aimer l'Algérie». D'être patriotes. Certains diront nationalistes. Peu importe. L'essentiel est d'aimer sincèrement son pays. Pas de faire semblant pour mieux le trahir. Pour le reste nous n'avons ni une tradition industrielle, ni celle d'un prolétariat ouvrier.

Quant à notre bourgeoisie très minoritaire, feu Ben Bella s'en est chargé dès 1962 en l'envoyant au «hammam». Ceci pour dire que nos libéraux ne traînent aucune idéologie. Ce ne sont que nos entrepreneurs. Le seul projet de société auquel les Algériens adhèrent, est celui «des bâtisseurs de l'Algérie moderne». Toutes «sensibilités» confondues!

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires