Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 09:00

Littérature – Histoire - Benjamin Stora présentera à Alger - Le mystère de Gaulle, son choix pour l’Algérie

De-gaulle---alger-4-juin-1958.jpg

 

Pour Chadli Bendjedid, «l’arrivée au pouvoir de de Gaulle constituera la plus dangereuse période vécue par la révolution algérienne ». Jacques Soustelle, lui, dit au sujet du général : «Nous avons cru fonder sur le roc : ce n’était, hélas, que du sable, le sable des promesses non tenues et de l’espérance trahie.» Benjamin Stora sera à Alger samedi prochain pour parler plus en détail de son nouveau livre.

Benjamin Stora sera bientôt à Alger. Ainsi, samedi prochain, il animera, à la librairie du Tiers-Monde, une rencontre-débat, qui sera suivie par une séance de vente-dédicace de ses livres La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie et Le mystère de Gaulle, son choix pour l’Algérie, disponibles en Algérie après leur réédition par Sedia. Le lendemain (dimanche 6 juin), Stora sera l’invité d’une rencontre littéraire au Centre culturel français d’Alger. L’historien français présentera au public les grands axes de son ouvrage Le mystère de Gaulle, son choix pour l’Algérie, sorti en 2009 chez les Editions Robert Laffont et réédité en 2010 par Sedia. «L’Algérie est à feu et à sang depuis quatre ans, quand de Gaulle est rappelé à la tête du gouvernement en mai 1958. Porté au pouvoir par les partisans de l’Algérie française, il maintient un temps des positions équivoques et fait naître de grands espoirs. Mais le 16 septembre 1959, lors d’un discours télévisé, c’est la stupeur, le basculement décisif : il lâche le mot tabou d’«autodétermination » — et c’est donc la volonté de la population musulmane, très largement majoritaire, qui l’emportera… », est-il écrit au dos de l’ouvrage. Benjamin Stora tente d’éclaircir le mystère concernant ce «choix» historique du général de Gaulle dont les raisons profondes divisent les historiens encore aujourd’hui. Chez nous, en Algérie, Charles de Gaulle est souvent présenté comme «le plus implacable ennemi de la Révolution». Pour beaucoup de Pieds-Noirs, il est, au contraire, celui qui a «bradé l’Algérie, après la victoire militaire de l’armée française ». Stora, en confrontant les points de vue des historiens, les témoignages contradictoires et les événements, essaye d’éclairer le sujet. «Comment comprendre un tel choix ? De Gaulle a-t-il «bradé» l’Algérie et dupé ses partisans ? L’a-t-il perdue contre son gré ? S’agissait-il d’une histoire jouée d’avance ?» est-il encore écrit au dos de l’ouvrage. L’essai Le mystère de Gaulle, son choix pour l’Algérie est divisé en sept chapitres dont ceux intitulés «16 septembre 1959, le jour où de Gaulle a parlé», «Les réactions françaises au discours du 16 septembre» et «Réactions algériennes, troubles et certitudes». Dans l’introduction, l’auteur souligne : «Parmi les acteurs de l’époque, tous ou presque ont livré leur témoignage sur la question.» Il cite, entre autres, Ferhat Abbas, Saad Dahleb et Ali Kafi, du côté algérien, ainsi que Michel Debré, Léon Noël, Alain de Serigny, directeur de l’Echo d’Alger et les généraux Salan et Massu, du côté français. A la page 125, par exemple, sont repris des extraits des mémoires de Chadli Bendjedid : «Le général de Gaulle avait tenté d’infiltrer la Révolution par tous les moyens, conformément à la politique du bâton et de la carotte (…) L’arrivée au pouvoir de de Gaule constituera la plus dangereuse période vécue par la révolution algérienne. » En annexe de cet ouvrage de 210 pages, le lecteur trouvera, notamment, l’intégralité du «discours sur l’autodétermination de l’Algérie, 16 septembre 1959», de de Gaulle et «La réponse algérienne au discours du général de Gaulle». Le livre comporte, également, une « Chronologie de la guerre d’Algérie» et une «Biographie des principaux acteurs», avec, par ordre alphabétique, des noms comme Abbas Ferhat, Belkacem Krim, Ben Bella Ahmed, Boumediene Houari, Challe Maurice, Mollet Guy ainsi que ceux du philosophe Jean-Paul Sartre et de l’écrivain Albert Camus qui, selon l’auteur, ont eu des positions opposées sur la question de l’indépendance de l’Algérie. Benjamin Stora est historien et professeur d’histoire du Maghreb à l’université de Villetaneuse à Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Histoire de l’Algérie coloniale 1830-1954 (éditions La Découverte/1999) et Histoire de la guerre d’Algérie 1954-1962 (colt. «Repères, nouvelle édition 2004). La conférence de Benjamin Stora au CCF d’Alger sera organisée en partenariat avec les éditions Sedia.

Essai Le mystère de Gaulle, son choix pour l’Algérie

(ed. Sedia). 210 pages.

Prix : 1 000 DA.

Source Le Soir d’Algérie Kader B.

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G


Cela sera à suivre - GENEVIEVE -



Répondre
L


Cela fait partie de l'histoire à
écrire


Bonne soirée


Le Pèlerin