Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 07:48

La reprise de l'économie sera laborieuse en 2010 en France
upm2.jpg

Après une chute de 2,3% cette année, le PIB de la France devrait progresser de 1,1% en 2010, estime l'Insee. Le rebond de l'investissement des entreprises sera timide. C'est la consommation des ménages qui jouera encore le rôle de moteur de la croissance. Le chômage devrait poursuivre sa hausse jusqu'à mi-2010.
La sortie de récession s'est confirmée pour la plupart des pays avancés au troisième trimestre 2009 et devrait se poursuivre au dernier trimestre, note l'Insee dans sa note de conjoncture publiée jeudi 17 décembre.
L'Institut national de la statistique distingue cependant deux groupes de pays : le premier verrait sa croissance stagner, pire rechuter, en raison notamment de la faiblesse de sa demande intérieure; dans le second, la demande des entreprises et des ménages redémarrerait, mais la croissance peinerait à rejoindre son rythme tendanciel. Le Japon, le Royaume-Uni et l'Espagne appartiennent au premier groupe.
La France appartient au second, avec l'Allemagne et les Etats-Unis.
"La France ferait ainsi partie des pays en reprise. Mais celle-ci serait laborieuse", indique l'Insee. L'activité économique devrait s'inscrire en hausse modérée sur les trois prochains trimestres (+0,4% environ par trimestre). Ainsi, après avoir chuté de 2,3% en 2009, le PIB français progresserait de 1,1% l'an prochain.
Les entreprises vont encore détruire des emplois
C'est principalement l'activité dans les services qui soutiendra l'économie français en 2010. Après un rebond à la mi-2009, la production industrielle devrait fortement ralentir. Le secteur du BTP continuera à être sinistré, mais dans une moindre mesure. Du côté des entreprises, l'investissement repartirait progressivement avec le retour de la croissance, mais des surcapacités toujours importantes en limiteraient le rebond.
Pour restaurer leurs marges de productivités, les entreprises vont donc continuer à détruire des emplois, estime l'Insee. Au total, après avoir perdu près de 260.000 emplois au premier semestre 2009, l'économie française en perdrait environ 110.000 au second semestre et autant au premier semestre 2010.
Le chômage poursuivrait de ce fait sa hausse jusqu'à la mi-2010, "mais de façon moins rapide qu'au cours des trimestres précédents", souligne l'Insee. Le taux de chômage au sens du BIT, qui s'est établit à 9,5% de la population active au troisième trimestre 2009, devrait atteindre 9,8% à la fin de l'année, 10% puis 10,2% aux premier et deuxième trimestres 2010.
Taxe carbone : effet neutre sur le pouvoir d'achat
Le pouvoir d'achat des ménages sera amputé par un regain d'inflation, par la remontée des prix des matières premières et par la disparition des mesures de soutien exceptionnelles de 2009 (prime à la casse, suppression de deux derniers tiers de l'impôt sur le revenu, versement de primes de précarité, etc.). Il devrait néanmoins progresser, modérément, grâce à des revenus d'activité plus dynamiques. L'Insee note que la mise en oeuvre de la taxe carbone, qui devrait pousser à la hausse les prix, sera neutre pour le pouvoir d'achat des ménages en raison de la compensation intégrale.
"La croissance française serait ainsi portée par son moteur traditionnel, la consommation", estime l'Institut de la statistique. "Mais celui-ci ne fonctionnerait pas à plein régime" : après un rebond marqué au quatrième trimestre, imputable à l'effet prime à la casse, la consommation des ménages progresserait ensuite à un rythme de 0,2% par trimestre.
"La sortie de récession s'effectue sans correction majeure des déséquilibres sur les marchés immobiliers, ni des situations d'endettement excessif : autant d'aléas négatifs sur la consommation ou l'investissement des ménages pour les prochains trimestres", prévient l'Insee en conclusion de sa note.
Source l'Expansion
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires