Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:14

Du scénario catastrophe au déficit de ressources

champ solaire algerie

 

Les pouvoirs publics ont opté pour le développement du nucléaire en Algérie. Le choix a été arrêté encore une fois sans qu’un débat élargi sur la question soit ouvert. Le quotidien Liberté, en faisant appel à des contributions et réactions d’experts et de citoyens, aura permis de poser la problématique. L’initiative aura également l’avantage de lancer le débat qui devrait être enrichi et approfondi, tant les enjeux sont extrêmement importants et peuvent hypothéquer l’avenir des générations futures.
En clair, faut-il développer le nucléaire à des fins civiles en Algérie ? Les avis des experts et des citoyens sont partagés sur le sujet, les opposants mettent en avant les risques qu’il fait peser sur la population. En effet, l’incident japonais réveille le sentiment que la filière nucléaire à l’échelle mondiale ne parvient pas à maîtriser l’atome. L’humanité, on vient de l’apprendre, n’est toujours pas à l’abri de catastrophes nucléaires. L’Algérie, proche de l’Europe, n’est pas protégée, à l’instar des autres pays, des méfaits de la propagation de nuages radioactifs, conséquence de potentiels accidents dans l’exploitation des réacteurs, qu’ils soient endogènes ou exogènes (tremblements de terre, tempêtes, crashs d’avions…).
Disposant d’un gisement solaire, parmi les plus importants au monde, de surcroît inépuisable, l’Algérie ne semble pas dans la position d’un pays en manque de ressources énergétiques comme le Japon ou la France.
De plus, beaucoup de contraintes obstruent la marche vers le développement du nucléaire en Algérie. Des ressources en uranium dans le pays pour l’heure limitées, une forte  dépendance technologique à l’égard des fournisseurs de réacteurs, et de technologies du nucléaire, un immense effort de formation étalé sur au moins 20 ans à engager, une incertitude sur la maîtrise du stockage des déchets radioactifs, sans oublier l’exposition du personnel, notamment de maintenance, aux radiations, pouvant entraîner à la longue des cancers, soit autant de freins susceptibles de dissuader l’Algérie d’enfourcher une telle voie.  
Les défenseurs du nucléaire, eux, soutiennent que ce choix est incontournable pour l’Algérie. La satisfaction à long terme des besoins locaux en énergie passe inéluctablement par le développement de cette filière. Pourtant, entre une Algérie “dépotoir” de produits radioactifs ou détentrice d’une industrie  à haut risque et une puissance énergétique dans le solaire, beaucoup d’Algériens n’hésiteraient pas une seconde. En un mot, ils  pencheraient pour le second scénario.
Mais, encore une fois, un débat élargi aux experts et aux membres de la société civile jetterait davantage de lumière dans ce dossier et faciliterait la prise de décision.

LIRE TOUT LE DOSSIER EN CLIQUANT ICI

Source Liberté Khaled R

Libecosup@yahoo.fr

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires