Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 06:01

Dellys veut retrouver son Image d'antan

Une ville, une histoire

Dellys.jpg

Dellys, berceau de civilisations millénaires

Dellys a connu une succession de civilisations: punique, romaine, berbère, arabo-musulmane, ottomane et française.

Surchargée de monuments, d'inscriptions historiques et d'oeuvres d'arts, la ville de Dellys, dans la wilaya de Boumerdès, témoigne d'une prodigieuse mémoire plusieurs fois millénaire. Située à une trentaine de kilomètres, au sud-est du chef-lieu de la wilaya, la daïra de Dellys est connue pour être le berceau de nombreuses civilisations millénaires. En effet, celle-ci a connu par le passé une succession de civilisations relevant du pourtour méditerranéen - punique, romaine, berbère, arabo-musulmanes, ottomane et française - qui avaient laissé de nombreux cachets et témoignages historiques. Certains sont encore visibles à l'heure actuelle et d'autres seront peut-être à découvrir, selon les spécialistes en la matière. Toutefois, l'existence de la Casbah de Dellys, qui occupe une grande partie du paysage architectural du chef-lieu, reste aux yeux des spécialistes le noyau historique et principal de la ville de Dellys.
La Casbah est faite d'un tissu architectural, un bâti ancien qui n'a pas laissé les pouvoirs publics sans réagir et sans témoigner plus d'intérêt à ce site dont la valeur est inestimable. Ainsi, la direction du ministère de la Culture a procédé récemment au classement de la Casbah de la ville de Dellys secteur sauvegardé, au même titre que la Casbah d'Alger. Le périmètre de sauvegarde va au-delà des limites de l'ancienne ville: il englobe la Casbah, la ville coloniale (extension de la ville européenne) et la ville moderne (extension de la ville européenne post-Indépendance). La ville de Dellys a été sérieusement touchée par le séisme du 21 mai 2003, lequel a causé l'effondrement total et partiel de certaines bâtisses, notamment celles de la Casbah.
Ces effondrements ont été possibles, avons-nous constaté, du fait de l'ancienneté et la fragilité des bâtisses.
Cependant, le contraire a été observé du côté des quartiers alentours où les dégâts sont minimes comparativement au noyau historique constituant la Casbah, à en croire Akrèsch, un architecte qui a été chargé de l'élaboration du plan d'urgence pour la prise en charge de la Casbah, entrant dans le cadre de la décision du ministère de la Culture d'inclure celle-ci comme périmètre sauvegardé. Selon lui, les premières constatations effectuées sur le terrain sont, entre autres, le mur de soutènement principal de la Casbah qui est dans un état de dégradation très avancé, voire menace de s'écrouler sur plusieurs endroits, et ce, du fait notamment de l'état d'abandon dans lequel elle se trouve depuis longtemps. Une végétation luxuriante pousse sur ces parois, fragilisant ainsi sa structure de base; des décombres d'habitation effondrées jonchent les ruelles de la vieille ville; d'autres habitations menacent également de s'écrouler à tout moment; les lieux de culte, la mosquée, l'école coranique de Sidi Amar et le mausolée de Sidi El-Harfi sont toujours dans leur état de dégradation après le séisme. Leur restauration, aux yeux de l'auteur du plan d'urgence, est une nécessité, et à cela s'ajoutent la prolifération des constructions illicites au niveau du périmètre en question et le phénomène des bidonvilles qui n'a pas épargné les lieux.
L'interlocuteur a indiqué que même la prise en charge des lieux touchés, post-séisme, s'est faite de manière assez appréciable dans la partie dite européenne, contrairement au noyau historique, et ce, du fait de plusieurs facteurs, entre autres les quartiers de la Casbah sont dépeuplés, beaucoup de gens sont partis habiter ailleurs, les habitations sont très anciennes, souvent un héritage de plusieurs personnes ou de plusieurs familles.
Quand l'habitation tombe en ruine, personne ne s'en soucie ou s'en occupe, selon M. Akrèsh. Il y a en outre l'inexistence d'instruments d'urbanisme adaptés à la construction à l'intérieur des centres anciens et qui a permis selon lui à certains propriétaires de reconstruire sans permis de construire et sans respect du cachet historique du lieu. Après la Casbah d'Alger, le ministère de la Culture vient de classer celle de Dellys comme périmètre sauvegardé. Cette démarche peut en effet sauver la cité millénaire de disparition, atteste Akrèsh, un architecte chargé de l'élaboration du plan d'urgence pour la prise en charge du site. Selon lui, les villes millénaires sont sur le plan de la qualité architecturale et urbanistique, bien meilleures que ce que nous produisons aujourd'hui. Et à titre illustratif, l'architecte citera l'exemple de la Casbah d'Alger et celle de Dellys, la vieille ville de Constantine ou la vallée du M'zab. Selon lui, pour conserver un cadre urbain et d'architecture ancienne et tout en permettant leur évolution harmonieuse au regard des exigences du contemporain, la création et la mise en valeur des secteurs sauvegardés est sûrement l'une des réponses possible à la précédente question.

Source L’Expression Kamel Lakhdar-Chaouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires