Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 06:40

 La Tommina à la façon jijelienne

Tommina-algerienne.jpg

 

Cette semaine, notre voyage gastronomique va nous emmener à Jijel, cette grande ville de l’Est algérien, riche de sa culture touristique et de ses traditions culinaires. Nous allons découvrir une douceur du terroir, la tommina, bien connue dans toute l’Algérie, mais que les Jijeliens préparent d’une façon particulière et très astucieuse.

Cela fait une année que l’on a fêté les noces de Latifa, et voilà que l’on attend aujourd’hui l’arrivée d’un heureux événement dans la famille qui va s’agrandir et accueuillir en son sein le fils, le petit-fils, le neveu pour chaque membre de la famille. Ratiba attend un bébé. C’est son premier. Elle a entamé son neuvième mois, et comme le veut la tradition, ce sont ses parents qui vont s’occuper des préparatifs du sabaâ (septième jour après la naissance). Une fête se prépare autour de cet événement, et le plat qui symbolise cette tradition est la tommina, une sucrerie à base de semoule, de miel pur et de beurre que la jeune maman doit manger après la mise au monde de son enfant pour récupérer ses forces perdues lors de l’accouchement, car les composantes de ce plat sont très riches en vitamines. Cette douceur sera également offerte à tous les membres de la famille qui viendront rendre visite à l’heureuse maman, et on la présentera également lors du sabaâ à tous les convives venus accueuillir avec les parents ce nouvel arrivé dans la famille. En Algérie, ce plat symbole est aussi préparé pour fêter le Mawlid Ennabaoui (naissance du prophète Mohamed (QSSSL)). Dans tous les foyers algériens, les femmes se lèvent tôt le matin du Mawlid et préparent la tommina que les enfants et les adultes aussi attendent pour la déguster avec un bon café au lait. Du temps de nos grands-mères, la tommina se préparait très simplement, sans artifice aucun à part une décoration simple à l’aide de hrour (mélange d’épices) ou de cannelle. On la présentait dans des assiettes plates, dans lesquelles plusieurs invités pouvaient se servir, accompagnée de brioches faites maison. Depuis, les choses ont évolué. C’est vrai que la recette est restée la même, sauf que la présentation a pris différentes moulures et formes, allant de la tommina en forme de cœur à celle en forme de rosace, agrémentée d’amendes éfilées, de halwat turc ou de dragées multicolores ; chaque femme sculptant et décorant en faisant de son mieux pour épater ses convives. A Alger et dans presque toutes les grandes villes, la recette de la tommina na pas changé. Elle est confectionnée à base de semoule de calibre moyen, voire gros, préalablement grillée dans une grande poêle. On y versera ensuite un mélange de beurre et de miel hor (pur) auquel on ajoutera le fameux hror ennafsa (assortiment d’épices) que l’on chauffera à feu doux. Le mélange ne doit surtout pas chauffer jusqu’à ébullition. Elle sera ensuite présentée sous diverses formes et dans des contenants multiples. Cependant, dans la région de Jijel, la préparation de la tommina est quelque peu différente, non pas dans les ingrédients qui la composent, mais plutôt dans la manière de la confectionner. Et croyez-moi, le résultat est meilleur. Voici, en détail, comment on la prépare.

La Recette

Ingrédients

500 g de semoule à calibre moyen ou gros

500 g de beurre ramolli

2 grands verres de miel pur (aâssal hor).

1 demie cuillerée à café de hror ennafsa (assortiment d’épices ).

Préparation

Faites étuver la semoule dans un couscoussier (veiller à ce que l’eau ne mouille pas la semoule).

Dans une grande poêle, faites griller la semoule étuvée en remuant avec une cuillère en bois jusqu’à ce qu’elle prenne une couleur dorée sans la brûler. Versez la semoule chaude dans une sahfa (grand ravier en bois).

Ajoutez le beurre ramolli au milieu puis le recouvrir de semoule (la chaleur de la semoule fera fondre le beurre).

Frottez la semoule entre la paume des mains jusqu’à ce que le beurre fonde complètement et que la semoule devient sableuse. Réservez.

Dans une casserole, faites chauffer le miel à feu très doux sans le faire bouillir. Arrosez la semoule avec le miel encore chaud en y ajoutant l’assortiments d’épices (hror).

Faites balancer le ravier dans des mouvements de va-et-vient rapides pour que le mélange soit homogène. Prenez des raviers assez creux. Remplissez-les de tommina sans qu’elle ne déborde.

Décorez la surface avec les hror selon votre inspiration et vos goûts.

Présentez votre plat douceur accompagné de brioches et d’un bon café au lait fumant.

Source Le Soir d’Algérie H. Belkadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Pèlerin 17/04/2015 16:48

Bonjour Ghfhgfh, bonjour Wahiba,

La Tomina des unes n'est pas celle des autres mais nul doute que la Tomina de Djidjelli est à la hauteur du paysage qu'offre la région c'est à dire merveilleuse

Je m'en lèche les babines rien que d'y penser

Cordialement votre

Le Pèlerin 14/04/2015 21:42

Bonjour Ghfhgfh, bonjour Wahiba,
La Tomina des unes n'est pas celle des autres mais nul doute que la Tomina de Djidjelli est à la hauteur du paysage qu'offre la région c'est à dire merveilleuse
Je m'en lèche les babines rien que d'y penser
Cordialement votre
Le Pèlerin

ghfhgfh 14/04/2015 19:05

je veux dire seulement que ce sont pas toutes les jijiliennes qui mettent des épices dans la tommina d'ailleurs nous; on mets pour la décoration du chocolat mouillé ou d'amandes

wahiba 14/04/2015 19:01

je veux dire seulement que ce sont pas toutes les jijiliennes qui mettent des épices dans la tommina d'ailleurs nous; on mets pour la décoration du chocolat mouillé ou d'amandes