Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 11:27
Selon le PDG de Sonelgaz: Desertec peut être concurrencé par les Français
centrale photovoltaique

Intervenant, hier, dans le cadre d'une session du Congrès mondial de l'énergie, consacrée au développement des grands projets énergétiques en Afrique, le PDG de Sonelgaz, M. Nouredine Boutarfa, a indiqué que le mégaprojet «Desertec», qui consiste à produire de l'électricité solaire en Afrique du Nord destinée aux pays de la région et de l'Europe, a des supporters mais également des opposants.
Selon l'APS, M. Boutarfa qui assiste à cette session qui se tient à Montréal a signalé que le projet «qui est au début de sa phase de séduction rallie des supporters mais connaît également des détracteurs».
M. Boutarfa a en outre indiqué que l'idée du projet qui a fait son chemin, pourrait toutefois être concurrencé par le plan solaire méditerranéen, initié par la France dans le cadre de l'UPM, et qui prévoit la construction de centrales solaires d'une capacité totale de 20 GW à l'horizon 2020. Le même responsable a signalé au panel des responsables et d'experts qui animaient cette table ronde que l'idée du projet est algérienne et qu'elle a été reprise ensuite par la fondation Desertec sous l'auspice du club de Rome et de l'association Trans-med pour la coopération sur les énergies. Le dirigeant de Sonelgaz a précisé au panel que ce projet vise à la fois à répondre en grande partie aux besoins des pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient et à fournir dans un premier temps 15% de l'électricité nécessaire à l'Europe. Un tel projet devrait pouvoir fournir avant 2050 plus de 50% des besoins en électricité de l'Afrique du Nord, de l'Europe et Moyen-Orient, selon M. Boutarfa.
La société «DII Gmbh» créée en 2009 à l'effet d'initier toute action permettant d'accélérer la mise en oeuvre du projet mène actuellement des études de faisabilité. M. Boutarfa a par ailleurs noté que la réussite de Desertec dépendra de l'intérêt des bénéficiaires à promouvoir le concept de complémentarité afin d'utiliser avec une plus grande rationalité économique les ressources naturelles, industrielles et humaines africaines existantes. Alors que l'Afrique peine à atteindre les 30% d'accès à l'électricité, les autres régions en développement atteignent des seuils de 70% à 90%, a-t-il relevé en indiquant que la consommation énergétique en Afrique est la plus basse au monde, représentant moins d'un tiers de la moyenne mondiale.
Boutarfa a enfin rappelé que Desertec avait été évoqué par l'Algérie en 1993 à Tunis lors de la conférence sur le développement et le fonctionnement des grands réseaux interconnectés, organisée par l'ancienne UNIPED. L'Algérie avait alors présenté un projet futuriste de production dans le Sahara algérien de 100 GW en énergie solaire, qu'elle a encore évoqué une autre fois lors de la réunion interministérielle sur les interconnexions Maghreb-Europe tenue à Alger en septembre 1995 et qui a regroupé les ministres chargés de l'Energie d'Algérie, d'Espagne, du Maroc, de Tunisie, de Libye, et d'Egypte.
En juin dernier, les pays du Maghreb avaient exprimé leur souhait de renforcer leur partenariat énergétique avec l'Union européenne par des projets concrets, notamment dans le domaine des énergies renouvelables. Lors d'un point de presse animé conjointement avec les ministres maghrébins de l'Energie, à l'issue de la première réunion du Conseil ministériel de l'énergie, le commissaire européen à l'Energie, M. Gunther Oettinger, avait indiqué que l'UE s'engage à soutenir le projet «Desertec». «Ce projet, initié par des entreprises allemandes, françaises, espagnoles et italiennes, sera complété par une participation des pouvoirs publics (de l'UE) pour arriver à sa réalisation technique et financière», a-t-il dit. «Desertec n'est pas un projet privé, il sera réalisé uniquement s'il aura un écho auprès des gouvernements et je vais m'engager pour le réaliser dans l'intérêt des pays maghrébins et européens», a-t-il tenu à souligner. «Tout reste à faire, de la planification jusqu'au financement et nous allons soutenir ce projet», a-t-il poursuivi en précisant que «le financement sera privé mais l'intérêt sera public».
Intervenant de son côté, le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a indiqué que l'Algérie étudierait la possibilité de développer ces projets de partenariat euro-méditerranéen. «Nous allons étudier toutes les possibilités de développement des énergies renouvelables non seulement au niveau national mais aussi au niveau régional», a-t-il répondu à une question sur la position de l'Algérie sur le projet Desertec. Soulignant l'achèvement dans les délais contractuels de la première étape du projet de l'intégration du marché de l'électricité de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie avec celui de l'Europe, le ministre a indiqué que ce projet avait besoin pour sa mise en oeuvre de renforcer la formation des ressources humaines

 

.
Source Le Quotidien d'Oran Djamel B.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires