Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 05:49

Algérie - Sécurité au Sahel et lutte contre la désertification, même combat

Timimoun l enchanteresse

 

C’est à partir de Tinerkouk, ce célèbre et historique fort implanté au milieu du décor féerique de l’oasis rouge Timimoun, que Chérif Rahmani a lancé un «appel de détresse à l’opinion publique aussi bien nationale, régionale qu’étrangère pour réduire, à défaut de lutter définitivement, ce phénomène qui menace les populations locales».

La lutte contre le phénomène de la désertification, un des éléments essentiels pour la sécurité dans la région du Sahel, doit incontestablement passer par le développement local des régions du Sud et par l’amélioration des conditions de vie des populations locales. C’est ce qu’a estimé hier Chérif Rahmani, ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, en marge de la tenue des festivités de la célébration de la Décennie des Déserts et de la Lutte contre la Désertification (UNDDD) tenues jeudi et vendredi à Tinerkouk, Timimoun.

En effet, c’est à partir de Tinerkouk, ce célèbre et historique Fort implanté au milieu du décor féerique de l’oasis rouge Timimoun que Chérif Rahmani a lancé un «appel de détresse à l’opinion publique aussi bien nationale, régionale qu’étrangère pour réduire, à défaut de lutter définitivement, ce phénomène qui menace les populations locales». A ce sujet, il a expliqué que ce phénomène prendra dans les années à venir «un tournant dangereux», à cause notamment des changements climatiques, tirant ainsi la sonnette d’alarme à propos de ce phénomène, particulièrement dans les zones arides. Dans ce contexte, s’adressant aux pays concernés par ce phénomène, il estimera que la prise en charge de ce fléau ne pourrait être le seul rôle des pays développés vu qu’ils ne sont pas directement concernés. Dans le même registre, il indiquera que «la célébration de cette décennie sera une véritable rampe pour le lancement de la lutte contre ce phénomène. Et pour ce faire, il insistera sur l’utilisation des énergies nouvelles renouvelables et sur la lutte contre la pauvreté, élément essentiel qui garantira la sécurité dans la région du Sahel. Pour sa part, Luc Gnacadja, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, il estime que la non-préservation des déserts est une véritable menace pour ce qui concerne la sécurité alimentaire, mais pas seulement, car ce fléau constitue un danger réel pour la sécurité d’une manière générale et au Sahel en particulier. C’est pourquoi, il invitera les gouvernements des pays concernés par la désertification à inclure dans leur politique des plans de lutte contre ce phénomène à travers un plan de développement. Par ailleurs, jeudi dans la soirée, l’ambassade d’Autriche, l’une des cinq représentations diplomatiques présentes à cet événement dont la Suède, la Suisse et la République tchèque, a à l’occasion organisé une soirée où des airs de musique classique

se sont confondus dans l’atmosphère féerique du Fort de Tinerkouk. Animées majestueusement par la troupe Friotti, les symphonies de Mozart, Bach et Jean - Michel Correcte ont envoûté l’assistance

Source Le Jour d’Algérie Lynda Naili Bourebrab

Envoyée spéciale à Timimoun

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires